Adama Kanazoé aux jeunes : “Si notre nombre est notre force, notre arme reste le vote”

750 2

L’Alliance des Jeunes Pour l’Indépendance et la République (AJIR) a bouclé  ses un an le 25 janvier dernier. Dans ce message, son président fait le bilan des 12 mois premiers de  l’existence du parti et appellent les jeunes à s’inscrire sur les listes électorales en vue des échéances électorales. 

Chers compatriotes, vaillante jeunesse du Faso, chers camarades, le 25 janvier 2014 naissait à Ouagadougou l’Alliance des Jeunes Pour l’Indépendance et la République (AJIR). Parti politique d’obédience socio-démocrate, AJIR émanait alors de la volonté d’une jeunesse burkinabé résolument décidée à se départir du mutisme et/ou du suivisme politique qui l’a longtemps caractérisée, afin de constituer par elle-même une force politique avec des idées modernes et des solutions concrètes pour le développement de notre cher pays.

C’est logiquement donc que le parti fidèle aux idéaux d’alternance et de renouvellement de personnel politique qui ont sous-tendu son entrée sur la scène politique nationale, a, aux côtés de tous les démocrates de notre pays, œuvrer à la sauvegarde de nos acquis démocratiques en luttant activement contre le projet de révision de la constitution.

Au sein de l’ex CFOP, AJIR a, sans complexe, porté haut le flambeau de la jeunesse par des contributions aussi nombreuses que qualitatives dans le cadre de la stratégie de lutte contre le projet de pouvoir à vie de l’ex président COMPAORE. Au titre des actions menées par AJIR, nous pouvons citer entre autres :

  • la coordination de la campagne de souscription populaire contre le référendum qui a permis de récolter plusieurs millions de nos francs pour soutenir les actions de l’opposition;
  • la participation du président du parti aux négociations de kosyam ;
  • la coordination des actions entre la société civile et le CFOP par le président du parti

Aujourd’hui dimanche 25 janvier 2015, 1 an après, jour pour jour, AJIR fête son premier anniversaire dans un Burkina Faso post-insurrection, en pleine transition politique. A l’occasion de l’an 1 du parti, j’aimerais au nom du Bureau Politique National :

  • souhaiter joyeux anniversaire à tous les camarades du parti sur le plan national et international ;
  • souhaiter le renforcement de nos convictions et de notre idéal du développement du Burkina Faso avec en première ligne sa principale force de travail, sa jeunesse ;
  • souhaiter le renforcement des liens de camaraderie et de collaboration franche entre les différents organes et militants du parti ;
  • souhaiter plein succès aux autorités de la transition dans la paix, la justice et l’unité nationale ;
  • souhaiter des élections libres et transparentes avec des résultats acceptables et acceptés de tous les acteurs politiques ;
  • souhaiter un Burkina post électoral apaisé et inclusif ;
  • souhaiter plein succès à AJIR lors des différents scrutins auxquels le parti aura à l’issue de son prochain congrès décidés de prendre part.
  • féliciter l’ensemble des militants du parti, les membres et responsables des différents organes du parti pour les résultats formidables obtenus en seulement 12 mois. Ceux sont notamment :
  • l’adoption d’un plan d’action 2015 du parti ;
  • l’implantation effective du parti dans 09 provinces sur 45, soit 20% de pénétration ;
  • l’implantation effective du parti dans 09 chefs-lieux de province et 07 chefs-lieux de région ;
  • l’implantation effective du parti dans 111 arrondissements et communes ;
  • l’implantation effective du parti dans plus de 1200 villages ;
  • l’implantation effective du parti à l’international (Côte d’Ivoire, USA, France,…) ;
  • la création d’un centre d’étude à accès libre 24/24 et wifi gratuit, en faveur des élèves et étudiants de la ville de Ouagadougou.

Chers militantes, militants et sympathisant (es) de AJIR, si les résultats engrangés en si peu de temps sont plutôt encourageants, nous devons rester lucides et surtout redoubler d’effort pour renforcer nos acquis. Un accent particulier devra être mis sur la formation politique et citoyenne de nos militants.

Je terminerai mon propos en exhortant toute la population et en particulier la jeunesse à s’inscrire massivement sur les listes électorales car si notre nombre est notre force, notre arme reste le vote.

Joyeux anniversaire à toutes et à tous !  AJIR avance…

Pour le Bureau Exécutif National

Adama KANAZOE

Le Président



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

There are 2 comments

  1. Ka farouche partisan de l?alternance politique et ?conomique du pays que nous aimons avec sa jeunesse, je dis que cette fameuse alternance a besoin de toutes les filles et tous les fils du pays des hommes int?gre pour construire un nouveau Burkina, sans l?injustice, sans l?impunit?, sans crimes, sans corruption. Depuis 1998 jusqu?? l?heure o? je vous ?cris ce message, la jeunesse traumatis?s par le ch?mage et la pauvret? s?est laiss? manipuler par un r?gime sanguinaire qui a utilis? le denier public pour d?vier cette jeunesse ? la haine, ? la violence, et surtout ? la division. Il est temps que les jeunes prennent leurs propres actions et objectifs en main, et oublier les vieux t?nors des partis politique aveugl?s par le pouvoir, en oubliant ce qui est mieux pour le peuple. Vous direz que peut faire Ka pour r?unir la jeunesse dont les bl?s Goud? Burkinab? les divisent et les manipulent pour dynamiter l?alternance, Kiema, Djibril, MPP, UPC, et autres ? Je demande ? toute la jeunesse Burkinab? membres ou sympathisants de tous les partis politique de notre pays de former des ?quipes avec des bonnes actions et des objectifs concrets pour accompagner la transition, et que la bonne ?quipe gagne en 2015 avec des id?es et des bonne id?es que cette m?me ?quipe entreprendra par l?interm?diaire d?un repr?sentant qui fera ce qui est mieux pour le peuple, et non ce qui est mieux pour un individu comme Djibril, Kiema, Roch, Zeph, Sankara, Kon?. ?????Oui ! Ka, K?r?, Roch Kabor?, Simon Compaor?, feu Ludivic Tou, Salif Diallo, Ars?ne Bongnessan, M?l?gu? Traor? Pierre Tapsoba juliette Bonkongou, Vero Kando, et tant d?autres ?taient des jeunes avec des actions concr?tes, des bonnes actions venants de plusieurs partis destin?es au peuple et qui a accouch? un parti politique du nom de CDP. A mon avis l?heure de la rel?ve ? sonner. ???? Jeunesse Burkinab? concertez-vous, et respectez le dicton de la sagesse Africaine qui nous dit qu?en opposant la haine a la haine, la violence a la violence, on applique une vielle philosophie qui ne donne pas des bons r?sultats, oubliez les vieux charognards, prenez vos responsabilit? dans l?unit? pour une alternance apais? qui conduira le Burkina dans la paix et dans l??mergence.???? Soyez d?termin? a faire fi des divisions de Kiema, et de Djibril, du MPP, ou UPC : faites fi des ressentiments, des ranc?urs, des querelles st?riles afin d??uvrer pour la paix et le rassemblement de toutes les filles et tous les fils du pays autour de l?id?al commun. Imp?rativement il faut ?carter tous ceux qui voulaient modifier l?article 37 des ?lections coupl?es d?Octobre prochain, je dis m?me tous les anciens t?nors du CDP de l?ADF/RDA de l?UNDD. Depuis 1998 je lutte pour l?alternance politique et ?conomique de mon pays avec la jeunesse, comme ce fut en 1988-1998. Que tous ceux qui me critiquent sachent que nous sommes dans un ?tat de droit.

  2. Ka farouche partisan de l?alternance politique et ?conomique du pays que nous aimons avec sa jeunesse, je dis que cette fameuse alternance a besoin de toutes les filles et tous les fils du pays des hommes int?gre pour construire un nouveau Burkina, sans l?injustice, sans l?impunit?, sans crimes, sans corruption. Depuis 1998 jusqu?? l?heure o? je vous ?cris ce message, la jeunesse traumatis?s par le ch?mage et la pauvret? s?est laiss? manipuler par un r?gime sanguinaire qui a utilis? le denier public pour d?vier cette jeunesse ? la haine, ? la violence, et surtout ? la division. Il est temps que les jeunes prennent leurs propres actions et objectifs en main, et oublier les vieux t?nors des partis politique aveugl?s par le pouvoir, en oubliant ce qui est mieux pour le peuple. Vous direz que peut faire Ka pour r?unir la jeunesse dont les bl?s Goud? Burkinab? les divisent et les manipulent pour dynamiter l?alternance, Kiema, Djibril, MPP, UPC, et autres ? Je demande ? toute la jeunesse Burkinab? membres ou sympathisants de tous les partis politique de notre pays de former des ?quipes avec des bonnes actions et des objectifs concrets pour accompagner la transition, et que la bonne ?quipe gagne en 2015 avec des id?es et des bonne id?es que cette m?me ?quipe entreprendra par l?interm?diaire d?un repr?sentant qui fera ce qui est mieux pour le peuple, et non ce qui est mieux pour un individu comme Djibril, Kiema, Roch, Zeph, Sankara, Kon?. ?????Oui ! Ka, K?r?, Roch Kabor?, Simon Compaor?, feu Ludivic Tou, Salif Diallo, Ars?ne Bongnessan, M?l?gu? Traor? Pierre Tapsoba juliette Bonkongou, Vero Kando, et tant d?autres ?taient des jeunes avec des actions concr?tes, des bonnes actions venants de plusieurs partis destin?es au peuple et qui a accouch? un parti politique du nom de CDP. A mon avis l?heure de la rel?ve ? sonner. ???? Jeunesse Burkinab? concertez-vous, et respectez le dicton de la sagesse Africaine qui nous dit qu?en opposant la haine a la haine, la violence a la violence, on applique une vielle philosophie qui ne donne pas des bons r?sultats, oubliez les vieux charognards, prenez vos responsabilit? dans l?unit? pour une alternance apais? qui conduira le Burkina dans la paix et dans l??mergence.???? Soyez d?termin? a faire fi des divisions de Kiema, et de Djibril, du MPP, ou UPC : faites fi des ressentiments, des ranc?urs, des querelles st?riles afin d??uvrer pour la paix et le rassemblement de toutes les filles et tous les fils du pays autour de l?id?al commun. Imp?rativement il faut ?carter tous ceux qui voulaient modifier l?article 37 des ?lections coupl?es d?Octobre prochain, je dis m?me tous les anciens t?nors du CDP de l?ADF/RDA de l?UNDD. Depuis 1998 je lutte pour l?alternance politique et ?conomique de mon pays avec la jeunesse, comme ce fut en 1988-1998. Que tous ceux qui me critiquent sachent que nous sommes dans un ?tat de droit.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *