Grogne à l’Ecole nationale de santé publique à Bobo

372 2

Les élèves fonctionnaires de l’Ecole Nationale de  Santé Publique (ENSP) observent un sit-in de 72 heures à compter de ce lundi 26 janvier 2015 sur toute l’étendue du territoire national. L’objectif reste l’amélioration de leurs conditions d’études.

Des élèves fonctionnaires de l’ENSP/Bobo observent un sit-in de 72 heures au sein de l’établissement pour la prise en compte des doléances sur les conditions d’études.

L’objectif de ce sit-in porte sur la rectification du règlement intérieur considéré comme la « Bible » de l’ENSP.

Rectification de la bible de l’ENSP. Pour le délégué général de l’ENSP/Bobo, Adama Zan, infirmier d’Etat en deuxième année, ces doléances concernent, entre autres, la suppression des examens de fin de cycle au profit de la soutenance du mémoire comme les autres écoles professionnelle de la même catégorie.

Il réclament également la supervision régulière des stagiaires sur les terrains de stage, l’épuisement des différents programmes dans le temps imparti, la suppression de frais de participation  à l’examen de fin d’étude pour tous les élèves en fin de cycle, le convoyage des élèves sur les terrains de stage et l’annulation de la passation en conseil de discipline de leur camarade Noukous Tamboura.

Des soutiens indéfectibles à Nouhoun Tamboura. Pour la petite histoire, à Ouahigouya, 11 élèves fonctionnaires ont été admis  en stage au niveau du Centre hospitalier régional de Ouahigouya et devraient faire des observations.

Ces derniers étaient surveillés par des encadreurs de stage qui ont ordonné aux élèves de reprendre des observations. Sur les 11 élèves, un seul (Nouhoun Tamboura) a refusé d’obtempérer.

Considéré comme une faute disciplinaire,  l’élève a été traduit en conseil de discipline, à la grande désapprobation de ses camarades.

Adama Zan affirme que les négociations sont en cours et qu’il est sûr que l’administration va agir favorablement parce qu’il y a déjà des points en commun.

 « Nous avons remis les doléances à l’administration, et ils nous ont rassurés de remettre à qui de droit, et des mesures d’urgence seront prises enfin que nous prenions correctement les activités pédagogiques dans le plus bref délai », a-t-il indiqué.

Le Directeur Régional de l’ENSP/Bobo, Daouda Traoré
Le Directeur Régional de l’ENSP/Bobo, Daouda Traoré

Le Directeur Régional de l’ENSP/Bobo, Daouda Traoré, a expliqué que les grévistes ont été reçus le dimanche par le ministre, la coordination nationale et la directrice générale Martine Bonou Bationo. Tous les points ont été  discutés, selon lui.

Pour lui et il y a eu des accords sur des points, et d’autres problèmes devraient être discutés plus haut comme la suppression des examens de fin d’étude au profit de la soutenance par mémoire pour les attachés.

Traoré a enfin laissé entendre qu’aucun point ne relève de la compétence locale, car les directions régionales dépendent de la direction générale et c’est à elle de prendre les décisions.

Sidiki TRAORE

Correspondant Burkina 24 à Bobo-Dioulasso

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Il y a 2 commentaires

  1. salut à tous,offert bon j’aimerais avoir des informations sur l’école de formation ENSP de Bobo dioulasso ,qu’elle sont les conditions d’adhésion des béninois et les pièces a fournit, si je peux avoir leurs numéro et compte émail je serai contente,

  2. On a l’habitude de le dire qu’un mauvais agent de sant? est un bon assassin. Ces el?ves doivent savoir que la sant? est un domaine sensible. Demander la suppression de l’examen de fin d’?tude est une abb?ration pour le cas pr?cis des attach?s de sant?. Il ferait mieux de demander une compesantion en terme finacier ou de temps que je les aurais soutenu en lieu et place de la suppression. Si le loisir m’etait donn? je pencherai pour la suppression de la soutenance mais jamais pour l’examen de fin de cycle. Certes ?a demande des sacrifices suppl?mentaires mais c’est ?a aussi la recherhce de la qualit?.

    Par contre pour ce qui est du soutien de votre camarade en conseil de discipline, ce serait une grave erreur de revenir sur cette traduction. Qu’il ait repondre de ses actes et aucun el?ve consciencieux ne soutiendra un tel acte. Soutenir voudrait dire qu’on soi m?me indisciplin?. Je demande simplement ? l’administration de savoir rester ferme. Ceder ce sera une reculade. Vous avez des delegu?s et c’est lors de leurs participations aux conseils d’administration qu’ils doivent soumettre ces dol?ances pour examen de fa?on civilis? et non par des sitting sauvages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre