UNPCB : Des producteurs de coton veulent la tête de Karim Traoré

568 0

Les producteurs de coton du Burkina Faso ont manifesté à Bobo-Dioulasso, le mardi 13 janvier 2015, pour décrier la gestion actuelle de l’Union Nationale des Producteurs de Coton du Burkina (UNPCB). Ils ont demandé le départ du président Karim Traoré.

Des producteurs de coton des différentes régions du Burkina Faso se sont mobilisés à Bobo-Dioulasso pour décrier la gestion actuelle de l’Union Nationale des Producteurs de Coton du Burkina (UNPCB).

Rassemblés à la place Tiéfo Amoro, ils ont marché pour remettre leur déclaration au gouverneur de la région des Hauts-Bassins, et ont également tenté de sceller le siège de l’UNPCB.

Des preuves justificatives. Sur le lieu, les producteurs ont diffusé des copies de documents accusant le président Karim Traoré (lequel est actuellement en déplacement) de mauvaise gestion de l’UNPCB. Ce sont, entre autres, des chèques au nom du président et des factures pour la conception de tee-shirt.

Les forces de l’ordre ont pleinement participé à la baisse de la tension
Les forces de l’ordre ont pleinement participé à la baisse de la tension

Selon Soumabéré Dioma, producteur de coton à Tansila dans le Banwa, ces preuves ont permis aux producteurs de comprendre réellement comment la faitière était gérée.

« Ces documents sont des preuves justificatives de sorties d’argent où c’est le président qui ordonne, les chèques sont à son nom,  et tout cela pour près de 136 millions de F CFA environs », a laissé entendre M. Dioma.

Appel à la responsabilité. Le Secrétaire général du gouverneur, Bernard Beba, a pris l’engagement de transmettre le message à qui de droit, et a lancé un appel à manifester en toute responsabilité.

 « Nous avons tant souffrir pour construire les biens,  et aujourd’hui si nous détruisions,  ce sont nous aussi qui allons construire », a-t-il plaidé.

Des velléités de pouvoir fermer le siège. Concernant la fermeture de la Direction Générale de l’UNPCB projetée par les manifestants, Bernard Beba a estimé que ce n’était pas une solution idoine.

« Fermer le bâtiment, est-ce que cela  résoudra le problème ? Nous ne pensons vraiment pas à partir du moment où c’est votre outil de travail », a-t-il indiqué.

Les producteurs ont cependant poursuivi leur marche jusqu’au siège de la Direction de l’UNPCB où, par la négociation, les forces de l’ordre les ont convaincus de retourner chez eux en toute sérénité.

Sidiki TRAORE

Correspondant Burkina 24 à Bobo-Dioulasso



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *