Des sankaristes font recours à Mariam Sankara pour conquérir Kosyam

351 3

Dans une lettre ouverte signée du 26 janvier 2015, le mouvement Kamb-Si-Yiangda invite la veuve de l’ancien président Thomas Sankara à initier un processus inclusif de rassemblement et d’organisation des sankaristes. Ce rassemblement viserait la conception et l’impulsion du renouveau Sankariste pour un Burkina nouveau post 2015.

Dans la lettre adressée à Mariam Sankara, le mouvement Kamb-Si-Yiangda, souhaite par l’initiation d’un tel processus, aboutir à la naissance d’une Communauté des Sankaristes-Unis pour le Renouveau (S.U.R), à l’impulsion d’un renouveau sankariste et à l’adoption de commun accord d’un projet de société sankariste.

Ils souhaitent également aboutir à la désignation d’une candidature sankariste unique et consensuelle pour l’élection présidentielle, à l’établissement d’une liste commune des sankaristes aux élections locales et d’un agenda du processus du renouveau sankariste.

Selon eux, on ne peut s’attendre « à un vrai changement social, une vraie alternance, un renouvellement véritable de la classe politique dirigeante avec des partis dont les leaders sont tous originaires du pouvoir déchu de Blaise Compaoré », puisque le peuple burkinabè est désormais mature. Et le salut de ce peuple burkinabè passerait par le renouveau sankariste.

« En réponse aux attentes des acteurs de la révolution et de nos martyrs et héros tombés les 30 et 31 octobre 2014 et bien avant le 15 octobre 1987 et le 13 décembre 1998, … il n’y a de salut pour notre peuple qu’un renouveau national fondé sur la vision, les valeurs d’intégrité et les idéaux de Thomas Sankara, votre époux, notre patrimoine politique national ».

Lequel renouveau a besoin du concours de Mariam Sankara, en laquelle la jeunesse burkinabé voit « un recours », pour « prendre son envol vers Kosyam ». Pour eux, il existe une diversité dans le sankarisme, mais bien qu’ils prennent tous leur source en Thomas Sankara considéré par tous comme héritage patrimonial  national, il n’existe aucune initiative réelle tendant à tous les unir. A cet effet, ils ont distingué deux catégories de sankarisme.

Le « Sankarisme politique » serait composé de partis politiques d’obédience sankariste qui prônent l’idéal sankariste et fondent leur programme politique sur le sankarisme.

Le « Sankarisme Citoyen », quant à lui rassemblerait des personnes ou groupes de personnes qui, en dehors de tout militantisme, revendiquent la vision, les valeurs et les idéaux de Thomas Sankara. C’est à cette catégorie que s’identifie le Mouvement Kamb-Si-Yiangda. Ils considèrent alors qu’une fois unis, leur nombre et leur diversité fera d’eux la première force politique du pays permettant de conquérir et rendre le pouvoir au peuple en 2015 par les urnes.

Mouniratou LOUGUE

Il y a 3 commentaires

  1. Messieurs les Sankariste, sachez que la politique n’est pas un “emotion game”. Vous ?tes en train de travailler pour le retour de Blaise Compaor?. Que vaudra par exemple la candidature de Mariam face ? celle de ceux qui pr?parent le retour de Blaise: Bassolet et Diend?r

  2. Avez-vous besoin que Mariam Sankara vienne vous unir pour aller ensemble au combat? je trouve cet appel digne de personnes incapables. lorsqu'on s'engage dans un combat, il faut toujours s'assurer de la qualit? des armes que l'on d?tient. si les sankariste sont incapables de s'unir, rien d'autre ne pourra les unir meme pas mariam. En outre le combat de Mariam est autre que de conqu?rir le pouvoir d'?tat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre