Loukmane Ouédraogo: “Il ne faut pas fermer la porte aux jeunes” en équipe nationale

1214 0

Considéré comme l’un des  espoirs du football burkinabè, Loukmane Ouédraogo fait partie de la génération des Etalons U17 de 2009. Ancien joueur de l’ASFA Yennenga, il s’est distingué notamment lors de l’année 2012 où il a été reconnu meilleur passeur.  Le Burkinabè qui vient de s’engager avec Istres rêve de briller un jour avec les Etalons.

received_881095108579798

Burkina24 (B24): Quel est ton parcours footballistique?

Louckmane Ouedraogo (LO) :  Dès l’âge de 14 ans j’ai été au centre de formation du Feeynoord au Ghana où j’ai fait cinq ans. Après le Ghana, j’ai décidé de rentrer au pays où j’ai joué pour l’ASFA Yennega.

Et en 2013, j’ai déposé mes valises en France où j’ai signé avec Niort qui m’a prêté au club de Boulogne sur Mer. Et après ce prêt, j’ai résilié mon contrat et je viens de m’engager pour six mois avec le club de Istres qui est en national. En équipe nationale, j’ai joué dans toutes les catégories sauf avec les seniors.

B24 : D’après des rumeurs un retour à l’ASFA Yennega était prévu cette année.

L.O : Oui j’ai passé une saison difficile l’année passée et je me suis remis en question et j’avais besoin de me ressourcer, de prendre du recul et de me retrouver. J’avais envisagé de rentrer au pays sous forme de prêt à l’ASFA Yennega pour retrouver la confiance. Mais ça s’est pas fait, parce que je me suis engagé avec Istres FC.

B24 : On constate qu’il y a un lien d’amour entre l’ASFA Yennega et toi.

L.O : L’ASFA Yennega restera un club de cœur, parce que c’est un club qui m’a propulsé. Depuis tout petit, j’étais fan et j’ai eu la chance d’y jouer. Les supporters m’ont accepté et soutenu quand j’y étais.

B24 : Est ce que tu es suivi par la Fédération burkinabè de football (FBF)? 

L.O : Je pense que oui par les statistiques, autrement je ne sais pas, parce que je ne reçois pas de coup de fil.

B24 : Pourquoi les jeunes ne sont pas appelés en senior?

LO : Je ne sais pas, mais je pense qu’à un certain moment, il faudra composer  avec nous aussi. Il ne faut pas qu’on nous ferme la porte. Le Ghana est un exemple. Nous les jeunes, on est en manque d’intégration en équipe nationale senior. Il faut une association de génération.

Lire la suite sur B24 Sports



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *