Méfaits du sachet plastique : “Saint Valentin propre” au marché de Gounghin

424 0

Le Groupe de recherche et d’analyse appliquées pour le développement (GRAAD) a échangé avec les populations, ce samedi 14 février 2015 du marché de Gounghin de la capitale burkinabè, sur le sachet plastique et ses méfaits.

En ce jour de fête de Saint-Valentin encore appelée « fête des amoureux », plusieurs personnes, venues au marché de Gounghin, ne manqueraient pas de quoi donner à leur partenaire ou leur proche en guise de cadeau de Saint-Valentin.

En effet, le GRAAD, a organisé une séance de sensibilisation de proximité au marché de Gounghin sur les méfaits des sachets plastiques non biodégradables, ce samedi 14 février. A travers cette sensibilisation, plusieurs personnes, en l’occurrence les femmes, ont répondu à des questions sur le sujet, chanter ou même danser avant de gagner des cadeaux.

L’action a suscité de l’intérêt chez bon nombre de femmes au marché de Gounghin et a éveillé leur attention sur les méfaits des sachets plastiques. Pour une d’entre elles, d’ailleurs gagnante, « cette sensibilisation est, en tout cas, la bienvenue et nous remercions les organisateurs ».

Selon le secrétaire exécutif du GRAAD, Gountiéni Damien Lankoandé, « l’objectif était de sensibiliser nos parents, les grands publics sur la question du sachet plastique. Il y a partout des panneaux Zéro sachet plastique. Mais ce n’est pas tout le monde qui sait lire ».

Par contre, il dit ne pas vouloir trop distiller le message de l’interdiction, parce que selon lui, les gens ont compris, sont conscients et même d’accord pour l’interdiction des sachets plastiques non biodégradables.

Le secrétaire exécutif du GRAAD, Gountiéni Damien Lankoandé.
Le secrétaire exécutif du GRAAD, Gountiéni Damien Lankoandé.

Avec quoi on va remplacer le sachet plastique ? Comment irons-nous au marché ?

Ce sont entre autres des préoccupations auxquelles Gountiéni Damien Lankoandé pense trouver quelques éléments de réponses :

« Au fait, notre sensibilisation de ce matin est orientée vers ces préoccupations.

Nous avons visé particulièrement les femmes. Il y a des hôtesses qui sont à l’intérieur du marché, qui discutent avec les gens, qui les sensibilisent ».

En pratique, l’équipe à l’intérieur du marché discute avec les femmes.

Aux dires de M. Lankoandé, si ces dernières sont intéressées par les discussions et écoutent soigneusement les communications, « on leur fait tirer une enveloppe surprise et elles peuvent gagner des lots (composés entre autres de sachets biodégradables contenant divers cadeaux dont des T-shirts, etc.) ».

« Ces sacs biodégradables prouvent qu’on peut changer. C’est donc une sorte d’alternative aux sachets plastiques qui sont dangereux pour la santé humaine et l’environnement », telle est en somme, la réponse apportée par le secrétaire exécutif du GRAAD qui ajoute que d’autres activités sont également en préparation avec le ministère de l’environnement notamment des conférences, des sensibilisations de groupe de masse sur la loi même qui interdit les sachets plastiques non biodégradables.

En rappel, c’est le 21 février prochain que la loi portant interdiction des sachets plastiques au Burkina Faso va entrer en vigueur.

Noufou KINDO

Burkina24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

A voir ce week-end à Ouagadougou

Posté par - 12 octobre 2012 0
Cette semaine encore, la capitale burkinabé vibrera culturellement. Des soirées  cinéma, en passant par les concerts musicaux, voici quelques suggestions…

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *