Message au RSP : La Transition comme une opportunité de conversion réussie

521 0

Ceci est l’opinion d’un lecteur, trouvant que la transition est une opportunité pour  le Régiment de sécurité présidentielle (RSP)

Pour ceux qui pensent que les écrits sont des prétextes pour s’afficher gratuitement, la publicité comme ils savent si bien le dire, nous les invitons ici à écrire sur les thèmes chauds de l’actualité, notamment, le RSP. Ils comprendront qu’écrire est un exercice périlleux, et que cette posture n’est pas une sinécure, mais plutôt, tout un combat, tout un sacrifice de soi!

Dans le présent écrit, je voudrais donner au RSP, l’appellation suivante : REGIMENT DE SAGESSE POSSIBLE. Sagesse possible, parce que réellement, les temps ont changé dans le monde du 21ème siècle. Et l’acceptation de cette réalité de changement du temps, s’impose à tous, qu’on soit militaire ou non. Personne n’y peut rien contre.

Si cette Révolution du monde marquée notamment par les TIC reste encore diffuse pour certains, tôt ou tard, elle sera d’une évidence criarde.  Par cet acte même de nouvelle appellation, le RSP, sous forme Régiment de Sécurité Présidentiel se voit dissout au nom de Dieu!

C’est ce mot dissout que certains ne veulent pas entendre, mais si on s’y familiarise, il cessera de faire PEUR, même aux principaux concernés. Je dois m’excuser. J’ai utilisé le mot PEUR qui n’est pas commode avec un militaire d’élite. Un militaire n’a aucune raison d’avoir PEUR, surtout s’il n’a pas en face de lui une armée militaire ennemie, surtout étrangère. Si un militaire, de surcroit, appartenant au corps d’élite n’a pas PEUR, il convient de trouver dans ce cas, d’autres explications à tous ces remous venant des soldats, et exposés à la place publique, les 30 décembre 2014 et 04 février 2015 ?

Dans le cas présent, il semble qu’il s’agit d’intérêt propre à un corps et non de PEUR. Mais s’il ‘agit réellement d’intérêt de ce type, que voudront venir chercher les armes dans une telle affaire au point d’inquiéter le Premier Ministre Zida ?

Confiez-nous cette affaire, dans le cadre d’une réflexion, et nous allons réfléchir pour y trouver une réponse paisible et durable pour la Démocratie ; je dis bien, pour la Démocratie. Il y a des choses plus complexes que cela, mais le peuple burkinabè y apporté des solutions, pour peu, que l’on accepte poser clairement le problème. Quand on dit Démocratie, tous, sans exception, avons beaucoup de chose à y gagner à court, moyen ou long terme.

Le Régiment de Sécurité Présidentiel a souvent été identifié aux armes, à la terreur, et à la mort de ses cibles ou adversaires. Sans minimiser en partie cette réalité que l’expérience pragmatique nous enseigne, il est aussi évident que c’est l’être humain qui se trouve derrière ces armes, qui les manipule, et qui sait faire dans le discernement.

Ce côté être humain, est hautement plus noble, plus valorisant que la simple et seule impression de susciter la terreur. Il est évident aussi qu’en voulant défendre les intérêts du corps du Régiment de sécurité présidentiel, c’est surtout l’aspect humain qui prévaut ici, et non l’aspect terreur. En tant que Etre humains constituant un corps, défendre son intérêt relève presque spontanément du domaine du réflexe humain. Ne dit-on pas que l’Homme est mû par ses intérêts. En raison de la prévalence de ce facteur humain, discutons aussi humainement pour trouver des solutions humaines intelligentes.

La situation dans laquelle le Burkina Faso se trouve aujourd’hui, revêt un enjeu qui dépasse en réalité les frontières de notre pays. Toute l’Afrique nous regarde désormais comme un modèle. Mieux, tout l’univers entier habité par les Hommes, nous regarde. L’intelligence et la sagesse du peuple Burkina a été saluée dans toutes ses composantes.

 Est-il nécessaire de rappeler que le peuple s’entend par civile et corps policier et militaire ? L’Armée a donc été saluée de par sa retenue dans une certaine limite. Elle jouit en ce moment d’une réputation qu’elle seule est à mesure d’entretenir et de conserver.

 S’engager sur des voies autres que le dialogue ouvert et la concertation avec des concessions raisonnables, dans le cadre des textes que nous sommes donnés et qui peuvent aussi continuer à se parfaire (Constitution, Charte), c’est prendre le risque de s’aventurer vers des destinées non maîtrisées, incertaines, voire violentes, qui n’arrangent personne en fin de compte.

 Défendre un intérêt quelconque, c’est supposer disposer de la paix et de la tranquillité pour en jouir. Et si on ne dispose pas de moment de jouissance d’un intérêt, à quoi servirait en fin de compte ce même intérêt ?

Quelle fiabilité pourrait avoir notre Transition encore, si le Premier Ministre devrait quitter le Gouvernement, non par la volonté du Président, mais plutôt, par la volonté ou les injonctions de ses camarades d’arme ? Ce serait une Transition incertaine, retournée à la case départ avec la démission aussi de tous les ministres, sinon une Transition compromise, et seule Dieu pourrait prédire ses issues.

Plutôt que de voir cette période comme une menace, le corps du Régiment de Sagesse Possible peut la saisir au contraire, pour redorer son blason et ennoblir ses missions, sans pour autant perdre ses intérêts essentiels.

Au-delà du RSP, il est bon de rappeler aussi les civils qui sont dans les organes de la Transition, que l’intégrité, le sacrifice de soi doivent être les maitres mots dans leurs exercices. Ils doivent renoncer à toute forme de gourmandise, donner l’exemple et nous éviter le plus possible, certaines décisions à polémique qui ne peuvent se justifier que par leur faiblesse d’homme égoïste !

06 février 2015

IDM


NDLR : Le titre est de la Rédaction



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *