Connexion 3G au Burkina : L’ABCE va porter plainte

546 15

L’Association Burkinabè des Consommateurs de services de communication Electronique (ABCE) n’est pas satisfaite des services de communication électronique, et plus précisément du débit d’Internet. Elle prévoit poser plainte contre les opérateurs de téléphonie mobile pour “publicité mensongère”. Lisez donc.

A l’aube de cette nouvelle année, l’Association Burkinabè des Consommateurs de services de communication Electronique (ABCE) adresse ses vœux les meilleurs à l’endroit de l’ensemble des consommateurs de notre pays et aux consommateurs des services de communication électronique en particulier.

Puisse le Tout Puissant faire de cette année 2015, une année de paix, de santé, de succès et de justice pour tous. Ces vœux vont aussi à l’endroit des opérateurs de télécommunications pour qui l’ABCE souhaite une année de paix et de prospérité.

Cependant, l’ABCE tient à relever qu’en début de ce nouvel an, les consommateurs des services de télécommunication continuent de subir la mauvaise qualité des services fournis par les opérateurs nonobstant les actions de dénonciation et de sensibilisation de l’ABCE, et les sanctions prises par l’Autorité de régulation courant l’année écoulée.

Pis, les consommateurs constatent que les opérateurs de télécommunication n’ont rien fait dans le sens de l’amélioration de la qualité des services fournis, et celle-ci s’est encore dégradée en fin d’année 2014 et en début de cette année. Ainsi, il s’avère légitime de se demander si les sanctions prononcées à l’encontre des opérateurs en 2010 et en 2014 ont servi à grand-chose.

En tout état de cause, ces sanctions n’ont ni directement ni indirectement profité aux consommateurs qui continuent de constituer une vache laitière pour les fournisseurs des services de communication électronique.

Il y a là une preuve manifeste de non-respect des cahiers de charges et des clauses contractuelles liant d’une part, les opérateurs à l’Etat (représenté par l’ARCEP) et d’autre part, liant ceux-ci aux millions de consommateurs de ces services.

Cette situation a d’ailleurs entrainé l’agacement de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre qui l’a exprimé lors de l’audience qu’il a accordée au Président de l’ARCEP en décembre dernier. Il a en effet souligné la situation catastrophique de la qualité des services fournis, cette qualité étant ressentie par tous les consommateurs comme la plus mauvaise de la sous-région.

A ce propos, comme déjà indiqué plus haut, l’ABCE a mené plusieurs actions en 2014 allant dans le sens de la dénonciation de cette mauvaise qualité des services fournis aux consommateurs qui continuent par contre de payer le prix d’un service de qualité auquel ils n’ont jamais eu droit.

Parmi ces actions figurent en bonne place le panel organisé le 12 septembre 2014 dont le thème était relatif à la problématique du respect des droits des consommateurs. De même une plainte a été déposée auprès de l’Autorité de régulation contre les fournisseurs d’accès a internet sur le caractère abusif de certaines clauses qu’ils insèrent dans les contrats d’accès à internet conclus entre les opérateurs et les utilisateurs, et dont le dénouement est toujours attendu.

Toujours par rapport à l’accès à internet, il n’est un secret pour personne que le débit de la connexion est des plus exécrables de la planète dans la mesure où l’on en vient à se demander si le niveau de connexion vanté par les opérateurs n’est pas une pure supercherie. En effet, des opérateurs notamment AIRTEL et TELMOB affirment fournir « la connexion 3 G » par le biais des clés de connexion ou non alors qu’il est de plus en plus difficile d’avoir accès au niveau élémentaire de connexion internet auquel avait droit les utilisateurs avant l’avènement de la fameuse connexion 3 G.

A titre illustratif, l’Administration publique éprouve, depuis quelques mois, d’énormes difficultés à avoir accès à internet alors que les factures de la connexion à internet via ADSL continuent d’être payées. C’est pourquoi, face à cette situation, l’ABCE a, depuis la fin de l’année écoulée, entrepris d’investiguer sur la question du niveau réel de la connexion fournie de nos jours par les opérateurs. En clair, le niveau actuel de la connexion fournie à travers les clés de connexion 3 G est-il réellement de 3ème Génération ?

Et au regard des résultats obtenus des multiples tests effectués avec des outils et procédures appliquées en la matière, la réponse est, sans surprise, non ! En conséquence, le niveau de la connexion fournie via les clés de connexion n’est pas de 3ème Génération.

Il s’ensuit alors que l’ABCE entend déposer, une fois de plus, une plainte auprès de la Commission Nationale de la Concurrence et de la Consommation (CNCC) contre les opérateurs pour publicité mensongère, la qualité de la connexion à internet étant en deçà du seuil minimum que doit offrir la 3 G.

Notre constat du 31 décembre 2014 réalisé par voie d’huissier à l’aide du logiciel « Speedtest » nous permet de conclure que le niveau de connexion à internet n’est pas de 3G.

Ce résultat a été confirmé par un article publié par Burkina 24 en date du 6 janvier 2015 citant une étude réalisée dans 196 pays du monde. Cette étude classe notre pays en dernière position avec 0.86 Mbps /seconde comme vitesse de téléchargement. Or, la 3G+ (annoncée par Telmob) doit avoir une vitesse de téléchargement variant entre 3,6 et 14,4 Mbps /seconde et la 3,75 G (annoncée par Airtel) entre 5 et 21 Mbps /seconde.

Tout en réitérant ses vœux de justice et de prospérité à l’endroit des opérateurs et des consommateurs pour cette nouvelle année, l’ABCE lance un appel à l’adresse des opérateurs fournissant les services de communication électronique au respect des cahiers de charges et des clauses contractuelles les liant tant à l’autorité de régulation qu’aux consommateurs desdits services.

Pour l’ABCE,

Le Président du Bureau Exécutif

 Seydou BARRO

E-mail : [email protected]

Tél. : +226 70 06 37 55



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Il y a 15 commentaires

  1. Dans tous les pays il peut y avoir des probl?mes de connexion…mais il est clair qu’ici la publicit? est mensong?re. Car beaucoup trop d’abonn?s pour le r?seau d?velopp

  2. c’est pas de leur faute. L’Etat est responsable si nous sommes dernier. Ou ils savent pas l’importance, ou ils font expr?s pour nos ?tudiants qui n’arrivent pas ? bien faire les recherches.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *