« Transition, attention à la trahison ! », prévient Emile Lalsaga

549 0

Emile Lalsaga propose dans cette tribune, un poème adressé aux organes de la transition. 

« L’Afrique a besoin d’un nouveau type de citoyen, dévoué, modeste, et bien informé qui renonce à lui pour servir l’Afrique et l’humanité, un homme dont la force soit l’humanité, et sa grandeur l’intégrité». En introduisant ce dialogue poétique avec cette citation de Kwame N’KRUMAH, nous apportons notre modeste contribution au débat en cours sur les tenants et les aboutissants de la transition burkinabè. Nous profitons de cette tribune pour interpeller tous les CNTistes sur le respect strict des valeurs de probité, d’intégrité et de sacrifice consignées dans la charte de la transition. Pour un Burkina nouveau, un dialogue franc et constructif est nécessaire entre le peuple souverain et les dirigeants de la transition. Lisez plutôt.

Le peuple

Le mal qui me ronge est sans pareil.

Je refuse simplement cette injustice,

Flagrante  aux yeux de tous sous ce soleil ;

Je crie mon indignation et mon supplice.

La transition

Qu’as-tu donc, ô vaillant peuple du Burkina !

Et quelle peine endures-tu en ce moment ?

Fier et intègre peuple de maman Africa,

Tu marches inexorablement vers le changement.

Toi mon amour, peuple de vainqueurs,

Tu as su prendre ton destin en main.

Tu as dit NON à la compaorose1 et à ses erreurs

Pour pouvoir bâtir de meilleurs lendemains.

Le peuple

 

C’est une peine immense et bien connue de la transition

Qui, a tout prix, veut voler ma Révolution.

Sinon, comment comprendre ces coups bas de la trahison

Qui s’opèrent derrière moi et contraires à mes aspirations ?

Pitié aux martyrs qui dorment sous la froide terre,

Ils attendent toujours JUSTICE pour un repos en paix.

Pitié à moi le bas peuple qui végète dans la misère,

O Transition burkinabè reçois mes regrets !

La transition

 

Courageux peuple du Burkina Faso

Je mesure la lourdeur de ton fardeau.

Et je prendrai sur moi la responsabilité du changement.

Comme tu le sais plus rien ne sera comme avant.

D’ailleurs, je suis née pour te servir,

Ma tâche est difficile mais je dois la réussir.

Je te demande donc de m’accompagner dans cette mission.

Le peuple

 

Non ma chère transition, pour l’amour de la patrie

L’honneur te revient de m’accompagner dans ma Révolution.

N’oublie pas que tu es née des cendres de mes manifestations.

Je suis le chemin, la vérité et la vie2

Je suis souverain et quiconque fera ma volonté

Ne sera jamais contesté et  dégagé.

La transition

Mets un peu d’eau dans ton vin.

Mon peuple, sois humble et pondéré

Car personne ne peut se réclamer saint

Dans ce pays de savane arborée.

Avant l’avènement de la transition

Nous étions tous dans les manifestations.

Maintenant qu’il y a le peuple et moi,

Tu cries à la trahison sur tous les toits.

Le peuple

Avant de me faire des reproches,

O dame Transition ! Nettoie tes poches.

De quel droit t’arroges-tu pour me titiller de la sorte ?

Voudras-tu que je te mette à la porte ?

« Si vous voyez des choses répréhensibles,

Faites les nous savoir, nous sommes ouverts à toute critique. »

Ainsi affirmait ton président devant les partis politiques

Et les OSC3 lors d’une rencontre sur la transition et ses questions sensibles.

Moi peuple, je suis patient, tolérant mais vigilant et exigent

Et certains membres du gouvernement l’ont appris à leurs dépens.

La transition

Toi peuple j’avoue que souvent je ne te comprends pas.

Mets-toi parfois à ma place et tu verras :

Ce n’est pas facile comme tu le crois

Nous bravons le froid, nous travaillons sous pression.

J’ai accepté solennellement la mission à moi confiée

Pour jeter les bases d’une véritable démocratie.

Le temps passe et j’ai besoin de me concentrer pour travailler

En apportant ma pierre pour la construction de notre pays.

Le peuple

Ah ! voudras-tu maintenant que je reste muet,

Ecouter et accepter sans rien dire en retour ?

O CNT4, je ne suis pas dans la peau d’un sujet.

Je reste un citoyen libre maintenant et pour toujours.

Je suis un ruecrate5 légitime et confirmé

Qui combat tous ceux qui veulent me museler.

Aux adeptes de la ventrocratie6, je dis ceci :

Nos martyrs du fond de leur tombeau vous disent merci.

Ces martyrs ont versé leur sang pour que naisse le changement.

Hommage à leur mémoire, honte à votre comportement.

Hier seulement, vous avez combattu les intestinades7

Aujourd’hui vous semblez vous complaire dans la dérobade.

On sert des sommes faramineuses aux députés CNTistes

Au moment où nos mamans ballaient chaque matin les pistes.

Il faudra réduire à tout prix le train de vie de l’Etat

Car le pays réel est frappé par le viima ya kanga8.

La transition

 

Peuple tu sais bien qu’au dessus des honneurs, il y a l’honneur.

De ce fait, la transition mérite quand même d’être dans le beurre.

Mais j’ai pris acte de la grogne populaire

Et j’ai tout fait pour recadrer les salaires.

Les députés CNTistes ont déjà réduit leurs émoluments

Pour être en phase avec leur engagement :

Servir le peuple et non se servir.

Alors plus de plaintes, laisse nous agir.

 

Le peuple

Ah, c’est bon mais ce n’est pas arrivé !

Une réduction considérable est vivement souhaitée.

Au nom du sacrifice et pour l’intérêt supérieur de la nation,

Mettons la transition sous le régime du SND.

A mon humble avis, 500000f/mois comme rémunération

Soit 40000f du pécule SND

Multipliés par les douze mois

Plus 20000f par député et par mois

Pour service rendu à la nation

Suffisent aux CNTistes représentants exceptionnels des populations.

La transition

Retiens-toi, je t’en supplie ;

Tes propositions me font languir.

Néanmoins je vais réfléchir.

La Patrie

Le peuple

Ou ton dégagement…

La transition

 

Non, on est ensemble pour le vrai changement.

Le peuple

Rappelles-toi : « Plus rien ne sera comme avant. »

Emile LALSAGA

Citoyen engagé

Professeur certifié de français

Poète de l’Amour et de la Douleur

DR/MESS/Centre-Ouagadougou

Email : [email protected]


1 : néologisme créé à partir du nom Compaoré, en rapport avec la mauvaise gouvernance du régime de Blaise Compaoré.

2 : extrait de la Bible

3 : organisation de la société civile

4 : conseil national de transition

5 : néologisme, en rapport avec la ruecratie « pouvoir de la rue », un ruecrate est un manifestant, un pur contestateur

6 : néologisme, système malsain qui privilégie « la politique du ventre » au détriment de l’émancipation de l’esprit

7 : néologisme, en rapport avec ceux qui ont les intestins fragiles, ceux qui ne résistent pas à l’appât de l’argent

8 : expression mooré, langue burkinabè, qui signifie la vie est dure



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *