Tournée de sensibilisation sur les conflits miniers : Mission accomplie pour l’ONASSIM

507 2

La tournée de la mission conjointe du ministère de l’administration, de la décentralisation territoriale et de la sécurité, du ministère des mines et de l’Office national de sécurisation des sites miniers (ONASSIM) s’est bouclée ce jour samedi 14 mars 2015, dans la région du Nord à Ouahigouya. Au total cinq rencontres ont été tenues dans trois régions où la délégation s’est évertuée à sensibiliser les populations, conseiller et donner les mesures à suivre pour revendiquer.

Le message était le même dans toutes les régions, au Nord, au Sahel et Centre-nord : rappeler à la population que la liberté de manifester existe mais doit se faire dans les règles, rappeler la  mission de l’Onassim qui est de sécuriser les sites miniers et qui par conséquent vient toutefois «sonner la fin de la récréation pour le vandalisme » après cette tournée.

Les populations ont dénoncé le non-respect des engagements des sociétés minières, l’indisponibilité du contenu du cahier de charges signé entre l’Etat et les sociétés, la politisation très souvent des cadres de concertation.

Cependant les problèmes des villages abritant des sites miniers restent les mêmes. Le manque de communication se trouve être la cause. Si dans certains villages, il existe des cadres de concertation entre la société minière et la population et/ou l’Etat, il n’en existe pas dans d’autres.

« Le manque de communication des structures a été déploré, l’Etat aussi n’a pas joué son rôle de concertation et d’animation de cadre de concertation pour expliquer les engagements qui sont pris», reconnait le directeur des mines Yaméogo Emmanuel à la rencontre de Markoye.

Désormais, ce serait chose faite pour les uns et les autres. “La mission a véhiculé un certain nombre de mesures qui ont été bien comprises, nous pensons que désormais la population de concert avec les autorités vont développer des concertations chaque  fois que le besoin se fera sentir pour régler les problèmes internes et éviter les casses qui en dernier ressort nous coûtent cher », promet de s’y atteler Da Mohamed, haut-commissaire de la province du soum.

Néanmoins, toutes les parties rencontrées ont salué l’initiative de cette mission gouvernementale mais ont déploré le fait qu’elle ne soit arrivée après les faits.

La délégation a aussi recommandé aux populations de se regrouper en association et de s’approprier les cadres de concertation pour résoudre les problèmes. Les sociétés minières sont invitées à s’intégrer davantage aux communautés des sites d’accueil par une approche sociale humanitaire.

Au-delà de la pacification, la mission a rappelé aussi que des mesures, notamment la révision du code minier en cours et la prise en compte de la protection de l’environnement, sont envisagées pour que les mines puissent profiter aux populations locales.

Naaba Ouédraogo, chef de délégation
Naaba Ouédraogo, chef de délégation

L’objectif de la mission est atteint selon le chef de délégation, Naaba Ouédraogo, «L’objectif a été largement atteint, le public cible est atteint, tous les acteurs intervenant dans le secteur des mines étaient présents. Nous partons enrichis parce que les rencontres ont permis de savoir les préoccupations des populations et des mesures seront prises désormais pour anticiper».

Reveline SOME

Burkina24



Article similaire

Il y a 2 commentaires

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *