ADF/RDA : Gilbert Ouédraogo à Tenkodogo et à Fada N’Gourma pour le pardon

591 13

Après Ouagadougou, il est revenu au Dima de Tenkodogo et de Fada N’Gourma d’accueillir successivement Me Gilbert Noel Ouedraogo ce 19 février 2015. Ces rencontres des deux autorités coutumières est la suite d’une démarche de réconciliation que le président de l’ADF/RDA ne compte pas arrêter en si bon chemin.

Délégation. La délégation de l’ADF/RDA était composée de certains cadres du parti. En dehors de Me Gilbeert Ouédraogo, on comptait le vice-président Diao Koné,-aujourd’hui président intérimaire du parti- le 2eme vice-président Philippe Ouédraogo, le représentant du parti au Conseil National de Transition (CNT) Joséphine Kanyoulou, des anciens députés comme Yacouba Sawadogo, Folga Lankouandé, et bien d’autres militants.

A Tenkodogo. Dans la région du centre-est, la délégation a atterri dans la cour royale de sa Majesté Naaba Saaga, Dima de Zungran Tinga. A la sortie des concertations entre lui et le président de l’ADF/RDA, ce dernier s’exprime : «je suis ravi de cette rencontre que j’ai eue avec mon père ».

« Je suis venu prendre conseil auprès de mon père qui m’a écouté, qui m’a largement conseillé et je pense que je pars avec suffisamment d’éléments qui vont me permettre à l’avenir de pouvoir avoir la conduite qui sied à pareille circonstance », a-t-il renchéri.

Sa majesté Naaba Saaga n’a pas tenu un autre discours. Au contraire, celui-ci confirme : « c’est mon fils qui est venu me voir […] Un bon père doit toujours souhaiter que son fils ait une longévité plus que lui, que son fils ait tout plus que lui ».

C’est donc réconfortée dans sa démarche que la délégation a quitté le centre-est pour l’Est.

A Fada N’Gourma. Auprès de sa majesté Kupiendieli, roi du Gulmu, le son de cloche n’a pas varié. « Les mots c’est pardon et prospérité ultérieure pour le parti qui doit s’organiser pour reprendre en main son destin ». La demande de Me Ouédraogo a trouvé satisfaction car sa majesté indique : «le pardon a été fait, je l’ai accordé au nom du Gulmu ».

Notons que le roi du Gulmu est un ancien député de l’ADF/RDA. L’hôte du jour n’a donc pas hésité à préciser qu’il était venu voir l’autorité coutumière et non le député : « il est important qu’on fasse la distinction entre le roi du Gulmu et le député de l’ADF/RDA. Là, nous sommes venus voir le roi du Gulmu et nous sommes heureux de recevoir le pardon ».

Quelle suite ? A ce jour, ce sont quatre Dima sur les cinq qui ont prêté oreille attentive au message de réconciliation et de pardon de l’ADF/RDA. Mais, à écouter Me Gilbert Noel Ouédraogo, la route semble toujours longue : « Nous allons élargir la rencontre aux autres régions. Nous allons aller voir l’Emir du Liptako Gourma, nous allons aller à l’Ouest pour rencontrer les responsables. Là où Dieu nous permettra d’aller, nous irons les voir ».

Issouf NASSA

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Il y a 13 commentaires

  1. Je suis satisfait de la r?action des patriotes dignes et fiers de la naissance d’un Burkina Faso vis ? vis de cet acabit de politiciens sans scrupules qui pensent qu’ils peuvent continuer ? manipuler les consciences des burkinab?s ?ternellement. Ce Monsieur doit penser vite ? sa reconversion car il servira mieux le Burkina.
    Il faut qu’il fasse une r?elle introspection quant ? son avenir. SI LE RIDICULE POUVAIT TUER

  2. “Nous sommes venu voir le ROI du Gulmu et non le d?pute de l’adf/rda, c’est la m?me chose car c’est les m?mes qui se disait sage du parti ,et qui t’avait dit de prendre l’argent de Blaise et soutenir le referendum. Donc il est comptable de ce qui s’est pass? comme toi. Songez ? demander pardon aussi aux familles des victimes.

  3. peuples du faso ouvrons l’?il qan janalyse g trouve q c geste d c gilber est enf?te une mani?re d retrouv? la confiance du peuple mai cest rat? on ne pi?tine pa les testicule dun aveugle 2 fois.

  4. Gilbert, un minimum de respect pour le peuple burkinabe. Tu as ?t? toujours g?teau. Ceux qui ne savaient pas te connaissent maintenant. On assume ses responsabilit?s. C’est l?che ce que tu fais. Quand on ne pense qu’? ses poches, on n’a pas de place dans la politique burkinabe.

  5. Gilbert, tu peux d?placer tous les montagnes du monde, le peuple Burkina est mur : Le peuple a vu ta trahison sans piti? pour de l?argent, si tu n?avais pas foutu la merde avec tes d?put?s mange mil, nous n?en serons pas l?. La lettre et l?esprit de l?article 37 allaient ?tre respect?s de gr? ou de force, l?alternance politique et ?conomique de notre pays ?tait sur les roulettes. Tu n?auras jamais le pardon du peuple qui tu as trahi sans avoir aucun remord. Retourne dans ton coin et implore tes anc?tres. Peuple Burkinab?, ne vous laisser plus trahir par un petit voyou de bas quartier.

  6. C’est assez pathetique comme demarche, surtout si l’on prend en compte qu’il a fallu que le people tout entire connaisse des moments de grande frayeurs, qu’il y ait eu des morts, et que BC ait fui de Kossyam pour qu’il realize enfin son erreur monumentale. Il a coule dans lea abysses de l’histoire avec tous ceux qui le suivaient, en ce compris le roi de Fada. Normalement, le conseil devait lui tender une plume empoisonnee…

  7. Ce monsieur a perdu les p?dales, allez voir nos autorit?s coutumi?res c'est normale ,ils vont implorer les anc?tres pour qu'ils transmettent au tout puissant ton pardon mais saches que apr?s tu dois te ranger.

  8. C’est le d?but de ton calvaire. Ne pense plus que tu vas encore nous embarquer dans ta prostitution politique. Rappel toi que je t’avais m?me d?montr? que le palais de kosyam te revenais si toute fois tu ne soutenais la modification de l’article 37.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre