Boissons périmées : Un ultimatum lancé au PDG du groupe OBOUF

660 11

Le gouvernement burkinabè  s’est saisi de l’affaire des boissons et autres produits périmés que le groupe OBOUF falsifiait les dates de péremption avant de  commercialiser.

  Selon le compte rendu du Conseil des ministres de ce 25 février, le gouvernement a établi les chiffres suivants :

  • 2 184 072 cannettes périmées ;
  • 372 bidons de 1,5 litres de boisson gazeuses de marque « coca cola » périmés ;
  • 276 boîtes de tomate concentrée de marque « le Trésor » périmées ;
  • 10 608 cannettes sans dates de péremption ;
  • 442 296 cannettes dont les dates de péremption ont été changées.

L’exécutif burkinabè a sommé le premier responsable de l’entreprise, Boureima Ouédraogo, actuellement hors du Burkina, de regagner le pays afin de se mettre à la disposition des autorités compétentes. Le gouvernement lui a donné jusqu’au 26 février 2015 à 00h. “Passé ce délai, une procédure internationale sera engagée à son encontre”, peut-on lire dans le compte rendu du Conseil des ministres.

A noter en rappel que 12 personnes ont été déjà mises aux arrêts dans cette affaire, dont le représentant au Burkina du groupe OBOUF, Noufou Ouédraogo. Quatre associations de consommateurs ont appelé ce 25 février à ne plus consommer les produits incriminés juqu’à nouvel ordre.



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 11 commentaires

  1. Foutaises maitre. Jai aussi ecoute ce matin votre intervention sur radio Omega, j?avoue que j?etais sidere par ce que j?entendais. Ainsi donc l?avocat d?OBOUF pense les droits de son client ont ete bafoues part la producedure judiciare. Mais ce malade d?avocat ne fait pas allusion aux droits des nombreux Burkinabe y compris le droit fondamental a la vie qui ont ete bafoues. Des millions de gens qui sont entrain d?etre tues a petit feu, et ce minable d?avocat pense qu?on doit proteger les droits de ce tueur. Si vous pensez que la date de peremption ne veut pas dire forcement que le produit est impropre a la consomation, pourquoi alors la changez vous. Il fallait laisser les dates en l?etat et c?est aux clients de juger s?ils doivent continuer a consommer des produits perimes, meme s?ils ne sont pas impropres a la consomation. Le simple fait de falsifier les dates de peremption vous fait tomber sous le coup de la loi par faux et usage de faux. Vous trompez les clients qui pensent consommer des produits de bonne saveur alors que ces produits ont deja perduit leur gout comme vous le dites vous. Aussi vous prentendez que les produits perimes etaient en attente d?etre detruits, alors que certains produits sont perimes depuis 2011. Donc 4 ans apres ce n?est pas encore detruits. Pourquoi Mr l?avocat? Et que font ces machines qui servent a falsifier les dates? Mr l?avocat faites attention sinon vous c?est a vous meme que le people va s?en prendre car vus etes aussi criminal que lui.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *