Alain Holleville : « Il faut que la transition soit transitoire »

La délégation de l’Union européenne en marge de la conférence de presse de la Journée Ouagalaise de Développement (JOD) animée ce mardi 3 février, a promis apporter son aide à l’organisation des élections en octobre 2015, en insistant sur le fait que la transition soit dans le délai. 

Le chef de file de l’Union Européenne au Burkina, Alain Holleville a indiqué que l’UE compte apporter son appui financier aux élections d’octobre 2015 au Burkina Faso de « quelques dizaines de millions d’euros».

Cependant l’enveloppe financière n’est pas tout à fait définie, dit-il. «Nous attendons que les autorités nous saisissent d’abord». En termes d’attentes, «nous avons besoin d’avoir une orientation claire et un calendrier électoral», fait-il remarquer.

Transition transitoire. Alain Holleville a insisté sur la nécessité de ne pas prolonger cette période. «Il faut que la transition soit transitoire », dit-il, souhaitant que les choses rentrent dans l’ordre rapidement et que les autorités de la transition passent le témoin dans les délais.

 Alain Holleville a tenu à rappeler  aussi le rôle que l’Union Européenne a joué pour garantir la stabilité avant, pendant l’insurrection et continue  avec le gouvernement de transition.

Il souligne à cet effet, que n’étant pas des médiateurs, elle a joué des rôles d’éclairage en vue de faire passer un certain nombre de messages sur les décisions prises en son temps. «Je l’ai fait auprès de Blaise Compaoré et de l’opposition aussi», affirme-t-il.

L’Union Européenne fait également partie des groupes de suivi auprès du gouvernement de la transition avec l’Union Africaine, la CEDEAO.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page