Mali : L’opposition malienne solidaire des populations de Gao  

517 0

 Une manifestation sanglante entre la force onusienne de la Minusma et des habitants de Gao, dans le Nord-Mali, la semaine passée,  a fait 3 morts dans le rang des protestataires. Des leaders de l’opposition malienne s’y  sont rendus, lundi pour “apporter leur contribution à la réconciliation”, indique l’Anadolu Agency. 

A la suite d’une violente manifestation contre la mission de l’ONU au Mali, la Minusma, faisant 3 morts dans les rangs des habitants de Gao, et après la visite du président de la République malienne, Ibrahim Boubacar Keïta, jeudi dernier, dans cette localité, ce fut au tour de l’opposition malienne de témoigner son soutien aux habitants de Gao et de “présenter ses condoléances aux familles éplorées et apporter sa contribution au retour au calme et à la réconciliation”, selon Anadolu.

A en croire Tiébilé Dramé, président du PARENA, Parti pour la renaissance nationale,  “Nous sommes à Gao pour apporter un message d’apaisement et de réconciliation. Nous avons rendu visite aux blessés à l’hôpital de Gao et aux familles de victimes avant de rencontrer toutes les forces vives de Gao”.

La délégation de l’opposition malienne à Gao a remis aux victimes de la marche de Gao qui a coûté la vie à trois personnes, une somme de 2.5 millions de Fcfa dont  1.5 millions FCFA pour les familles endeuillées et 1 million pour les blessés.

A l’origine de la tuerie de Gao, un projet d’un accord de zone temporaire de sécurité que voulait signer la force onusienne et la coordination des mouvements de l’Azawad (CMA-plateforme réunissant des groupes armés séparatistes Touareg). Ce projet permettrait, selon les manifestants,  sur le long terme aux groupes armés séparatistes d’obtenir l’autonomie de l’Azawad à  laquelle ils sont opposés.

En réponse à la lapidation des manifestants, les casques bleus ont répliqué par des tirs lacrymogènes. Certains manifestants ont assuré, à Analodu que les casques bleus avaient fait usage de tirs à balles réelles, action que la Minusma a, de son côté, formellement démentie. Toutefois, le bilan est indiscutable, 3 morts parmi les manifestants.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *