Nigéria: Boko haram libère environ 200 otages

397 0

La secte islamiste Boko Haram vient de libérer, après plusieurs jours de détention, 192 otages, essentiellement des femmes dans le nord-est du Nigeria.

Elles furent capturées par le groupe armé le 6 janvier dernier à la suite d’un raid dans un village de l’Etat de Yobe à Katarko, situé à 20 km de la capitale régionale de Damaturu, selon l’AFP.

La descente musclée sur Katarko par les hommes de Boko Haram avait fait 25 victimes, tous des hommes. Des habitations et des magasins avaient été brûlés avant de ravir les otages. Cette attaque devait apparemment servir de mesure de rétorsion contre l’assaut donné par des chasseurs et vigiles locaux contre le village de Buni Yadi, où plusieurs membres de la secte avaient été tués et d’autres arrêtés, selon les déclarations des vigiles à l’époque.

Les enlèvements en masse sont devenus la spécialité de Boko Haram. Selon les témoignages des personnes libérées ou qui ont réussi à s’échapper, les otages sont souvent abusés sexuellement.

Selon un rapport du Bureau de Coordination des affaires humanitaires (OCHA) des Nations Unies publié mercredi 28 janvier dernier, 14 000 personnes, fuyant les violences meurtrières du groupe islamiste Boko Haram dans le nord-est du Nigéria se sont réfugiées au Tchad depuis le début de l’année.

« Les arrivées se poursuivent à un rythme de 774 personnes par jour », précise le rapport qui estime que « des afflux supplémentaires de populations sont à prévoir,  en raison de la recrudescence des attaques de Boko Haram dans le nord du Nigeria, ainsi que de possibles tensions autour des élections ». 

L’organisation terroriste Boko Haram est née dans cette ville de Maiduguri en 2002. D’abord une simple secte, elle s’est érigée en 2009 un groupe islamiste armé après l’exécution de son leader de l’époque par les forces de l’ordre.

Kouamé L.Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *