Le Budget de l’Etat gestion 2015 présenté aux OSC

228 0

La direction générale du Budget du ministère de l’économie et des finances a présenté le Budget de l’Etat gestion 2015 aux organisations de la société civile (OSC) conformément aux habitudes annuelles du ministère.

Après les partenaires techniques et financiers, les secrétaires généraux et les directeurs administratifs et financiers des ministères, c’était au tour des OSC de faire connaissance avec la loi de finances gestion 2015.

Les Organisations de la société civile qui étaient fortement représentées se sont dites devant le fait accompli de l’austérité du budget 2015, et très préoccupées par certaines questions.

Le transfert effectif et à temps des ressources aux collectivités, la liquidation de la dette intérieure, l’élargissement de l’assiette fiscale, l’indemnisation des entreprises victimes de casses lors de l’insurrection, le déficit énergétique, l’augmentation des salaires, entre autres retiennent l’attention des participants à cette séance d’échange sur le budget.

L’ancien directeur général du Budget, Amadou Sangaré (au milieu) rassure que le déficit budgétaire devra être comblé.

Le budget de l’Etat gestion 2015 est un budget d’austérité qui a été élaboré dans un contexte international et national particulier.

Il s’agit entre autres au niveau de la dispersion de la croissance économique, la chute des cours des matières premières comme l’or et le coton au niveau international, de la baisse de la production céréalière, la baisse des recettes (d’environ 9% par rapport à 2014), la crise sociopolitique au niveau national.

Ce budget dit d’austérité a bâti les grandes priorités autour de la sécurité intérieure et la défense nationale, la justice, la consolidation des acquis sociaux, la promotion de la bonne gouvernance, et d’autres comme l’énergie, la réforme des finances publiques, les pôles de croissance et les grandes infrastructures.

Selon l’ancien directeur général du Budget Amadou Sangaré, le déficit d’environ 287 milliards de francs CFA devrait pouvoir être couvert avec les appuis budgétaires des partenaires techniques et financiers, et grâce à la capacité du trésor à pénétrer le marché financier par les emprunts obligataires et les émissions de bons du trésor.

Boureima LANKOANDE

Burkina24

Il y a 1 commentaire

  1. apparemment la fonction et l’emplois ne sont pas des priorit?s chez zida; ce qui est sur nomme des coreligionnaires vous n’aviez que quelque mois et le nouveau president ferra des nomination bas? sur la competence qui satisferons les jeunes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre