Mairie de Bobo-Dioulasso : Plan B après l’incendie

830 8

Lors de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, la mairie centrale a été incendiée. Une équipe de Burkina24 a rencontré le secrétaire général de la commune, Benjamin Kafando pour s’enquérir sur les dispositions prises pour la rénovation de l’hôtel de ville et pour la continuité du service.

La mairie centrale de Bobo-Dioulasso, victime de la fureur des manifestants, a été incendiée lors de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre dernier. Mais cette entité est importante dans la vie quotidienne des citoyens, pour notamment l’établissement des actes d’état civil et la célébration des mariages.

Les autorités de la transition ont dissous les équipes municipales élues et les ont remplacées par des délégations spéciales en attendant les élections municipales. Depuis lors, qu’est-ce qui a été entrepris ?

Benjamina Kafando, Secrétaire générale de la  mairie de Bobo / Copyright Burkina24
Benjamina Kafando, Secrétaire général de la mairie de Bobo / Copyright Burkina24

Une équipe de Burkina 24 a rencontré le Secrétaire général de la commune, Benjamin Kafando, pour s’imprégner de la question de rénovation de la mairie centrale, le mercredi 7 janvier 2015 à Bobo-Dioulasso.

Il révèle que des dispositions ont été prises. Les constatations ont été faites et les résultats transmis à la tutelle, notamment le Haut-commissariat, le gouvernorat et le ministère en charge de l’administration territoriale et de la décentralisation.

« Au-delà des tutelles, nous avons échangé aussi pour voir avec la situation présente quelles sont les dispositions que nous allons prendre ? Faire une évaluation financière des dégâts enregistrés », ajoute Benjamin Kafando.

La réhabilitation de la mairie. Une expertise est également prévue sur le bâtiment.

« Vous savez quand il y a des dégâts, ce sont des services techniques habilités à la matière qui peuvent vous dire par rapport au degré de dégradation du bâtiment, si le bâtiment peut être rénové ou pas ».

L’établissement des actes de naissances. En attendant, les services de la mairie, précisément l’état civil, continuent de fonctionner. Heureusement, ce service n’était pas logé à la mairie centrale, mais plutôt à la direction de l’administration générale.

L'établissement des actes de naissance se fait ici, de même que la publication des bans / Copyright Burkina24
L’établissement des actes de naissance se fait ici, de même que la publication des bans / Copyright Burkina24

«Dieu merci que ces services n’ont pas été touchés. Le travail de l’état civil n’a pas été perturbé en tant que tel », commente Benjamin Kafando.

Des nouveaux locaux pour la mairie centrale. Pour ce qui concerne les autres services, un travail d’identification de certains bâtiments administratifs au niveau de la ville a été opéré.

La procédure a été enclenchée avec la tutelle à Ouagadougou, à savoir le ministère de l’économie et des finances et le ministère de l’administration, pour que les bâtiments identifiés puissent être mis à la disposition des équipes de la mairie, a révélé le Secrétaire général.

Qui des mariages ? Pour ce qui concerne les célébrations des unions, à l’heure actuelle, confie Benjamin Kafando, la publication des bans se fait concomitamment dans la petite salle de l’état civil.

En attendant de trouver d’autres locaux, la mairie centrale est de concert avec les mairies d’arrondissements pour faire le bonheur des conjoints dans leurs salles de mariages, ajoute le SG.

« Car c’est la même entité, même démembrement de la collectivité, les mariages sont célébrés normalement et pas de problème », rassure-t-il.

Sidiki TRAORE

Correspondant Burkina 24 à Bobo-Dioulasso

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 8 commentaires

  1. je pense que c'est vraiment deplorable de s' attaquer a la mairie, mais je veux appell? a voir encore loin les vraies causes, la justice doit nous prouver qu' elle a vraiment chang? et que nous pouvons la faire confiance en jugeant ces responsable qui ont tenu des propos incitatifs a la violence

  2. Erreur de gaoua, une mairie n’ est pas une propri?t? d’ un individu mais de l’ ensemble de la population. On peut manifester son m?contentement sans casser ni br?ler. Ne confondons pas vitesse et pr?cipitation.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *