Elections couplées présidentielles/législatives : Le gouvernement propose le 20 septembre 2015

771 0

Le gouvernement a rencontré la classe politique, ce mardi 13 janvier 2015 à Ouagadougou, pour échanger autour du calendrier électoral, sur la base des différentes simulations faites par l’ensemble des acteurs notamment les partis politiques, la CENI et la société civile. Le gouvernement propose le 20 septembre 2015, pour les élections couplées présidentielles/législatives.

Le Premier ministre, représenté par son ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité, Auguste Denise Barry, a transmis un document comportant les propositions du gouvernement notamment sur le calendrier électoral, aux représentants des partis politiques, ce mardi 13 janvier 2015.

Bien qu’il existe environ 113 partis politiques au Burkina et que la plupart n’aient été représentés, ce matin, le gouvernement a tenu quand même à faire passer son message.

Suite aux concertations entamées, depuis quelques temps, entre le gouvernement, la CENI, les partis politiques et la société civile, quelques réaménagements ont été faits sur les simulations initiales.

Le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité, Auguste Denise Barry
Le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité, Auguste Denise Barry

Mais au préalable, pour le ministre de la sécurité, Auguste Barry, « au jour d’aujourd’hui, il y a un certain nombre de questions que l’on peut se poser et auxquelles il faut trouver des réponses ».

La première concerne le couplage ou non des élections. Avec l’expérience de la CENI et à base des différentes simulations, le ministre a révélé que « la tendance lourde est que véritablement les présidentielles et les législatives soient couplées et que les municipales soient détachées pour la simple raison qu’il est difficile de mettre ensemble des élections de plusieurs natures ».

La deuxième question est de savoir quelle date retenir pour ces élections couplées. À ce niveau, les simulations de la CENI tendraient à organiser des élections couplées présidentielles/législatives le 11 octobre 2015, en tenant compte de la fin du mandat du Président de la transition (qui a prêté serment le 18 novembre 2014) et d’organiser après les municipales, soit en fin 2015 ou en janvier 2016.

Le 17 novembre 2015, c’est la date butoir…

Le colonel a indiqué qu’effectivement, « nous voulons rester dans le cadre de la Constitution, certes, mais également de la Charte de transition ». Pour lui, le 17 novembre est la date butoir à partir de laquelle il faut commencer à faire le décompte selon l’Article 40 de la Constitution.

« Le président de la transition étant installé le 18 novembre 2014, c’est le 17 novembre 2015 la date butoir », précise-t-il.

Et d’ajouter que les différents scénarios arrêtés par le gouvernement et la CENI, pour respecter ce délai est « de ne pas descendre jusqu’en juillet/août. La seule simulation est que nous remontions jusqu’en septembre notamment autour du 20 septembre 2015 pour les présidentielles/législatives couplées et plus tard le 08 novembre pour les municipales ».

Le document représentant ces scénarios ont été transmis à la classe politique afin de voir, examiner et faire d’éventuels amendements lors de la prochaine rencontre prévue pour le lundi 19 janvier 2015.

Noufou KINDO

Burkina24


Lire aussi :



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

  1. Merci a tous les internautes assoiff?s de la transparence pour un Burkina d?mocratique, avec une vraie justice, sans crimes, ni de corruption, ni de manipulation. Je m?adresse ? toute la jeunesse de notre pays, de s?abstenir d??tre manipuler pour quelques centimes. Soutenir un pouvoir, c?est de soutenir son objectif qui va ce qui est mieux pour son peuple. Soutenir une transition politique pour aboutir ? une ?lection coupl?e, ce n?est pas de s?attacher a quelques centimes, mais faire ensemble des actions concr?tes qui seront pris par l?interm?diaire du peuple pour faire avancer le pays que nous aimons tous. Je demande aux jeunes manipuler par Kiema et les anciens du CDP de s?abstenir, et de de se focaliser sur leur propre objectif qui est de faire avancer le Burkina, et non se coller derri?re un individu qui d?cidera ce qu?il faut faire pour un pays de 16 millions habitants, mais que ces objectifs soient des bons objectifs et concrets qui seront d?velopp?s par une bonne ?quipe et son interm?diaire qui seront ce qui est mieux pour le peuple et non pour un individu. Pour ce qui concerne les jeunes du CNT, je leur demande de penser a ceux qui sont tomb?s pour un Burkina nouveau, et commencer a soutenir la charte de la transition qu?entreprenne a d?velopper par l?interm?diaire des responsables de cette transition qui sont le pr?sident Kafando et son premier ministre Zida.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *