Affaire boissons périmées : L’ABCE donne de la voix

387 48

L’affaire des boissons périmées continuent de susciter des réactions. L’Association Burkinabè des Consommateurs des services de communication Electronique (ABCE), dans cette déclaration, s’adresse aux autorités de la transition et appelle à opérer des réformes dans la législation du commerce.

   Suite à la découverte de 1 280 tonnes de boissons périmées dans les entrepôts du groupe OBOUF, l’Association Burkinabè des consommateurs de services de Communication Electronique (ABCE) saisit cette opportunité pour dénoncer la léthargie des structures publiques de défense de consommateurs et l’obsolescence de textes en matière de concurrence et de consommation. Il s’agit de difficultés structurelles liées au secteur de la consommation de manière générale, ce qui motive notre réaction.

D’une part, elle fait constater que la responsabilité de la protection du consommateur incombe principalement à l’Etat à travers ses structures comme le laboratoire national de santé publique, les services du ministère du commerce (dont les inspecteurs doivent être permanents sur le terrain, la Commission Nationale de la Concurrence et de la Consommation, …). Des associations de consommateurs interviennent accessoirement à travers la fonction de veille et d’alerte.

Les infractions en matière de concurrence et de consommation sont prévues par la loi n°15-94 relative à la concurrence au Burkina Faso et le code de la publicité. Il ressort des articles 40 de la loi n°15-94 et 120 du code de la publicité que les fonctionnaires et agents de l’Etat spécialement commissionnées procèdent à la constatation par procès-verbaux des infractions prévues par lesdites lois. Ces infractions sont entre autres la tromperie du consommateur, la publicité mensongère…

Or dans la pratique, ces agents qui relèvent du ministère du commerce en arrivent rarement à cet « extrême » nonobstant leur qualité d’Officier de Police judiciaire dans ce domaine. Lorsqu’ils ne sont pas absents sur le marché qu’ils ont obligation de surveiller, ils préfèrent la transaction et la sensibilisation, convaincus de leur devoir d’éviter aux entreprises fautives, la faillite ; abandonnant ainsi leurs attributions à la police nationale et à la gendarmerie nationale qui constatent régulièrement les infractions y relatives (démantèlement d’unités clandestines de fabrique d’huile alimentaire, conditionnement de produits de qualité inférieure dans des emballages de marque qualitative…). Pourtant, ils ne font qu’appuyer les agents spécialisés du domaine.

L’inaction des services du ministère du commerce n’est donc pas liée à l’absence de pratiques illicites sur le marché des biens et services. Soit, ils manquent des moyens (financiers et techniques) pour accomplir leurs missions, soit, ils sont insensibles à la souffrance du consommateur qu’ils ont pourtant l’obligation de protéger. A titre d’illustration, en matière de télécommunication, la publicité mensongère est devenue le sport favori des opérateurs sans qu’aucune structure publique ne s’en préoccupe.

Ils ont certes le droit de transiger avec les fautifs conformément aux articles 49 de la loi n°15-94 et 120 alinéa 3 du code de la publicité. Cependant, si cette transaction met fin aux poursuites, elle n’exclut pas que les faits soient portés à la connaissance de l’opinion publique pour permettre aux consommateurs victimes de saisir la juridiction civile compétente (Tribunal départemental ou d’arrondissement, tribunal d’instance, tribunal de grande instance selon le montant du préjudice) en vue de demander la réparation du préjudice subi.

D’autre part, l’ABCE constate avec amertume, que les lois applicables en la matière sont obsolètes. L’infraction de tromperie du consommateur prévue par la loi n°15-94 modifiée par la loi n°033-2001 du 4 décembre 2001, à travers ses articles 25, 38 et 61 est punie d’une amende de 50 000 à 5 000 000 FCFA et d’un emprisonnement de un mois à six mois ou l’une de ces deux peines seulement. Le tribunal saisi peut alors opter alternativement pour l’amende ou pour l’emprisonnement qui ne doit pas excéder six mois. L’article 62 porte la peine au double en cas de circonstances aggravantes notamment si la trompérie ou tentative de tromperie a eu pour conséquence de rendre l’utilisation de la marchandise dangereuse pour la santé de l’homme et de l’animal (…).

Dans tous les cas, la peine maximale encourue par le dangereux falsificateur est une amende de 10 000 000 FCFA et un emprisonnement de douze mois. Il est évident que la peine est légère par rapport à la gravité des faits qui touchent même à la santé publique.

Cette clémence de la loi entraine la multiplication des infractions concernées (prolifération d’unités de fabrique alimentaire clandestine et insalubre, installations d’industries de falsification de produits de marque prisée ou de transvasement de produits de piètre qualité dans des sacs de produit de marque supérieure).

Il donc est impératif que loi n°15-94 et le code de la publicité qui prévoient entre autres ces infractions de trompérie du consommateur et de publicité mensongère soient révisées, en prévoyant des peines plus fortes, à des fins dissuasives.

A titre illustratif, le vol de poulet est punie d’une peine d’emprisonnement de un à cinq ans et/ou d’une amende de 300 000 à 1 500 000 FCFA alors que celui qui se rend coupable de tromperie du consommateur (par ex. falsification de date de péremption d’un aliment destiné à la consommation humaine) ne risque qu’une peine d’emprisonnement de douze mois et d’une amende de 10 000 000 FCFA.

Il est des consommateurs qui qualifient la falsification des dates de péremption des produits alimentaires à tort de « criminel » ou de « terroriste » pour dire qu’elle est très grave. La peine prévue par la loi qui réprime l’infraction de tromperie du consommateur risque de les faire déchanter. Pourtant, le juge en vertu du principe constitutionnel de la légalité des infractions et des peines ne peut prononcer une peine qui ne serait pas légalement prévue. Si une loi prévoit une peine faible, il n’appartient donc pas au juge de l’augmenter.

Notre association a eu l’occasion de demander de manière prémonitoire la révision de la loi n°15-94, lorsqu’elle a été invitée, par la Commission des Affaires Générales, Institutionnelles et des Droits Humains de l’Assemblée Nationale dans le cadre du processus de révision du code de la publicité, qui était en cours. Mais malheureusement, le projet de révision n’a pas abouti. En conséquence, l’ABCE interpelle les ministères en charge du commerce et de la communication à demander la révision de ces lois en vue de tenir compte davantage des droits du consommateur.

Elle constate douloureusement par ailleurs, que ces lois ont prévu les procédures de saisine des juridictions par les associations de consommateurs avec des défaillances. Elle attire leur attention sur la nécessité de faire des réformes en vue de permettre clairement la saisine des juridictions par les associations de consommateurs.

Enfin l’ABCE profite de l’occasion pour relever dans certains cas, l’inadaptation des mécanismes traditionnels de règlement des différends (justice étatique, arbitrage) en matière de réparation de préjudice du consommateur, d’où la nécessité de mettre en place des mécanismes extrajudiciaires de règlement des différends en matière de consommation. Cette inadéquation de la justice étatique et de l’arbitrage s’explique par le caractère modique mais bien fondé des préjudices subis par les consommateurs et le coût des procédures judiciaires.

De même, leurs complexité et lourdeur sont de nature à dissuader le consommateur à ester en justice. Pourtant, le montant global de ces préjudices homogènes subis par les consommateurs des entreprises est souvent très élevé. Mieux, de tels mécanismes sont à l’avantage des entreprises qui tiennent habituellement leurs clients à distance dès lors qu’il s’agit de réparer un préjudice.

Quand on sait que ces griefs des consommateurs sont fondés très souvent, il y a le risque pour l’entreprise de payer inutilement des frais de procédure judiciaire qui dépassent de loin le montant du préjudice économique subi par le consommateur d’où la nécessité de travailler en commun à mettre en place ces mécanismes extrajudiciaires de règlement des différends en matière de consommation.

L’ABCE interpelle une fois de plus l’exécutif de la transition (le ministère du commerce) et le Conseil National de la Transition (CNT) à faire des réformes législatives en matière de concurrence et de consommation. Bien entendu que tout ce qui touche à la santé du consommateur sera exclu de ce mécanisme.

 Ouagadougou, le 27/02/2015

Pour le Bureau exécutif de l’Association Burkinabè des consommateurs de services de Communication Electronique (ABCE).

Le président

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont la propriété de Burkina24 et soumis par nos lecteurs. Pour partager votre coup de gueule à publier sur Burkina 24 rendez-vous sur Coup De Gueule Coup De Coeur

Il y a 48 commentaires

  1. Sacr?e justice burkinab?!!! un voleur d’un seul poulet encourt une peine d’emprisonnement de 1 ? 5ans et/ou amende allant ? 1500000f pendant qu’un crimel d?cimeur de toute une nation en falcifiant les dates de p?remption de produits alimentaires, lui encourt une peine maxi d’emprisonnemt de 12mois seulement. Yaako burkinab

  2. c,es simplement domage , or la loi s,appliq aux faits posterieurs a sn entr? en vigueur , cela veu dir simplemen qu,on n pourra punir Mr Ouedraogo au dla d la loi en vigueur , sa c,es une loi penal tr favorabl au prevenu .

  3. c,es simplement domage , or la loi s,appliq aux faits posterieurs a sn entr? en vigueur , cela veu dir simplemen qu,on n pourra punir Mr Ouedraogo au dla d la loi en vigueur , sa c,es une loi penal tr favorabl au prevenu .

  4. C’est maintenant on vera si rien ne sera plus comme avant,comme avait sugg?rer le president Kafando lors de son investiture,oubien s’il a parl? de fa?on ironique ?a aussi on comprendra.

  5. La loi doit imp?rativement ?tre revue ?retrait de l’agr?ment d’autorisation d’importation et de commercialisation de produits alimentaires et d?riv?s et une peine allant de la valeur des produits incrimin?s multipli?e par douze avec indemnisation de toutes la cha?ne de toutes les personnes morales et physiques consommateurs et distributeurs?

  6. La loi doit imp?rativement ?tre revue ?retrait de l’agr?ment d’autorisation d’importation et de commercialisation de produits alimentaires et d?riv?s et une peine allant de la valeur des produits incrimin?s multipli?e par douze avec indemnisation de toutes la cha?ne de toutes les personnes morales et physiques consommateurs et distributeurs?

  7. Justice corrompue et corruptible ? bas! ?a c’est se foutre de la conscience du peuple. Est ce que l’argent encore moins 10 millions peut ramener la vie de ces centaines de personnes mortes du fait de cette pratique macabre? Vous faites la honte du Burkina et de notre r?volution du 30 Octobre.

  8. Justice corrompue et corruptible ? bas! ?a c’est se foutre de la conscience du peuple. Est ce que l’argent encore moins 10 millions peut ramener la vie de ces centaines de personnes mortes du fait de cette pratique macabre? Vous faites la honte du Burkina et de notre r?volution du 30 Octobre.

  9. Tu a vue non s’ils empoisonne leurs peuples ils connaissent bien la sentence .comme nos gouvernements africains sont des pourris donc les coule leurs marchandises p?rim?es en tout impunit

  10. Les m?mes chinois qui n’h?sitent pas ? nous commercialiser tout ce qui ne passe pas les contr?les europ?ens aux normes s?v?res !!!! Ttttssss !!!! Eux au moins ne font qu’empoisonner les autres et pas leur propre peuple ;-)

  11. Mmmmm continuons ? “parler” seulement….pendant ce temps nous continuons ? nous empoisonner avec tous les produits pr?sents dans nos boutiques et alimentations dont on sait que si on paie “pas cher” c’est pas par magie ou gentillesse du commer?ant !!!
    C’est nous m?mes qui voulons ?a !!!
    L’eau en sachet est un exemple flagrant car nous tolerons et payons la moins ch?re tout en sachant pertinemment qu’il y 2 chances sur trois que ses conditions de fabrication soient pas respectueuses de l’hygi?ne !!! En tout cas…. ?a fait le bonheur des cliniques et h?pitaux o? on perfuse now au moindre souci !!! :-(
    Suis blas?e :-(

  12. constater le vou mm,vol de poulet et vol de vie.ya une grandes difference nespa.poukoi 12mois d’emprisonement et nos vie???cmme le dicton tjr?le riche a tjr faveur en tt?seul allah a le dernier mot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre