Sport au Burkina : Le ministre Kabré continue ses consultations

836 0

Le ministre des sports et des loisirs David Kabré a rencontré les agents dudit ministère le lundi 9 février 2015 au Stade du 4 -Août de Ouagadougou. L’objectif de cette rencontre était d’échanger sur les problèmes de ce ministère et permettre d’impliquer tout le monde pour des résultats probants pour cette phase de transition.

Le ministre des sports et des Loisirs David Kabré continue ses consultations avec les acteurs du sport burkinabè. Après plusieurs associations de sports, David Kabré a reçu ce lundi 09 février 2015 les agents de son ministère.

Avec eux, il a échangé sur les différentes actions en mettre en œuvre pour atteindre l’objectif de la transition. « A l’image du corps humain, chacun de vous constitue un membre de cet organisme et a une fonction essentielle à jouer. Chaque membre a sa place et doit jouer son rôle pour le succès de la mission qui nous est assignée », a-t-il dit à l’adresse des agents.

Ces derniers ont posé quelques problèmes qu’ils rencontrent. Il s’agit, entre autres, du manque de matériel, des conditions difficiles de concilier les tâches administratives et les tâches pratiques. Ils ont aussi posé des problèmes relatifs au plan de carrière des professeurs d’Education Physique et Sportive (EPS) des lycées et collèges et le rattachement de l’Institut national de la jeunesse de l’éducation physique et des sports (INJEPS) à l’Université de Ouagadougou.

Ils ont invité le ministre des sports David Kabré à mettre l’accent sur les sports de main, de combats, l’athlétisme sans oublier les infrastructures. Sur ce point, ils ont souhaité que tous les espaces dédiés au sport dans la ville de Ouagadougou soient répertoriés et mise en valeur pour permettre de décentraliser la pratique du sport dans les quartiers de Ouagadougou. Ils ont relevé des difficultés au niveau de l’Union des sports et des loisirs du Burkina Faso (USSU-BF).

David Kabré, conscient de ces préoccupations, a confié que certaines d’entre elles ont été déjà prises en compte comme le rattachement de l’INJEPS à l’Université de Ouagadougou, la formation prochaine de certains agents en doctorat et en master, etc. Des réflexions sont en cours pour certains points et d’autres seront pris en compte.



Article similaire

There are 1 comments

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *