Ouaga : Des jeunes de Zogona réclament la restitution de leur terrain de jeu

726 0

Des jeunes du quartier Zogona, dès 6h ce matin, ont barricadé le goudron qui mène à la Zone du Bois pour exiger la libération de leur terrain de jeu (espace vert) qui a été vendu, il y a de cela dix ans.

« Cela fait dix ans que nous menons inlassablement notre lutte pour la libération du terrain qui a été liquidé par un certain nombre de personnes à une tierce personne pour qu’il puisse construire.

Mais la jeunesse veut qu’on libère purement et simplement le terrain. Ils ont déjà commencé les constructions depuis l’année passée. La construction est surveillée jour et nuit par des CRS », explique Niampa Abdoulaye, leader des jeunes du quartier Zogona

CRS au terrain rouge en construction

D’autres moyens utilisés pour se faire entendre ont échoué, reste maintenant les manifestations sur la voie publique.  « Au début, nous avons saisi la mairie de Nongr-manson pour leur faire part de nos revendications. Ces revendications sont restées sans suite.

On avait  touché les autorités de la quatrième république.  Aujourd’hui, vu qu’on est en phase de transition, on a adressé une lettre à la mairie de Bogodogo qui est restée aussi sans suite. C’est pour ça on est sorti ce matin», ajoute t-il.

Manifestation pacifique. Il continue en disant « nous allons manifester de façon pacifique sur le goudron ici jusqu’à ce qu’on ait une réponse. Dans les jours à venir la lutte pourra changer de forme».

Cependant, ces revendications ne sont toujours pas restées sans conséquences. «Depuis lors,  ils ont essayé par des corruptions et même des intimidations pour arracher ce qui nous revient de droit.

Beaucoup de nos camarades ont été arrêtés, beaucoup d’entre eux  ont été convoqués à la gendarmerie ou à la justice et ont reçu diverses menaces. Il y en a qui ont reçu des coups de fil anonymes », note toujours Niampa Souleymane.

Des élèves privés de terrain d’EPS. Les manifestants ont été rejoints dès 8 h par des élèves des établissements environnants.  Chose que le responsable dit être étranger.

« Les élèves sont sortis aujourd’hui de leur propre gré parce que ces mêmes élèves bénéficient de ce même terrain. Ils sont obligés de se déplacer pour aller faire leur cours d’EPS ailleurs.

 Les élèves des écoles primaires des établissements qui sont à côté, c’est sur ce même terrain qu’auparavant, ils faisaient le sport. C’est pour ça ils sont sortis aussi brandir leurs pancartes pour prouver qu’ils sont contre la liquidation de ce terrain », précise Niampa.



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *