Burkina : Arrêt de travail des magistrats jusqu’à nouvel ordre

708 5

Les magistrats, greffiers et agents de la justice observent un arrêt de travail, et ce, jusqu’à nouvel ordre. Ils protestent contre « l’agression » de l’un des leurs au Palais de justice de Ouagadougou, ce 27 janvier 2015 et, d’une manière générale, exigent de meilleures conditions sécuritaires d’exercice de leurs fonctions.

Les magistrats du TGI de Ouagadougou sont décidés à mettre de l’ordre autour du Palais de justice de Ouagadougou. Et pour ce faire, ils ont choisi l’arrêt de travail illimité comme moyen de pression.

Voici la goutte d’eau qui a fait déborder le vase et expliquée ce 28 janvier 2015 en conférence de presse  à Ouagadougou, par trois syndicats de magistrats et deux syndicats de greffiers et d’agents de la justice. Les faits se sont déroulés le 27 janvier 2015.

Faits. « Aux environs de 12h, un magistrat dans l’exercice de ses fonctions, ou à tout le moins à l’occasion de l’exercice de ses fonctions, a été encerclé pendant des minutes par des démarcheurs qui gravitent autour du palais de justice de Ouagadougou et de la Direction Générale des Transports Terrestres et Maritimes. (…) 

Ils ont exigé la libération d’un des leurs arrêté et écroué à la MACO avant que le magistrat ne soit libéré », explique les syndicats dans leur déclaration liminaire.

Mais à quelle occasion le démarcheur a-t-il été arrêté ? Cela  « remonte à une dizaine de jours où un démarcheur du nom de Eric OUEDRAOGO a accosté et proposé au magistrat (qui a été encerclé par les démarcheurs) de l’aider à obtenir un casier judiciaire avec la bagatelle de 7 000 F CFA pour un coût réel, frais compris, de 525 F CFA.

Il est par la suite interpellé et mis sous mandat de dépôt et son jugement est attendu dans les prochains jours », relatent les syndicats.

Mauvaise pub pour la Justice. Pour les syndicats, tout en ne niant pas que le phénomène de la corruption existe bien dans le secteur judiciaire, les actes des démarcheurs ont toutefois contribué à « exagérer » l’indice de perception de la corruption de la justice dans les rapports annuels du RENLAC.

« En fait, ces actes contribuent à renchérir le coût de la vie, à amplifier la corruption au sein de la justice et aggraver les maux de la justice telle que la lenteur et la corruption », précisent les magistrats.

D’où il a été décidé d’y trouver une solution, à travers le démantèlement des réseaux de démarcheurs, dont certains ont déjà été arrêtés.

Insécurité. Les magistrats sont également remontés contre les agressions récurrentes dont ils font l’objet.  Autant de raisons pour lesquelles ils ont décidé d’un arrêt général de travail, en attendant la satisfaction de leurs revendications.

Assainissement du palais de justice. Il s’agit d’abord du « déguerpissement immédiat et sans condition de tous les démarcheurs et l’identification des gérants de parking réguliers par le port de tenue du palais de justice, le démantèlement et le déguerpissement des parkings anarchiques autour du palais de justice ».

Ensuite, l’ouverture de bureaux d’accueil, d’informations et d’orientation au sein des palais de justice notamment, en urgence au sein de celui de Ouagadougou et d’un guichet de vente de timbres et l’institution d’un système de badges pour les acteurs de la justice et les justiciables.

Enfin, la prise de mesures urgentes pour assurer une meilleure sécurité des travailleurs de la justice ainsi que des palais de justice sur toute l’étendue du territoire national. Une audience a déjà eu lieu sur ce point avec le ministre de la justice, le 27 janvier. Une rencontre d’évaluation est prévue pour le 29 janvier.



Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Article similaire

Il y a 5 commentaires

  1. Voila un pauvre qui cherche a survivre qu’on attrape enfermer. PourQuoi n’aviez vous pas enfermer les militaires qui ont tire sur le palais de justice en 2011 (si je ne me trompe pas.)
    Blaise Compoare est parti et tout le monde veut faire le malin. Commencons a enfermer les magistras ingrait au lieu d’enfermer des gens qui cherchent a survivre. Madam la Ministre de la Justice s’il vous plait pas de salaire pour les magristrATs jusqu’a leur reprise. Aussi trouvez du travail aux jeunes et vous verrez qu’ils ne seront plus la.

  2. Vous me d?cevez vous les magistrats ce n'est pas de la sorte qu'il faut vouloir redorer votre image. Revoyez plut?t dans vos rangs ceux qui re?oivent des pots de vin. Laissez en paix ce pauvre et petit d?marcheur.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *