Côte d’Ivoire : Manifestations devant l’ambassade et le Consulat général du Burkina

509 8

Le collectif des associations et mouvement de jeunesse burkinabè en Côte d’Ivoire (CAMJBCI) présidé par Savadogo Hamed a tenu deux sit-in simultanés à l’ambassade et au consulat général du Burkina en Côte d’Ivoire, ce vendredi matin. Principales revendications : L’amélioration des relations diplomatiques entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso et le droit de vote de la diaspora burkinabè tel qu’inscrit dans la Constitution burkinabè.

Tout débute aux alentours de 9h ce vendredi lorsque des groupuscules de manifestants convoqués par le collectif des associations et mouvement de jeunesse burkinabè en Côte d’Ivoire (CAMJBCI) se regroupent progressivement dans les encablures de l’Ambassade et du Consulat général du Burkina en Côte d’Ivoire, tout deux sis à la commune du Plateau à Abidjan.

L’initiateur de cette manifestation, Savadogo Hamed, entame alors des négociations avec les agents de la police nationale venu sécuriser ces deux institutions.

IMG_0222 (1)
Hamed Savadogo face à l’ambassadeur Koutaba

Il leur garantit la discipline de ses troupes tout en exigeant la présence effective de l’Ambassadeur burkinabè en Côte d’Ivoire, Justin Koutaba, ainsi que le consul général, Daouda DIALLO, pour leur remettre un document  contenant deux revendications majeures à savoir, le rétablissement effectif des relations diplomatiques entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire ainsi que le vote « pas négociable » de la diaspora.

Joint au téléphone, Savadogo Hamed,  s’est dit particulièrement offusqué par les propos du Président de la transition du Faso ; propos selon lesquels « le Burkina n’a pas forcement des amis en Côte d’Ivoire ».

Pour le président de la jeunesse burkinabè en Côte d’Ivoire, « Michel Kafando devrait être la dernière personne à dire de telle chose diplomatiquement dangereux car le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire sont en réalité des Etats jumeaux de par l’histoire, la géographie et le brassage des deux peuples ».

Pour lui, les relations entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire sont en réalité « grippées » et cela est « inacceptable ».

« Le lien entre ces deux pays ne devrait pas être déterminé par une seule personne, en l’occurrence Blaise CompaoréIl faut donc corriger cela au plus tôt par des excuses publiques du président Kafando aux autorités ivoiriennes», a-t-il confié.

Sur la question relative au droit de vote de la diaspora, Savadogo Hamed est  intransigeant car considérant que « la transition qui devrait jouer la carte de l’indépendance ouvre par cette mesure la porte  d’une injustice récupérable à des fins politiques».

Pour Savadogo Hamed, lui et le collectif des associations et mouvement de jeunesse burkinabè en Côte d’ivoire (CAMJBCI) qu’il dirige ont tenu leur pari ayant empêché le fonctionnement de ces institutions burkinabè en Côte d’Ivoire et rencontré l’ambassadeur du Faso et ses plus proches collaborateurs pour leur parler de vive voix et leur remettre en personne leur revendications.

En retour, le diplomate burkinabè à promis transmettre le message à qui de droit.

Kouamé L.Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24



Article similaire

Il y a 8 commentaires

  1. Mr JAMES BEKER un vrai Burkindi ne se laisse pas manipuler . Et c’est dans cette logique que nous avons chass? votre Champion Blaise du pouvoir sans votre contribution. Vous avez re?u combien par personne pour faire cela? La jeunesse au pays est consciente et digne.Le Pr?sident KAFANDO ne demandera pardon ? personne.Vous devrez avoir honte. Vous avez raison car Les propos du Propos du Pr?sident KAFANDO il faut avoir un certain niveau de culture intellectuel pour comprendre. A cause des tee-shirt vous-vous levez pour denigr? les autorit?s de votre pays, quelle honte?

  2. dites nous la verit? ki es derrier tout moi je dis le president kafando a raison vous pens? ke kwa nous somme ici ai gabon la delegation de la ceni etait venu ici nous avions dicut? avec eux si aujourd ‘hui le president trouve ke a l’etrag? ces impossible attendons 2020 depuis 1987 vous n’etiez pas en cote d’ivoir? vous parlez de la dignit? ces en 2015 ke vous conaissez la dignit?? vous n’aviez pas honte march? jusqu’a kosyam la diaspora ces 2020

  3. vous ?tiez en sommeil pendant les 27ans non?si c’est maintenent que vous vous ?tes reveill? c’est tard attender 2020.

  4. nous lancons un appele a tous nos compatiote d;ici d;allieur d'aderer a notre combat qui est noble parce que pour nous ces une question de DIGNITE ces n'est que le debut de no revendications nous n'allons pas nous arrete la. la diaspora grogne de colers apres les propos du chef de l'etat qui a oser nous qualifier d'enemis au palais du peuple au burkina faso qui peut nous dire ici qu'il na pas des mambres de sa famille ou des amis en cote d'ivoire meme michel kafando la majorite des burkinabes de l'etranger sont solidaire a leurs de freres de cote d'ivoire et grongne de coler parce que pupliquement renie par kafando et nous assumiler a blaise compaore .nous disons non nous somme des burkinabes je dit bien des burkibis point . comme cela suffusait pas il tente encord de nous hypoteque notre DROIT de vote acquit difficilement et constututionaliser nous demandons a tous les burkinabes de bon sance de nous soutenir afin que notre droit ne soi pas sacrifier ces un S O S merci

  5. Pourquoi vous ne dites pas que la mobilisation n'a pas ?t?? Cette centaine de personnes est-elle repr?sentative de la dispora burkinab? en C?te d'Ivoire???

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *