Report du vote de la diaspora : “Cette décision déroute la grosse machine de fraude électorale du CDP”

262 31

La diaspora burkinabè en Côte d’Ivoire fait énormément parler d’elle depuis peu. C’est aujourd’hui le tour de Moumouni Pograwa, président du M23 et initiateur du Comité de Soutien International au Burkina Faso. Il nous raconte son parcours et livre sa lecture de l’actualité qui émaille sa communauté en Côte d’Ivoire.

Burkina24 : Racontez-nous vos premiers pas ici en Côte d’Ivoire.

Moumouni POGRAWA (M.P) : Je ne saurais commencer cet entretien non sans remercier l’équipe de Burkina24 qui est un véritable label. Pour revenir à votre question, je préciserai que je suis natif de la Côte d’Ivoire. Mon père s’est installé ici, précisément à Treichville en 1950, c’est-à-dire avant les indépendances.

Par la suite, après avoir épousé notre mère, il a déposé ses bagages à Alépé à environ 45 km d’Abidjan et c’est là que je suis né.

Vis-à-vis de la loi de ce pays, je suis ivoirien mais j’ai toujours clamé haut et fort ma nationalité burkinabè. J’ai fait mes études et en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso à la suite de laquelle je suis titulaire aujourd’hui titulaire d’un D.E.A. en criminologie.  

B24 : Voyant le cadre dans lequel vous nous recevez, nous sommes tentés d’en savoir davantage sur vos activités professionnelles.

M.P. : Je dirais d’abord que je me suis construis tout seul et déjà en classe de troisième, il m’a fallu faire des petits boulots pour financer mes études. J’ai pu donc m’y forcer une fibre des affaires et plus tard celle de la politique. Je me souviens qu’au collège, il m’arrivait d’improviser des conférences de presse où mes amis étaient les journalistes et moi l’homme politique…

Pour parler de mon parcours professionnel, j’ai commencé par l’intelligence économique puis le recouvrement de créances. Après des succès dans ce domaine, je me suis consacré à 100% à mon entreprise de construction immobilière qui emploie une cinquantaine de personnes au siège et plus de 500 autres sur les chantiers.

Mon entreprise, Aginec Groupe présent en France, en Angleterre, bien entendu ici en Côte d’Ivoire et très bientôt au Burkina Faso.

B24 : Parlez-nous de votre entrée en politique.

M.P. : J’ai commencé par militer au sein de la société civile. A cet effet, j’ai été très tôt identifié comme le premier cyber activiste contre le régime de Blaise Compaoré par un célèbre media européen avec mon blog ‘’Révolution Acte II au Burkina Faso’’.

Ce blog visait à susciter la révolte et ôter la peur dans le camp de la population. Après quoi avec deux autres amis nous avons lancé le ‘’Mouvement Blaise Compaoré Doit Partir’’, nous inspirant du printemps arabe. A la suite de cela, le 8 Mars 2011, nous avons lancé notre première insurrection à Ouagadougou.

Peu de temps après, nous avons fait de la récupération avec la mort de Justin Zongo à Koudougou marquée par le soulèvement des militaires mais en fond de toile, c’était la société civile et moi en l’occurrence les orchestrateurs de tout ces évènements.

Je me souviens que le gouvernement de Ouagadougou d’alors avait lancé un mandat d’arrêt international contre ma personne, stipulant que l’ex-président Gbagbo avait envoyé des mercenaires pour déstabiliser le régime de Blaise Compaoré. Il n’en était en réalité de rien.

Pour revenir aux évènements des 30 et 31 Octobre, nous avons senti le coup venir et nous nous y sommes à Ouagadougou pour rejoindre les autres mouvements qui nous ont emboité le pas dans cette lutte.

B24 : Comme vous le savez, le vote de la diaspora aux prochaines élections présidentielles dans votre pays est écarté.

M.P. : Sur cette question ma position est sans équivoque et j’en appelle à la compréhension de mes frères et sœurs de la diaspora.

La transition n’ayant pas les moyens de mener cette opération, il faudrait forcement le sursoir.

Pour ce qui est de la Côte d’ivoire, cette décision déroute la grosse machine de fraude électorale mise en place par le CDP d’ailleurs à l’origine de ces vagues de mécontentement qui sont en réalité le fait d’une minorité bruyante.

Propos recueillies par Kouamé L.-P. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire.

Il y a 31 commentaires

  1. Et pui on aten pa kon chass Blaise avan d dir kon dw voter dpui la Cote Divoir. Pendan k Blaise etai ici, ya pa eu des votes? Es k vou aviez vot?? La Cote dIvoir nes pa loin du Burkina,vou pouvez vnir vous enroler e rvnir voter, ca sera plus patriotiq comca q d vou exciter alor bokou d’entr vou n sont mem plu Burkinab? dans leurs agissement. A voir dja certaines foto d profil,on sait pourkoi vou vou excitez: dan vo t?tes, vous etes tous sauf des ressortissants burkinab?. J vou rassur: vou nalez pa voter, et un president sera #DEMOCRATIQUEMENT ?lu.

  2. c’est vraiment triste.je croyais que l? o? YA bcp de cerveaux ,surgissent les meillrs id?es,de bons raisonmt et de comportement explaires,mais h?las.nos fr?reS de la CI ont dmtr? le# .cmt dans les autres pays nos fr?res ont pu cpdre et pa vs. CELUI QUI TIEN VRAIMENT ? VOTER QU’IL RENTRE SE FAIRE ENROLER au pays.

  3. Mohamed,vs nallez pa voter.c en CI selma kil ya des burkina oubien,va dans les autres pays voir mais il ne s’exitent pa comme vs.dailleur c ton patriotism ke tu exprime avc les symbol ivoirien?on vous connait,il y en a ki n’ont mem pa 1e case au pays et le droit de vote les preocup.prend le train pour vnir tenroler si ca tes vraima cher.

  4. moi g sui a abidjan et je connait beaucoup ses son les cdp et il son meme pas beaucoup les yamogondeh comca ,la majorite des burkibes vivent en cote divoire soutien la treansition vivre le burkina faso ,

  5. OUI AU VOTE DES BURKINABE DE L'EXTERIEUR EN 2015 "
    NON A LA VIOLATION DE L'ARTICLE 1 DE LA CONSTITUTION, DE L'ARTICLE 52 DU CODE ELECTORAL, DE LA LOI N? 019 -2009 DU 07 MAI 2009 ET DE L'ARTICLE 22 DE LA CHARTE DE LA TRANSITION
    NON, NON ET NON A L'EXCLUSION ET A LA CONFISCATION DE NOTRE VOTE EN OCTOBRE 2015

  6. c’est triste et indigne d’hommes integres,ce lot de burkinab?s surexcit?s pour rien.pendant combien de temps etes vous rest?s sans voter pour votre pays?combien de fois on vous a promis cela?c’est maintenant vous voyez l’importance des votes en vous en prenant au CNT?o? etiez vous tout ce temps?ce que blaiso n’a pas fait en 27 ans vous voulez que ce gouvernement provisoir de quelques mois le fasse pour vous.?a se comprend et ce qui vous a conduit ? cela prouve que d’integres vous etes devenus…bne comprehension

  7. Je pense que vot? ne veux pas dire qu’on a r?ussi dans la vie, que vous votez ou pas sachez que tout burkinab? reste burkinab? et que vous ne voyez pas mieux que les autres. N’oubliez pas que nous sommes au moins 16 millions et non 3 ? 4 millions. M?me au pays on demande que les ?lections soit libre, transparent, equitable et libre ? tout les candidats sans exception et le monde entier verra. Car ce qui crains et qui fait du bruit son ceux qui ont peur et qui savent qu’ils n’ont pas la majorit

  8. Laissez ces deracin?s. pr kelk? billet seulement chacun se l?ve et comace a sem? le trouble.

    Moi qui pensais que ces gens de la diaspora sont des gens qui ont un gros coeur, et qu’il sont all? a l’exterieur pr chercher des condition meilleur.

    Je ne savais pas que vous etes aller devenir des brigans…

  9. L’argument valablissime est la sterilisation de l’outillage electoral que le cdp a infecte, mais dire que qui veut voter doit etre au pays est une fausse idee.
    Je ss Burkinabe a Adelaide, en Cote d’Ivoire , a Alaska, je suis Burkinabe en Finland, a El Salvador de Baia,………

  10. Fils d tricheur,frodeur c est ceux la mem qi nont jamai voter et se plaient surtou les voyou d la cote divoir ,vou etes en civ nou nou somm o pays ,qel est votr interet o vote??nou eliront notr president san vou,

  11. Aucune manipulation ou tricherie ne passera inaper?u vu la vigilance de la jeunesse consciente ,alors , que blaise et ses complices cessent de s’exciter et comprennent enfin que leur temps est revolu . Pour un burkina nouveau et Prosper en avant !Ensemble nous vaincrons! La patrie ou la mort nous vaincrons!

  12. On comprend maintenant pourquoi la confection des cartes consulaires de nos fr?res et soeurs de l’exterieur a ?t? confi? ? une soci?t? appartenant ? un ministre ivoirien proche de alassane ouattara et de blaise compaor

  13. BONJOUR LE FRERE. JE TE COMPRENDS ET CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE COMPRENDRONT ET CEUX QUI NE VEULENT PAS COMPRENDRE NE COMPRENDRONT PAS TON BEAU MESSAGE. MERCI ET MERCI MON FRERE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre