Ça recommence…

399 5

L’insurrection burkinabè, est une insurrection particulière, c’est ça qui fait son charme. Blaise Compaoré avait raison, le Burkina n’est pas le Niger, ni l’Egypte ou encore la Tunisie. Le vent qui l’a balayé a continué son chemin et après la tempête le beau temps.

Les rats ressortent de leur trou

Tant bien que mal les responsables de la vindicte populaire refont surface, ils se prennent même pour les victimes. Le CDP a recommencé ses réunions secrètes.

Salia Sanou rêve toujours de voir Blaise Compaoré au pouvoir ou à défaut sa fille Djamila. Assimini a eu tellement chaud, qu’il a refilé la patate chaude à Léonce Koné, un taciturne notoire. Désormais, il devra se défaire de sa veste de banquier timide pour raconter des histoires à dormir débout. Pendant, ce temps Salif Diallo et son MPP rêvent de gagner au quart de tour.

Ram Ouédraogo, lui tente de renaître de ses cendres depuis son espace écologique de Zogona, il affirme même qu’il avait conseillé à Blaise de ne pas modifier l’article 37. Et que dire de Hermann l’éternel caméléon. Bon au Faso ici, la honte ne tue pas. Ressortez tous vos nouveaux disques, les Burkinabè sont un peuple de paix.

Un éléphant avec des larmes de crocodile ?

L’éléphant a pris la brousse. Il cherche le meilleur moyen pour revenir en politique. Il demande pardon, pardon et pardon. Il a même versé des larmes à Ouahigouya. Larmes théâtrales ou larmes de crocodile ?

Nul ne saura tellement l’éléphant est insaisissable ? Comme le dit la chanson, un éléphant ça trompe, ça trompe… Bon autant dire que l’éléphant ne change jamais sa manière de manger son gombo. Souvenez vous lorsque Gilbert avait appelé à voter pour Blaise, il avait demandé au peuple de ne pas confondre majorité présidentielle et mouvance présidentielle. Après sa claque du 30 octobre dernier, il revient avec une autre formule.

En allant demander pardon au chef du Gulmu, il a demandé aux esprits faibles de faire la distinction entre le député ADF et le chef du Gulmu.

Mais bonnes gens, c’est à Fada dans le royaume du député roi du Gulmu, que les sages de l’ADF avaient donné la consigne à l’ADF d’entrer dans le gouvernement et paf quelques jours après Gilbert annonçait qu’il était désormais pour la révision de l’article 37. Maintenant il veut se mettre en retrait de la politique. Mais ses pardons médiatiques cachent mal une envie secrète et imminente d’un retour sur la scène politique. Qui a bu boira et attention à la gourde qui a déjà contenu du piment, elle peut toujours faire éternuer.

Une insurrection sans propriétaire

La victoire appartient au peuple, mais qui est le peuple. Donc c’est la victoire de tous, même, sans honte, c’est celle des fidèles associés de Compaoré. Voilà Djibril Bassolet qui tente de transformer la lutte du peuple en sa victoire.

Très collé à son chef, il ne l’a jamais lâché d’ailleurs. Mais dès que le vent a tourné, il est monté au créneau comme celui qui aurait pesé pour que les militaires ne tirent pas sur le peuple.

Ah bah mon général! Voilà que son groupe utilise l’insurrection pour l’appeler à Kossyam. Adama Kiéma dit que lui et ses jeunes ont marché les 30 et 31 octobre pour le changement et que le changement, c’est Djibril. En français facile, ils sont sortis nombreux pour porter Djibril au pouvoir. Il affirme même que c’est Dieu qui nous offre ce chef. Ça recommence… la déification des mortels.

Roch, Salif et compagnie, eux ont eu le courage de claquer la porte avant l’insurrection, donc on peut dire qu’ils y ont contribué. Mais une personne qui n’a jamais fait savoir sa position, qui est resté ministre jusqu’à l’insurrection, ne peut sérieusement affirmer qu’il soutenait l’insurrection, si ce n’est par opportunisme. Djibril est même allé jusqu’à accepter le qualificatif de Judas, tout ça pour ça, mon général ?

Bon on murmure que c’est Compaoré qui tire les ficelles depuis Abidjan, cela ne serait pas étonnant, un certain Adama Kiéma est le président des cercles des amis de ADO qui héberge Blaise. Espérons que les élections d’octobre ne serviront pas à légitimer un nouveau système Compaoré.

Yelmighan


« Les sermons du vieux  Yelmigan » est une chronique satirique proposée par un « Observateur » avisé de la société burkinabè. Elle traitera deux fois par mois (le 1er et le 15 du mois) sur Burkina 24 de sujets liés à la vie de la nation burkinabè. Véritable sermonneur, le Vieux Yelmigan ne prendra pas de gant pour parler à ses fils et ses filles de leurs comportements quotidiens dans la société.  Ame détestant les sermons, s’abstenir donc !

Il y a 5 commentaires

  1. Les osc doivent chercher a savoir si ces militaires qui sont entrain de creer leur partis ont -ils demissionn?s ou ont-ils demand?s des disponibilit?s?Car les textes de l’arm?es leur interdissent de briguer a la t?te de la magistrature suppr?me;ils n’ont qu’a nous presenter leur lettre de cessation de fonction en tant que militaire

  2. DITES A CES PARTIS OU((ORGANISATION MAFIEUSES))QUE LE PEUPLE RESTE ET SERA TOUJOURS VIGILANT A LEUR ENCONTRE//ILS (CDP /ADF/RDA))PEUVENT CRIER COMME ILS VEULENT /APRES TOUT NOUS SOMMES EN DEMOCRATIE OU LES EXPRESSIONS SONT LIBRES TANT QU?ELLE NE REMETTENT PAS EN CAUSE LA PAIX ET LE VIVRE ENSEMBLE //PAS COMME A LEUR TEMPS OU LES CADAVRES DE LEUR ADVERSAIRES GISAIENT AU CONSEIL DE L?ENTENTE OU BRULER VIF //POUR LE MOMENT ILS PEUVENT DIRETOUT JUSQU?A LA FIN DE LA TRANSITION MAIS APRES ?a VA ETRE DUR POUR EUX CAR LES CRIMES DE TOUS GENRES SERONT PUNI /LES DETOURNEMENTS //LE PILLAGE DU BIEN PUBLIC /TOUS CEUX QUI SERONT CITER A REPONDRE SERONT ENTENDU PAR LA JUSTICE INDEPENDANTE //NOUS EXIGERONS DE MR OUATTARA A. L.EXTRADITION DE BLAISE C. ET DE SON FRERE F.COMPAORE ET DE TOUS CEUX QUI SE CACHENT DANS LES AUTRES PAYS POUR ETRE JUGER ///RIEN NE SERA PLUS COMME AVANT ????TOUS LES BIENS MAL ACQUIS SERONT RETIRER AU BENEFICE DE L.ETAT //REVOIR TOUS LES CONTRATS MINIER ET LES APPELS D?OFFRES FRAUDULEUX //LE CDP ET CES COMPLICES NE VERRONT PLUS LE POUVOIR MEME DE LOIN ///ABAT LE CDP/ADF/RDA //POUR LA PATRIE NOUS VVVAAAIIINNNCCCRROONNNNNSSS??????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre