Avec « Pré’volution », Smockey chante « après ta révolte, ton vote »

L’artiste et activiste burkinabè Smockey, est de retour sur la scène musicale. Devant  les ruines de l’Assemblée nationale burkinabè après le passage du souffle de l’insurrection populaire d’octobre 2014, le leader du « Balai Citoyen » a présenté sa « Pré’volution », peinte aux couleurs nationales du Burkina.

Smockey, avec les autres du mouvement « Balai Citoyen », a été au cœur de la Révolution burkinabè d’octobre 2014. Mais pour l’artiste, cette révolution n’est pas achevée et il faut continuer de maintenir allumée la flamme de la citoyenneté.

D’où cet album de 31 titres officiellement présenté à la presse, ce 5 mars 2015. Un album tout en symboles. D’abord, le lieu de la dédicace de l’opus : devant les ruines de l’Assemblée nationale, soufflée par la colère des Burkinabè le 30 octobre dernier.

Symbole. « Cette assemblée a été transformée en musée, c’est donc un espace culturel, une sorte de mémoire collective pour les générations à venir », justifie celui qui s’appelle à l’état civil, Serge Martin Bambara.

La présentation de l'album a été faite devant les ruines de l'Assemblée nationale © Burkina24
La présentation de l’album a été faite devant les ruines de l’Assemblée nationale © Burkina24

Ensuite, le titre de l’album, « Pré’volution », à lire en 3 D. Ce qui donne : « Prémonition, Révolution, Evolution », gravés chacun sur un CD coloré respectivement en jaune, en rouge et en vert. Prémonition parce que la plupart des morceaux ont été composés depuis quatre ans. Révolution pour coller à l’actualité du moment et évolution, parce qu’il y a une vie après la révolution.

« Si on insiste sur le préfixe « pré », c’est parce qu’il y a une « post-révolution », explique Smockey. Après la révolution, il y a non seulement un bilan à faire, mais il y a surtout une présence citoyenne à maintenir pour que cette insurrection ne soit pas galvaudée ».

« Après ta révolte, ton vote ». Enfin, pour apporter son grain à cette veille citoyenne, l’artiste lance une campagne « Après ta révolte, ton volte ». « Une fois que nous avons fait trembler la dictature, nous devons penser à reconstruire», dit-il.

Cela se fera notamment à travers l’inscription sur les listes électorales afin de pouvoir voter. « Mais pas un vote imbécile, il faut véritablement un vote conscient », précise-t-il.

Comme à son habitude, Smockey a fait un mélange de genres, alliant sonorités traditionnelles et modernes, et allant même cette fois à pincer du slam. Il a été accompagné lors de la présentation par des artistes comme Soum Bill, Maréchal Zongo, Didier Awadi et bien entendu, son inséparable compagnon de tous les jours, Sams’K Le Jah.

Smockey est attendu à Ouaga et Bobo pour des concerts lors desquels les Burkinabè pourront découvrir son opus, mais aussi pour s’entendre dire, « après la révolte, ton vote ».

Reveline SOME

Burkina24



4 commentaires

  1. rester chez vous c mieux la paix se construire dans le coeur, les americain sont aussi entrain de semer un peut la paguaille partout dans le monde entier vive la russie

  2. Big respect ? toi SMOK ? tout le Balaie citoyen ceux qui sont contre son tr?s minime donc on thiomphera t?t ou tard c’est Jah qui fait notre combat

  3. C’est malheureux, tout les pays o? y a eu ces genres de crise qu’elle artiste c’est retourner faire ?a et mettez vous les martyrs alors. Respect pour les morts que vous m?me avez caus? et je le r?p?tera toujours, car si vous ?tiez rester chez vous ou vous avez eu une manifestations pour le refus de l’article 37 en respectant les normes de la vie et s?curit? ?a n’allait jamais arriv? aux martyrs que d’autres pleure jus qu’aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page