BRAKINA/SODIBO : Nouveau débrayage de 72 heures

1188 4

Les travailleurs de la BRAKINA/Sodibo sont en grève de 72 heures pour une amélioration de leurs conditions de vie, à compter de ce mardi 27 janvier 2015.  A Bobo-Dioulasso, les travailleurs  ont affirmé qu’ils ne réflétaient pas l’image de leur société.

Les 20 et 21 janvier 2015, les travailleurs avaient observé une grève pour réclamer des réponses à leur plateforme revendicative. Celle-ci n’ayant pas été satisfaite, ils reconduisent à partir de ce mardi, et ce à Ouaga et Bobo, un autre débrayage de 72 heures.

A Bobo, Boubacar Diallo, Secrétaire Général de SYNTB/BRAKINA, est revenu sur les revendications des travailleurs, qui portent  sur 4 points, à savoir une convention d’établissement de la BRAKINA, la régularisation de la situation de travailleurs licenciés, l’augmentation de salaire à 100%, des conditions de vie et sécuritaire dans l’usine.

Diallo affirme, en outre, que les travailleurs de la BRAKINA ne reflètent pas réellement l’image de la société.

La BRAKINA se porte à merveille.  « Nous n’incarnons pas l’image de notre société,  ce sont des slogans faits sur des banderoles, car notre société se porte à merveille, mais nous du point de vie traitement nous n’incarnons pas cela », a-t-il dit.

Il a ajouté que la grève correspond à une lutte, pas une guerre et que les travailleurs sont disposés à négocier avec leur employeur.

A défaut, si à l’issue de cette deuxième manifestation de 72 heures, les points revendiqués ne sont pas satisfaits, les employés disent être prêts  à enclencher la vitesse supérieure. « Nous allons entamer d’autres luttes jusqu’à l’aboutissement de notre plate revendicative », a martelé Boubacar Diallo.

Revoir le communiqué de presse. Du côté de la société, le chef d’exploitation de la BRAKINA/BOBO, Souleymane Ouattara, a ramené les hommes de médias au communiqué de presse de la direction publié dans les médias.

Le chef d’Exploitation de la BRAKINA/BOBO, Souleymane Ouattara/ Copyright Burkina24
Le chef d’exploitation de la BRAKINA/BOBO, Souleymane Ouattara/ Copyright Burkina24

A travers ce communiqué, la société affirme que le dialogue en interne n’a jamais été rompu. Il précise que les travailleurs de la Brakina/Sodibo bénéficient de 14 mois de salaire, d’une couverture médicale à hauteur de 100%, une augmentation de salaire automatique moyenne de 3 à 6%, plus diverses indemnités mensuelles, primes et avantages annuels.

En rappel, des rencontres ont été programmées pour trouver une issue favorable à ce conflit qui joue sur le fonctionnement de la société.

Après la rencontre du vendredi 23 janvier 2015 qui a permis d’étudier en profondeur les points des revendications, la société en a prévues d’autres le 5 février 2015 pour mettre en place le comité de travail sur les accords d’établissement. Le 28 février concernera les comités sécurité et santé au travail (CSST) où la question de leur refonte sera discutée.

Sidiki TRAORE

Correspondant Burkina 24 à Bobo-Dioulasso



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 4 commentaires

  1. Som? simplice attention.pozmanteau va chez lui par avion.pour te dire que jusqua present tu es africain.sois juste envers tes fr?res.

  2. Demander au PCA de vous donner les chiffres. pourquoi il ne vous donne pas les chiffres. Ils veulent piller non seulement les travailleurs mais aussi le B.F et s en aller. Peuple du B.F ouvre l oiel

  3. Femme de la Brakina sodibo |

    En voici un autre vendu de la soci?t?. Demander aux cadres burkinab?s de la Brakina Sodibo voir si quelqu’un connait leurs salaires.
    Ce sont eux le malheur des burkinab?s ? la Brakina Sodibo car le blanc a pu acheter leur ventre avec un traitement particulier.
    A la BRAKINA SODIBO, les cadres burkinab?s sont pr?ts ? liquider leur fr?res au profit du blanc.Mais disons que ce temps est r?volu et a eux de savoir se comporter.
    Le DG et le PCA N’ont qu’a dire aux cadres de rentr? D?marrer l’usine et travailler.
    Depuis, le d?but de cette crise, nos fr?res noirs cadres travaillent ? casser notre lutte mais h?las, ils sont ?tonn? que d?sormais, le burkinab? ? ouvert ses yeux.
    Est ce que avoir une assurance maladie dans une industrie qui travaillent avec des produits chimiques capables d?an?antir la vie d’un travailleur est ? chanter dans la presse?
    Malgr? cette assurance beaucoup plafonn?e par les prix, et l’exclusion de beaucoup de soins et m?dicaments. Faites le bilan sur l’Etat des malades de l’entreprise, vous comprendrez que les gens meurent ? petits feu dans cette usine.

  4. Il dire que c’est la total quoi ! Ce soit disant responsable d’exploitation est un gros pour Brakina. Les travailleurs connaissent mieux son parcour que tous. Comment est il arriv? ? bobo ? Pr?c?demment ? Brakina waga, ce mr aurait selon une source sur torpill? et condamn? ? un licenciement un de ces coll?gue cadre. Le licenciement ?tant prononc? ce fut les d?l?gu? du personnel qui ont plaid? pour la cause de ce cadre. Celui ci fut rachet?. Voyant le mauvais climat social que ce mr ? cr?e. Brakina l’affecte ? bobo. Pauvre cadre de Brakina ouvrez l’oeil de vous ne valez rien au yeux de votre patron. Du reste seul un nouveau communiqu? de presse qui donne des chiffre et une grille salarial permet d’?valuer ce que vaut ces travailleurs de gr?ce arr?t? de servir de la salade ? l’opinion.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *