Burkina : Le RAD apporte son soutien au Premier ministre

Dans la déclaration qui suit, le Réseau  d’action pour la démocratie (RAD), dont le président est le député Casimir Sawadogo, membre du Conseil national de la transition (CNT), apporte condamne les mouvements d’humeur au Régiment de sécurité présidentielle (RSP) et apporte son soutien au Premier ministre Isaac Zida.

Le 04 février 2015, des éléments du Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP) se sont encore fait entendre et de la mauvaise manière en empêchant la tenue du conseil des ministres et en demandant le départ du premier ministre, portant ainsi atteinte à la bonne marche de la transition. Le Réseau d’Action pour la Démocratie (RAD) tire la sonnette d’alarme sur cet acte qui n’est ni plus ni moins qu’un coup d’Etat orchestré contre les institutions de la transition. Aussi, il n’est nul doute que ces revendications cachent la volonté de créer un chaos pour favoriser le retour au devant de la scène politique des anciens barons du régime déchu.

Aussi, le RAD, comme tous les Burkinabé épris de paix et de justice ne peut tolérer l’existence d’une milice au sein de l’armée républicaine.  Cette milice pense qu’elle est au dessus de l’armée et même du peuple burkinabè. En effet, par ces actes du 30 décembre 2014 et du 04 février 2015, pour ne citer que ceux là, le RSP a convaincu les plus sceptiques qu’il n’est nullement au service du peuple Burkinabè mais plutôt au service d’un régime qui n’existe plus. Ce régiment fût-il corps d’élite qui, en principe, devait servir le peuple Burkinabè s’est illustré durant tous les 27 ans de règne de Blaise Compaoré comme un instrument servant à commettre les besognes du régime. Nous en voulons pour exemples les crimes commis à commencer par le lâche coup d’Etat du 15 octobre 1987, en passant par la disparition de Boukari Dabo, de Oumarou Clément Ouédraogo, l’horrible assassinant de Norbert Zongo et ses compagnons, sans oublier que ce sont des éléments de ce même corps qui ont obéi aux ordres de l’ancien président en tirant sur la population qui manifestait à mains nues et faisant d’innombrables victimes.

Par conséquent, le Réseau d’Action pour la Démocratie (RAD), dans sa quête d’une nation démocratique et paisible :

  • condamne avec énergie ce coup de force de ce 04 février maquillé en revendications corporatistes ;
  • met en garde contre toute tentative de déstabilisation des institutions de la transition ;
  • prévient que le peuple Burkinabè ne se laissera pas distraire par ces soit disant revendications qui cachent en réalité les tentatives des nostalgiques du régime déchu de reprendre la main ;
  • Réitère son soutient ferme et inconditionnel au premier ministre le Lieutenant Colonelle Yacouba Isaac ZIDA et toutes les autorités actuelles de la transition ;
  • appelle le peuple burkinabé dans toutes ses composantes (jeunes, vieux, femmes, hommes) à se mobiliser comme il l’a fait depuis longtemps pour demander la dissolution du RSP ;
  • appelle le peuple Burkinabè à la vigilance et à la mobilisation massive pour faire échec à l’action des forces tapis dans l’ombre et qui essaient par tous les moyens de faire échouer la transition ;
  • appelle le peuple Burkinabè à œuvrer dans le sens de la sauvegarde des acquis de la révolution populaire et pour une transition apaisée devant conduire à des élections libres, démocratiques et transparentes ;

Pour que plus rien ne soit comme avant, soyons tous unis.

Vive le Burkina Faso !

Fait à Ouagadougou le 05 février 2015

Le Président

Le Député Casimir SAWADOGO



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Un commentaire

  1. j’acourage toutes les gardes pr?sidentielle de continuer leurs combats issaka zida n’es que un ministre provisoire pour l’instant on lui a accorder un mandat un an mais pourquoi il veut changer du haute grad?s du gardes pr?sidentielle la fou ou quoi casser luihooooooooooooooooooooooooooooo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page