Boissons périmées : Le syndicat des médecins précise les risques courus

4383 63

Le Syndicat des médecins du Burkina, dans cette déclaration, apporte des précisions sur les risques courus dans la consommation des boissons périmées, que commercialisaient le groupe OBOUF.

C’est avec un grand désarroi que le syndicat des médecins du Burkina (SYMEB) a suivi « l’Affaire des produits périmés » du groupe OBOUF et comme à l’accoutumée ne saurait rester timoré face à cette situation désastreuse sur la santé des Burkinabés.

Le SYMEB  est très inquiet pour la santé de nos vaillantes populations menacée par la forfaiture du groupe OBOUF. Ce jeune syndicat qui se veut un instrument avant-gardiste et de vigie pour préserver la santé des citoyens s’est penché sur la question appelant ceci :

L’empoisonnement en toute douceur de nos populations.

S’il y a bien un secret de polichinelle c’est de dire que la formule de Coca Cola est secrète, ce n’est pas des firmes comme Pepsi et autres fabricants de Cola qui diront le contraire, tant la formule du coca reste difficile à disséquer malgré la haute technologie dont ils disposent.

Nous voudrions aussi avoir la naïveté de croire que la firme Coca Cola ayant annoncé de façon tonitruante qu’elle fera des analyses sur ses produits agira avec toute l’éthique qu’il sied au prix de leur image.

Il faut noter également que l’enquête devrait nous préciser le type de date et depuis combien de temps ces dates sont dépassés ; très simplement il faudra que l’on nous précise s’il s’agit de la DLUO (Date Limite d’Utilisation Optimale) qui est une date au-delà de laquelle les qualités organoleptiques et nutritionnelles des boissons et conserves ne sont plus garanties, ou s’agit-il de la DLC (Date Limite de Consommation) encore appelé Date de péremption plus grave que la précédente.

Nous choisissons de nous étendre sur la composition connue des cannettes de Coca Cola au milieu des conserves de tomate et autres, compte tenu de la prédominance de cette boisson sur les saisines. Il appartiendra aux populations elles-mêmes d’en tirer toutes les conséquences.

 Le coca est composé de :

  • Eau gazéifiée : si elle est détériorée, accrois le risque d’érosions dentaires et de fractures osseuses ;
  • Sucre : cette substance à l’état normal est incriminée dans la pathogenèse de plusieurs maladies cardio-vasculaires et du diabète sucré en cas d’abus. Allez-y imaginer les conséquences quand il est détérioré avec les différentes interactions que l’on ne peut déterminer!
  • L’acide phosphorique : il est incriminé dans les troubles de la fonction rénale et des calculs rénaux s’il est en excès, qu’en est-il s’il est chimiquement dégradé ?
  • Les extraits végétaux dont la nature est gardée secrète par la firme
  • De la caféine qui possède des vertus, mais aussi, constitue une substance à exclure dans certaines pathologies cardio-vasculaires.

Quand on fait le mélange de tout ce cocktail de substances périmées, il en résulte une menace gravissime qui est constituée par les radicaux libres chefs d’orchestre du stress oxydatif dont le rôle dans la tumorigenèse est abyssal. En dépit de leurs caractères mutagènes à savoir cancérigène, embryopathique et fœtopathique, ils sont retrouvés dans les causes de la maladie d’Alzheimer et la cataracte. On peut en déduire aisément le préjudice organoleptique, mais surtout s’inquiéter de la menace sanitaire qui plane sur nos populations à long terme. Au nombre de ses éventuelles menaces, nous avons les maladies emboligènes avec ses conséquences majeures, que sont : l’œdème aigu du poumon (OAP), les phlébites, l’infarctus du myocarde (IDM), les accidents vasculaires cérébraux (AVC), etc. Dans le même registre, il ne faut pas occulter les différents cancers, dont celui du sang qui connait une inflation.

Les populations méritent d’être dédommagées par le groupe OBOUF

Le SYMEB salue la vigilance et le courage des forces de défense et de sécurité et apporte son soutien à la ligue des consommateurs pour leur plainte avec constitution de partie civile tout en espérant que la justice aura les moyens et l’indépendance qui sied afin de jouer pleinement son rôle. Il faut plus que jamais arrêter cette hécatombe organisée par des firmes et holdings ainsi que des réseaux mafieux sans foi ni loi. Du reste, il apparaît que certaines grandes alimentations et surfaces se livreraient à des pratiques assimilables ; nous leur disons d’arrêter de tuer à petit feu le peuple burkinabé. Le dédommagement peut prendre plusieurs formes, mais d’ores et déjà 3 axes majeurs sont à dégager :

— il est impératif que le groupe s’investisse dans le financement d’une étude scientifique libre et indépendante qui décèlera les dangers qu’il a occasionnés ;                                                                         — l’alimentation d’un fond de prise en charge des maladies cardio-vasculaires et des cancers contribuera à amenuiser les effets délétères de sa forfaiture ;                                                                       — la prévention et le diagnostic étant de mise, le groupe OBOUF devrait investir dans le dépistage, le diagnostic et la recherche sur le cancer dans nos hôpitaux par le renforcement de leurs plateaux (le prix de quelques citernes de son immense parc mal acquis sur le dos du peuple suffirait largement).

Le SYMEB se veut une force de veille, mais aussi une force de proposition. Il faut donc éviter que cela ne se reproduise, car contrairement à ce que l’on dit souvent des médecins, nous ne voulons pas venir chaque fois après la mort.

Très humblement, nous estimons que des mesures doivent être prises :

  • Situer les responsabilités et sanctionner si les responsabilités administratives, ordinales, pénales et/ou civiles des complices sont prouvées ;
  • Clarifier la responsabilité de la société Cotecna Burkina quant au rôle que cette structure devrait jouer dans la certification d’origine en collaboration avec l’administration douanière et de contrôle sanitaire. Il conviendra dès lors d’établir ou de renforcer des passerelles fiables entre la société Cotecna, la douane, le laboratoire de santé publique, les services de métrologies et les structures de contrôle du ministère du Commerce ;
  • Identifier le rôle que certains douaniers auraient joué depuis 2011 dans cette affaire ;
  • Dégager la responsabilité du Laboratoire National de Santé Publique, structure faitière du contrôle de la qualité sanitaire de ces produits, en mettant en exergue son omission d’aviser, voir sa complicité dans cette affaire ;
  • Renforcer le contrôle à priori et a posteriori des produits, en conférant au Laboratoire National de Santé Publique un certain nombre de pouvoirs exorbitants du droit commun règlementant le contrôle des produits, aux fins de leur permettre de saisir et de détruire immédiatement des produits avariés.

Nous invitons donc, la population à consommer beaucoup de fruits riches en vitamine C et E retrouvé dans les agrumes les avocats et autres fruits disponibles dans notre pays. Aussi, les jus de fruits naturels sans sucre surajouté consommés modérément rendent de meilleurs services à l’organisme. Pour ceux qui ne peuvent pas s’en passer, la modération est de mise pour les boissons gazeuses sucrées, en gardant une vigilance extrême.

Nous ne pouvons finir notre écrit sans interpeller le conseil d’administration de Centre Hospitalier Universitaire Souro Sanou de Bobo-Dioulasso sur cette affaire dite « d’oxygène » qui aurait occasionné des pertes en vies humaines. Il est impératif de convoquer un conseil d’administration extraordinaire pour trouver une solution radicale et durable à ce problème d’oxygène.

L’oxygène se trouve dans la nature. Dieu nous le donne gratuitement ; il suffit donc de l’extraire avec un peu d’effort et de volonté. Sur le marché, il existe de petits extracteurs d’oxygène peu couteux que l’on peut installer dans les services d’urgences et les blocs opératoires. Cela, en attendant d’avoir une centrale de production et de stockage d’oxygène afin d’alimenter l’ensemble de l’hôpital. Rien n’explique que l’on continue à payer de l’oxygène à des centaines de millions avec des risques de rupture énorme pendant que des solutions durables et fiables existent. La facture d’oxygène d’une seule année aurait suffi pour régler le problème.

Notre appel va également à l’endroit des autorités de la transition afin qu’ils prennent les mesures idoines pour l’application de l’article 57 du décret N° 2014- 615/PRES/PM/MEF/MS portant statut général des Etablissements Publics de Santé (EPS), qui dispose que :  « dans le cadre de l’exécution des marchés des établissements publics de santé un arrêté conjoint du ministre de la santé et de celui chargé des finances énoncera certaines souplesses dans les procédures de passation des marchés publics afin de maintenir l’activité continue au sein de ces établissements ».

La santé est un droit garanti par la loi fondamentale de notre pays. Le SYMEB est profondément attaché au principe de la continuité du service public hospitalier pour le bénéfice des populations. Aucune procédure budgétaire, quelles que soient les raisons avant-gardistes recherchées, n’est au-dessus de la vie sacrée du contribuable.

Non à l’empoisonnement des populations !

Non à la banalisation de la vie humaine !

Vive la démocratie sanitaire !

Chers camarades restons mobilisés et soyons des médecins libres, dignes et intègres !!!

Le Bureau Exécutif National du SYMEB


NDLR : Le titre est de la Rédaction B24



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Il y a 63 commentaires

  1. merci
    c’est bien mais il faut rester coller ? l’aspect technique de la chose
    il y a des professeurs en toxicologie ? la facult? de m?decine de Ouagadougou dans notre pays, c’est dans de telle situation que la population devait avoir l’opportunit? d’?tre ?clair?e. mais avec tristesse que nous constatons leur silence.je demande alors aux journaliste d’aller vers ces personnes ressources pour nous ?clairer davantage.

    merci aux m?decins

  2. Mon frere tout cela ne.me regarde pas.laisse moi dire ce que je pense.pourquoi la firme n’a pas mis un dispositif securitaire pour surveiller leurs canaux de distribution.ce qui veut dire qu’il ya la possibilit? de contrefacon de ces produits.

  3. Mon frere tout cela ne.me regarde pas.laisse moi dire ce que je pense.pourquoi la firme n’a pas mis un dispositif securitaire pour surveiller leurs canaux de distribution.ce qui veut dire qu’il ya la possibilit? de contrefacon de ces produits.

  4. Mon frere tout cela ne.me regarde pas.laisse moi dire ce que je pense.pourquoi la firme n’a pas mis un dispositif securitaire pour surveiller leurs canaux de distribution.ce qui veut dire qu’il ya la possibilit? de contrefacon de ces produits.

  5. quitter laba!!!vous etiez ou qan il a traverser les frontier avc!!!ces vous mm qi avez donner lotoristion a la doune de dedouaner!!!qel est le linportence de la LNSP bande de corompue maintenan q le drap a peter chacun cherche a sauver sa peau!vous les docteur vous ete les premier coupable puisq san votre accor les boisson ne seron pa autoriser a vendre o burkina!

  6. C?est grave pour nos m?decins aux Faso ! Ecrire pour ne rien dire! Je ne conprend rien de cet ?crit. Il faut encore bien ?crire sinon il c?est ? cause de ca que d?autre font appelle ? l?ext?rieur pour les autopsie au BF. Il y?a risque mais rien ne le prouve..

  7. Mon frere jean-marie la firme”THE COCA COLA COMPANY” est concernnee par cette affaire.Parce que leur image est atteint.Raison pour laquelle il on deposee une plainte contre OBOUF et ses complices.Tu veras le denouement positive de cette affaire.
    Mes amities!!!

  8. NON jai juste remarqu? que c’est juste des interrogations inutiles aucune reponse claire. pire ils proposent des sanctions comme sils etaient juges. si je sais que obouf nous a tromp? tous ,amicalement ;-)

  9. Mon frere yabre cette affaire te concerne aussi ou peut-etre que tu n’as pas consommer une gorgee de cannette.Ta famille tes amis tous ceux que tu connais a travers les quatres coins du burkina en ont consommes.
    Amicalement!!!

  10. J’aimais trop boire le coca si.jesper que ces pas ca qui a contribu? a ce que je casse mon dos quand je suis tomb?e dans ma douche.jesper bien!ils doivent etre condamn?s a vie tous ces criminels.

  11. C’est d?plorable, il est pr?f?rable de revoir les t?ches du laboratoire nationale de sant? publique pour un traitement rigoureux en mati?re de contr?le des produits alimentaires comme le riz, l’huile et toutes les boissons venant de l’ext?rieur du burkina faso. La patrie ou la mort nous vaincrons!

  12. C’est d?plorable, il est pr?f?rable de revoir les t?ches du laboratoire nationale de sant? publique pour un traitement rigoureux en mati?re de contr?le des produits alimentaires comme le riz, l’huile et toutes les boissons venant de l’ext?rieur du burkina faso. La patrie ou la mort nous vaincrons!

  13. Ls ga,ns autorit?s s foute de nous avc leurs histoires d’obouf ? ses canettes p?rim?s,parck il a pire q sa,q ns autorit?s n’en parle pa,ils disent qoi ds riz p?rim?s ? ls huiles refaite kon nous faits consomm?s,kils attrappent ses responsables,parck nous consommons r?guli?rement l riz ? l’huile.pourtant c’est celui ki a ls moyens ou ls rich qui consomm ls cannettes,ms fr?res ? soeurs, ouvront l’oeil ? l bon

  14. pour l’eau on connait lesrisques mais pour les autres (sucre et acide phosphorique) vs dites quoi meme? vs ns renvoyez sur nos memes inquietudes. sinon on sait q ?a des effets sur la sant? meme si c’est en etat normal. maintenant on veut un resultat concret et professionnel des effets lorsqu’ils sont perimes pour q cet obouf comprennent combien de personnes il a pu tuer pour s’enrichir et qu’est ce qui pourrait l’atendre.

  15. Nous Burkinab? nous avons tellement pr?f?r? l’argent ? notre prochains que nous sacrifions la vie de tout un peuple pour subv?nir ? nos besoins.Sinon comment peut on comprendre qu’une personne peut accepter vendre des produits p?rim?s ? tout une nation tout en connaissant les domages que cel? peut causer? c’est vraiment domage que c’est en Afrique on observe ces choses.Ce DG est ? corriger normalement!

  16. Nous Burkinab? nous avons tellement pr?f?r? l’argent ? notre prochains que nous sacrifions la vie de tout un peuple pour subv?nir ? nos besoins.Sinon comment peut on comprendre qu’une personne peut accepter vendre des produits p?rim?s ? tout une nation tout en connaissant les domages que cel? peut causer? c’est vraiment domage que c’est en Afrique on observe ces choses.Ce DG est ? corriger normalement!