La JEP demande « d’interdire définitivement OBOUF d’importer tout produit alimentaire »

427 7

L’association « Je m’Engage pour ma Patrie (JEP) » a animé une conférence de presse, ce samedi 28 février 2015 à Ouagadougou, sur l’annulation du sit-in que ses militants ont voulu observer ce 28 février devant le siège du groupe incriminé OBOUF dans l’affaire des boissons à canettes périmées.

Ce samedi 28 février, un sit-in « purement pacifique » était prévu par les militants de l’association JEP de 9h à 12h devant le siège du groupe OBOUF, pour manifester leur mécontentement et interpeller à nouveau les autorités suite à la découverte de la commercialisation de produits dont les dates de péremptions sont dépassées et falsifiées.

« Après examen de votre lettre et sortie sur les lieux, je porte à votre connaissance que le site proposé pour la tenue du sit-in est inapproprié car se trouvant en plein centre commercial toujours encombré à ces heures de la journée », peut-on lire dans l’accusé de réception du Cabinet de l’Arrondissement n°1 de la Commune de Ouagadougou.

Le Chargé des encadrements et de la formation de l’association JEP, Jean Philippe Dabiré.
Le Chargé des encadrements et de la formation de l’association JEP, Jean Philippe Dabiré.

Le Chargé des encadrements et de la formation de l’association JEP, Jean Philippe Dabiré, pense que « c’est un refus stratégique puisque demander de délocaliser voudrait dire qu’on refuse de nous permettre de tenir le sit-in sur le lieu identifié ».

OBOUF doit dédommager les détaillants…

Faute d’un délai minimum de 72h et dans l’impossibilité de tenir le sit-in, la JEP a organisé une conférence de presse afin de donner entre autres la raison principale de l’annulation dudit sit-in.

Par ailleurs, l’association, à travers sa déclaration, a tenu à exprimer son indignation sur la mise en danger grave de la santé du peuple par OBOUF, interpeller les autorités notamment le Procureur du Faso sur la nécessité de faire lumière sur cette affaire de manière transparente.

Les militants de la JEP sont sortis nombreux lors des échanges avec la presse.

La JEP en outre « encourage les Forces de l’Ordre à poursuivre les investigations, demande le retrait et la destruction de ces produits périmés, demande d’interdire définitivement OBOUF d’importer et de commercialiser tout produit alimentaire au Burkina et pense que OBOUF doit dédommager les détaillants ».

Pour rappel, l’association JEP a été portée sur les fonts baptismaux en 2011 après la crise sociale et militaire que le Burkina a vécue. Elle est reconnue officiellement sous un récépissé en date de 2014. Elle se veut apolitique mais n’hésite pas à donner son avis sur des questions politiques et sociales.

Le mouvement a pour objectif principal d’éveiller la fibre patriotique chez les burkinabè et de donner plein sens à la notion de patriotisme. Elle compte environ une quinzaine de cellules installées dans différents secteurs du Burkina.

Noufou KINDO

Burkina24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Il y a 7 commentaires

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *