Les avocats de la famille regrettent une exécution non-diligente du dossier Thomas Sankara

716 9

Les avocats de la famille du « Père de la révolution burkinabè », Thomas Sankara, étaient face aux Hommes de médias, ce mardi 10 mars 2015 au siège de l’UNIR/PS à Ouagadougou. Me Bénéwendé Sankara, Me Ambroise Farama et Me Julien Lalogo ont, entre autres, soutenu que la décision récente du gouvernement semble susciter une « confusion » au sein de l’opinion publique, faute sans doute d’un « déficit de communication » de la part des autorités de la transition.

« La promesse est une dette », dit-on. D’abord, à titre de rappel, le Président de la Transition, Michel Kafando, lors de son investiture le 21 novembre 2014, déclarait : « Au nom de la réconciliation, j’ai aussi décidé, par le fait du prince que les investigations pour identifier les restes du Président Sankara ne seront plus assujetties à une décision de justice, mais seront du ressort du gouvernement…Aujourd’hui même, à cet instant même, cette autorisation est accordée ».

Ensuite, le 28 novembre 2014, le Premier ministre, Yacouba Isaac Zida, disait à son tour : « Le dossier Thomas Sankara sera entièrement ouvert et la justice rendue ».

Egalement, avait reconnu la ministre de la justice, Joséphine Ouédraogo, que « s’agissant de l’exhumation et de l’assassinat, l’un est lié à l’autre ».

Autant de promesses qui, à écouter les avocats de la famille Thomas Sankara, ont fait fonder l’espoir de voir dans les jours qui suivaient, une exécution diligente et rapide par les autorités.

Outre, le Conseil des ministres a adopté le 4 mars dernier, trois rapports notamment un décret portant autorisation d’exhumation et d’expertises des restes de Thomas Sankara.

Pour Me Bénéwendé Sankara, cette dernière décision du gouvernement qui intervient au lendemain d’un communiqué de la famille Thomas Sankara, « semble susciter une polémique sinon une confusion » dans l’opinion publique. Il a précisé que « la famille a un droit qui lui a été simplement reconnu, la suite est réservée à la justice… Le dossier doit être confié à la justice militaire ».

Il a aussi ajouté qu’ « il n’est pas dit à la famille de se rendre au cimetière avec des pioches… L’exhumation et le contrôle se font même d’ailleurs en présence d’un juge judiciaire ».

Concernant les promesses et décisions du gouvernement, Me Ambroise Farama a montré que « malheureusement, un déficit de communication et une très mauvaise approche » ont jeté un doute sur les autorités quant à leur volonté à aller jusqu’au bout de leurs promesses surtout si l’on se rappelle les récents évènements survenus à Kossyam du fait du RSP.

« Aucun acte juridictionnel n’a été posé à ce jour. La seule procédure pendante est celle qui est devant le juge de la mise en état de la Cour d’Appel de Ouagadougou. Cette procédure est consécutive à une demande introduite par la famille Thomas Sankara en Octobre 2010. Le décret dont il s’agit dans le compte rendu du Conseil des ministres du 4 mars 2015 vient en réalité mettre fin à cette procédure qui devient sans objet », ont précisé les avocats dans leur déclaration liminaire.

Par conséquent, reconnaissant que le dossier soit politiquement lourd, les avocats se disent désolés et regrettent les différentes lenteurs. Ils affirment prendre les autorités mots par mots et jugent qu’elles ne devraient cependant pas faire obstacle au processus judiciaire.

Par ailleurs, suite à une audience tenue ce lundi 9 mars 2015, avec le Premier ministre et la ministre de la justice, Me Bénéwendé et ses confrères ont fait savoir que « les autorités ont affirmé leur volonté et s’engagent à faire rouvrir le dossier Thomas Sankara ».

Et de conclure que « nous attendons que le peuple pousse les autorités à aller jusqu’au bout de leurs engagements. Les chances de succès de ce dossier dépendent de la pression populaire ».

Noufou KINDO

Burkina24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Il y a 9 commentaires

  1. Larba, je vois que tu es sur un banc d’?cole? Tu vas certes durer l?-bas d?h si tu ne fais pas attention, parce que ton regard ne semble pas capter facilement. Oui c’est les Sankaristes de tous bords qui ont chass?s blaise.

  2. Mr Larba Bamogo , si l’affaire de THOMAS SANKARA d’indispose , je pense qu’il faut aller te prendre car tu es nuisibles pour la terre burkinab? . Dis toi que ta vie est unique et inutile pour tout le Burkina Faso . Tu es tr?s dangereux et plus qu’un simple criminel . Est ce que tu connais qui est THOMAS SANKARA ? Tu arr?tes de te moquer du Burkina Faso .si tu as besoin de mon contact , laisse moi un message stp .merci

  3. vraiment arr?t? vos beaux discours et promesse passe imm?diatement a l’acte pour que enfin justice soit rendu a ce digne fils du Burkina et de l’Afrique il ?tait dur pour le r?gime compaore de rendre hommage a sankara car on peut pas tu? et d?cor

  4. Larba Bamogo , Me B?n?wend? Stanislas Sankara et ses camarades ont bien et bellle chass? Blaise, pour que justice soit faite sur les crimes politique et ?conomique, si c’est qui t’indispose ,alors rejoint Blaise ? Abidjan pendant qu’il est temps. Transition ou pas, les criminels politique seront toujours indisposer.

  5. je demande aux avocats et ? la famille sankara de mettre un peu d’eau dans leur vin! vous indisposer les gens maintenant! ce n’est vous qui avez chasser blaise! laisser la transition allez ? son rythme! la transition n’a pas que ?a ? faire!

  6. je demande aux avocats et ? la famille sankara de mettre un peu d’eau dans leur vin! vous indisposer les gens maintenant! ce n’est vous qui avez chasser blaise! laisser la transition allez ? son rythme! la transition n’a pas que ?a ? faire!

  7. je demande aux avocats et ? la famille sankara de mettre un peu d’eau dans leur vin! vous indisposer les gens maintenant! ce n’est vous qui avez chasser blaise! laisser la transition allez ? son rythme! la transition n’a pas que ?a ? faire!

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *