CDP : Le Secrétariat chargé du mouvement associatif appelle à soutenir l’actuel organe dirigeant

711 3

Dans l’actualité récente du Burkina, un groupe de jeunes du CDP (Congrès pour la démocratie et le progrès), ancien parti au pouvoir, a exigé que les actuels dirigeants du parti démissionnent, afin de procéder à leur renouvellement. Dans cette déclaration parvenue  à notre rédaction, le Secrétariat national chargé du mouvement associatif, qui était jusqu’à l’insurrection populaire, dirigé par François Compaoré, frère de l’ancien président Blaise Compaoré, sonne le rassemblement et appelle les jeunes du parti à soutenir les actuels organes dirigeants du CDP. Lisez donc.

Si en dictature, les intellectuels sont réduits au silence par les tenants du pouvoir, en démocratie, ce sont les ignorants et les dictateurs qui veulent faire passer la pensée unique. En effet, dans l’histoire de la conscience universelle, des courants de pensées idéologiques et dogmatiques se sont mesurées, concurrencées ; voire neutralisées. Faisant alors de la politique la matrice féconde des différents ordres et systèmes établis avec des fortunes diverses.

Notre  pays  le Burkina  Faso, en tant que membre de la communauté universelle et jouissant d’une souveraineté internationale depuis août 1960, ne fait pas exception à la règle. Il connaitra donc plusieurs systèmes politiques depuis cette date (alternant régimes constitutionnels normaux et régimes d’exception). Mais tous les analystes politiques s’accordent à dire que c’est sous la 4e république que notre pays s’est finalement initie avec succès à la tradition démocratique.

S’il est vrai qu’aucune question ne constitue un problème public a priori, et qu’aucun problème public ne l’est par essence ni automatiquement, nous, jeunes du CDP, reconnaissons que la question de la modification de l’article 37 de la constitution du 02 juin 1991, était devenue problématique ; non pas du fait de contradictions politiques liées à des divergences stratégiques, mais d’un déphasage entre les aspirations réelles d’un peuple majoritairement jeune et une élite politique en manque de solutions durables répondant à ses aspirations.

En effet, les évènements des 30 et 31 octobre 2014 ont fini par démontrer que les jeunes du Burkina Faso, refusent d’être une victime permanente de l’histoire politique de notre nation. Cette jeunesse, s’est assumée, ayant pris conscience que ce qu’elle rejette de toutes ses forces, c’est une jeunesse qui chasse son avenir en meutes, affamées d’emplois, dépouillées d’espérance, éclopées par les souffrances quotidiennes. C’est ce que notre parti, le CDP, à travers son projet de société, a jugulé un tant soit peu.

Aussi, voudrions-nous réitérer notre gratitude à SEM Blaise Compaoré, à toute son équipe, à nos militants et sympathisants ; et à tous les citoyens démocrates, qui ont permis au CDP de participer à l’essor du Burkina Faso tant sur les plans politique, économique que social.

Fort de l’expérience de gestion du pouvoir d’Etat, et nourri des enseignements de l’insurrection populaire des 30 et 31 0ctobre 2014, nous réaffirmons notre loyauté et notre engagement au CDP et à ses organes dirigeants ; tout en souhaitant que les futures instances du parti permettent de reconquérir le pouvoir d’Etat par les urnes avec les hommes qu’il faut à la place qu’il faut.

Conscient que plus rien ne sera comme avant, nous invitons le secrétariat exécutif national à continuer les reformes au sein du parti en facilitant le travail du directoire mis en place en vue de conduire le parti au prochain congrès.

 Par ailleurs nous invitons tous les militants à se remobiliser et à faire corps avec les dirigeants actuels du parti. C’est dans l’adversité que nos liens de solidarité et de dialogue devront se raffermir.

Il est capital pour le renouveau du CDP de promouvoir un dialogue inclusif, tout en respectant les cadres et les dispositions légaux d’expression au sein du parti.

Une jeunesse disciplinée,

Une jeunesse solidaire,

Une jeunesse mature…

vive le CDP,

vive le Burkina Faso,

Dieu bénisse les filles et les fils de notre patrie.

Le Secrétariat national charge du mouvement associatif


Photo d’archives : Assemblée du CDP, le 28 juin 2014 / Copyright Burkina24



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Il y a 3 commentaires

  1. Ka farouche partisan de l?alternance politique et ?conomique du pays que nous aimons avec sa jeunesse, je dis que cette fameuse alternance a besoin de toutes les filles et tous les fils du pays des hommes int?gre pour construire un nouveau Burkina, sans l?injustice, sans l?impunit?, sans crimes, sans corruption. Depuis 1998 jusqu?? l?heure o? je vous ?cris ce message, la jeunesse traumatis?s par le ch?mage et la pauvret? s?est laiss? manipuler par un r?gime sanguinaire qui a utilis? le denier public pour d?vier cette jeunesse ? la haine, ? la violence, et surtout ? la division. Il est temps que les jeunes prennent leurs propres actions et objectifs en main, et oublier les vieux t?nors des partis politique aveugl?s par le pouvoir, en oubliant ce qui est mieux pour le peuple. Vous direz que peut faire Ka pour r?unir la jeunesse dont les bl?s Goud? Burkinab? les divisent et les manipulent pour dynamiter l?alternance, Kiema, Djibril, MPP, UPC, et autres ? Je demande ? toute la jeunesse Burkinab? membres ou sympathisants de tous les partis politique de notre pays de former des ?quipes avec des bonnes actions et des objectifs concrets pour accompagner la transition, et que la bonne ?quipe gagne en 2015 avec des id?es et des bonne id?es que cette m?me ?quipe entreprendra par l?interm?diaire d?un repr?sentant qui fera ce qui est mieux pour le peuple, et non ce qui est mieux pour un individu comme Djibril, Kiema, Roch, Zeph, Sankara, Kon?. ?????Oui ! Ka, K?r?, Roch Kabor?, Simon Compaor?, feu Ludivic Tou, Salif Diallo, Ars?ne Bongnessan, M?l?gu? Traor? Pierre Tapsoba juliette Bonkongou, Vero Kando, et tant d?autres ?taient des jeunes avec des actions concr?tes, des bonnes actions venants de plusieurs partis destin?es au peuple et qui a accouch? un parti politique du nom de CDP. A mon avis l?heure de la rel?ve ? sonner. ???? Jeunesse Burkinab? concertez-vous, et respectez le dicton de la sagesse Africaine qui nous dit qu?en opposant la haine a la haine, la violence a la violence, on applique une vielle philosophie qui ne donne pas des bons r?sultats, oubliez les vieux charognards, prenez vos responsabilit? dans l?unit? pour une alternance apais? qui conduira le Burkina dans la paix et dans l??mergence.???? Soyez d?termin? a faire fi des divisions de Kiema, et de Djibril, du MPP, ou UPC : faites fi des ressentiments, des ranc?urs, des querelles st?riles afin d??uvrer pour la paix et le rassemblement de toutes les filles et tous les fils du pays autour de l?id?al commun. Imp?rativement il faut ?carter tous ceux qui voulaient modifier l?article 37 des ?lections coupl?es d?Octobre prochain, je dis m?me tous les anciens t?nors du CDP de l?ADF/RDA de l?UNDD. Depuis 1998 je lutte pour l?alternance politique et ?conomique de mon pays avec la jeunesse, comme ce fut en 1988-1998. Que tous ceux qui me critiquent sachent que nous sommes dans un ?tat de droit.

  2. Voil? qui est bien dit. Merci de prouver ? l’opinion que ce groupuscule de jeunes ?gar?s et irrespectueux des textes ne repr?sente nullement la jeunesse du CDP.
    Qu’ils aillent paitre ailleurs

  3. Mr le pr?sident du Faso mon observation est celle d’un individu isol? de la sc?ne politique sans prise de position mais soucieux du devenir de sa nation. En tant que jeune intellectuel de ce pays mon r?ve est un jour d’apporter un plus ? ma patrie si je me r?f?res ? votre tr?s bonne d?cision prise dans les premi?res heures de la transition particuli?rement ? la suspension du CDP ADF FDABC. Je me rendais compte que une nouvelle ?re devait s’annoncer au Burkina. Mais tr?s vite la g?n?rosit?, les critiques et la piti? vous ai envoyer a lev? cette suspension je me pose 2 questions aujourd?hui:
    Est ce que la cacophonie qui se lie au sein de ce parti n’est synonyme d’entrave un jour ? la paix sociale?
    Est ce que vous garantissez les burkinab?s que ces gens font respecter les martyres tomb?s sur le terrain de bataille?
    je vous remercies

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *