Du soutien pour des malvoyants à Ouagadougou

853 0

L’Union Nationale des Associations Burkinabé pour la Promotion des Aveugles et Malvoyants (UN-ABPAM) a reçu, ce dimanche 25 janvier 2015, des dons de plusieurs natures offerts par le ROTARACT Club de Ouagadougou.

« Venir en aide aux personnes démunies… C’est pas parce que les choses sont difficiles qu’elles sont irréalisables ». Cette assertion de Gladys Zoungrana, la Présidente du ROTARACT Club de Ouagadougou, vaut son pesant d’or.

Le ROTARACT Club de Ouagadougou, ou Rotary Actes ou encore le Rotary Club pour les jeunes de 18 à 30 ans, a fait don d’une valeur de près d’un million FCFA en faveur des aveugles et malvoyants de l’UN-ABPAM. Ce partenariat entre le ROTARACT Club de Ouagadougou et l’UN-ABPAM, le traditionnel évènement appelé « Arbre de Noël », existe en fait depuis une dizaine d’années.

A travers cette journée de partage, plusieurs paquets de papiers brailles (système d’écriture destiné aux aveugles et aux malvoyants), des vivres (sacs de riz, cartons de sucres, bidons d’huile, etc.) et des cartons de savons ont été remis symboliquement aux responsables de l’UN-ABPAM.

Le parrain de l’évènement, le Président élu du Rotary Club International, Mathieu Hien, souhaite  « plus de forces aux personnes de bonne volonté afin qu’elles continuent de venir en aide aux autres personnes plus démunies ».

Il a également rassuré, pour sa part, sa disponibilité de toujours accompagner ce genre d’initiative. Et à Gladys Zoungrana de renchérir : « Soyez assurés de notre soutien moral au-delà de ce soutien matériel ».

Source d’épanouissement…

La représentante des élèves, Kambou Evelyne, quant à elle, ne pouvait qu’exprimer un sentiment de joie. Elle a, au nom de tous ses camarades, tenu à remercier les donateurs.

En lisant son discours inscrit sur un papier braille qu’elle tenait : « Ce soutien nous permet de nous affirmer, nous épanouir. Il nous permet d’être utiles, non seulement pour nous-mêmes, mais pour la Nation toute entière ».

La directrice de l’UN-ABPAM, Suzanne Tapsoba, a également remercié les donateurs, tout en soulignant quelques problèmes rencontrés. Selon elle, la plupart des malvoyants et aveugles viennent des familles défavorisées. Ainsi, leur prise en charge surtout sur le plan sanitaire pose problème. Et d’ajouter que l’UN-ABPAM ne bénéficie pas suffisamment d’appui de la part de l’Etat burkinabè.

En rappel, composée d’une cinquantaine d’associations reparties sur plusieurs régions du Burkina, les principaux objectifs de l’UN-ABPAM sont entre autres la lutte contre la cécité, l’éducation par la scolarisation des enfants aveugles, l’alphabétisation des adultes, la formation professionnelle par l’apprentissage des métiers, la vie associative et le plaidoyer pour la reconnaissance des droits des personnes handicapées visuelles à participer activement au développement.

Noufou KINDO

Burkina24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *