Baisse du prix du carburant : La journée nationale de protestation est maintenue

442 3

Les responsables de la Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC) étaient à nouveau face à la presse, ce jeudi 5 mars 2015 à Ouagadougou. Objectif principal : Echanger autour de la baisse de 50 F CFA du prix des hydrocarbures opérée par le gouvernement et jugée toujours insatisfaisante. S’il n’y a pas de « baisse sensible » comme l’exige la CCVC, une journée nationale de protestation est prévue le 8 avril 2015.

Le gouvernement burkinabè a consenti une nouvelle baisse de 25 FCFA des prix à la pompe des hydrocarbures, effective depuis le 3 mars 2015.

Cette diminution intervient moins de deux mois après une première baisse de 25 FCFA le 19 janvier. Le super 91 est fixé à 682 FCFA, le pétrole à 560 FCFA, le gasoil à 606 FCFA et le mélange 2T à 690 FCFA à Ouagadougou. A Bobo-Dioulasso, les prix sont respectivement de 677 FCFA, 555 F CFA, 601 FCFA et 685 FCFA.

Après le sit-in du 4 février et la grève des 17 et 18 février, les responsables de la CCVC pensent que la diminution de 50 FCFA est toujours insuffisante. Au cours d’une conférence de presse, ce jeudi 5 mars, la CCVC est revenue sur ses mots et pense que cette diminution est « largement en deçà des attentes des populations ». Elle exige, comme auparavant, une « baisse sensible » d’au moins 150 FCFA.

Les principaux animateurs de la conférence de presse sur la baisse du prix des hydrocarbures, ce jeudi 5 mars 2015.
Les principaux animateurs de la conférence de presse sur la baisse du prix des hydrocarbures, ce jeudi 5 mars 2015.

La première des trois raisons de leur insatisfaction, selon le Vice-Président de la Coalition, Chrysogone Zougmoré, concerne les trois taxes (Taxes de douanes, taxes sur les produits pétroliers et la TVA) perçues par l’Etat, équivalant à 250 FCFA, sans compter les frais et marges de la SONABHY.

La deuxième raison évoquée tient au fait que le cumul des deux baisses (50 F) reste insuffisant pour avoir un impact sur les prix d’autres produits et services de grande consommation notamment les transports.

La dernière raison de l’insatisfaction de la CCVC tient au fait que les arguments avancés par le gouvernement tendent à faire payer la mauvaise gestion du régime déchu par les consommateurs. Elle soutient en outre que la SONABEL doit payer ce qu’elle doit à la SONABHY.

Par ailleurs, les protestataires comptent poursuivre leurs actions s’il n’y a pas satisfaction. Chrysogone Zougmoré a informé que la journée nationale de protestation annoncée par les centrales syndicales est maintenue. Prévue le 8 avril 2015, elle sera marquée par des marches meeting et soutenue par une grève de 24 heure portée par la composante syndicale de la CCVC.

Bassolma Bazié, SG de la CGT-B, lui, a insisté sur la « possibilité d’une baisse sensible du prix du carburant ».

Concernant la disponibilité du gaz, Chrysogone Zougmoré s’est dit réjoui de l’amoindrissement de la tension du fait notamment d’une relative baisse de la demande liée à la période de chaleur. Mais, la CCVC demande toutefois au gouvernement de prendre toutes ses dispositions pour assurer une disponibilité du gaz même durant les périodes de forte demande.

Noufou KINDO

Burkina24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Il y a 3 commentaires

  1. Il y a un d?j? une baisse de 50 francs. Sous le r?gime Blaise compaore rien n’a chang? malgr? les nombreuses marches. Allons doucement avec les revendications pour ne pas mettre le pays en danger

  2. Eh bien qu’elle aille au diable! On dit gouvernement de transition, “plus rien ne sera comme avant” et il ya des gens qui refusent de faire des efforts; pffff !!!!

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *