Côte d’Ivoire : ‘’l’appel de Daoukro’’ en roue libre au congrès du PDCI-RDA

422 0

Le PDCI-RDA, le parti du président ivoirien Henri Konan Bédié, a approuvé le samedi ‘’l’appel de Daoukro’’ à l’issue de son 5è congrès extraordinaire qui s’est tenu au Palais des Sports de Treichville, à Abidjan.

Par cette décision le PDCI d’Henri Konan Bédié décide pour la seconde fois d’appuyer Alassane Ouattara aux prochaines élections d’octobre 2015 pour un autre mandat de 5 ans à la tête de la Côte d’Ivoire.

Aux ‘’irréductibles’’ de son parti qui l’accusent de monnayer l’héritage de son fondateur, Félix Houphouët-Boigny, Henri Konan Bédié se  défend : « Le PDCI n’est pas à brader et ne le sera jamais car on ne brade pas un héritage politique comme le PDCI ». Il poursuit son argumentaire avec des illustrations : « nous pouvons l’enrichir, l’embellir, c’est-à-dire nouer des alliances pour sa continuité à l’image des partis, tels que l’UMP, l’UDF en France qui sont toujours restés des partis gaullistes, issus du RPR ».

L’ex-président ivoirien a invité ses camarades de parti à la « convention du RHDP (Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix) en rangs serrés, unis et dans le même état d’esprit de cohésion du parti pour désarmer les frondeurs irréductibles » et investir Alassane Ouattara dans ses habits de seul et unique candidat de cette coalition à la présidentielle d’octobre 2015.

Dans le cadre de cette même alliance, Henri Konan Bédié a précisé ne pas perdre de vue « l’alternance politique de 2020 qui doit ramener le PDCI au pouvoir d’Etat. Sur ce fait, je fais confiance à la parole du Président Alassane Ouattara et à celle du RDR (Rassemblement des républicains, au pouvoir) donnée à Daoukro ».

Il faut signaler que quatre cadres du PDCI-RDA ont brillé par leur absence. Il s’agit de l’ancien Premier ministre Charles Konan Banny, l’ancien ministre des Affaires étrangères Essy Amara, le député Bertin Konan Kouadio et l’ancien vice-président de l’Assemblée nationale, Jérôme Kablan Brou. Ils ont récemment qualifié ‘’l’appel de Daoukro’’ de ‘’diktat révoltant et inacceptable”.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant Burkina24 en Côte d’Ivoire

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *