Affaire de boissons périmées : La Coalition contre la vie chère donne de la voix

615 2

La Coalition contre la vie Chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC), dans une déclaration, condamne la découverte d’importants stocks de boissons périmées dans les magasins du groupe OBOUF. Elle interpelle les autorités sur les mesures de contrôle de qualité des produits de grande consommation et exige également que lumière soit faite sur cette « pratique mafieuse ».

« Stupeur et indignation ; pratiques cupides », ce sont là les qualificatifs de la Coalition contre la vie Chère (CCVC) concernant ce qui est désormais appelé « L’affaire OBOUF ».

Pour la coalition, « cette découverte macabre pose ainsi l’épineuse question du contrôle de la qualité des produits consommés par nos populations » et ce d’autant plus que les forces de l’ordre censées veiller sur la sécurité des biens et des personnes n’ont pas pu d’elles-mêmes déceler cette pratique.

« Tout porte à croire que ces immenses entrepôts échappaient jusque-là aux contrôles réguliers de la qualité des produits que les services compétents sont supposés faire », affirme la CCVC.

Elle interpelle donc les autorités à faire toute la lumière sur cette « pratique mafieuse », à retirer du marché et détruire tous les produits périmés dont les dates de péremption ont été soigneusement modifiées et à organiser un contrôle systématique de la qualité des produits de consommation courante.

La CCVC exige en outre que « tous les auteurs et complices soient identifiés et punis à la hauteur de leurs actes ».

Pour rappel, environ 1280 tonnes de canettes de boissons périmées ont été saisies le 20 février 2015 dans les entrepôts du groupe OBOUF à Gampèla. Le procès concernant cette affaire débute le 17 mars prochain.

Synthèse de Maratou SOUDRE

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 2 commentaires

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *