Compte rendu du Conseil des ministres extraordinaire du 16 mars 2015

665 21

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le lundi 16 mars 2015, en séance extraordinaire, de 10 H 00 mn à 13 H 30 mn, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Michel KAFANDO, Président de la Transition, Président du Faso, Président du Conseil des ministres. Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour.

DELIBERATIONS

I.1. AU TITRE DU PREMIER MINISTERE

Le Conseil a adopté un décret portant création et exécution d’un Programme socioéconomique d’urgence de la Transition (PSUT).

Face aux attentes fortes des populations, le gouvernement de la Transition en dépit d’un contexte d’austérité budgétaire, a initié un programme socioéconomique d’urgence qui met l’accent sur le soutien aux initiatives des jeunes et des femmes et le renforcement des infrastructures éducatives et sanitaires.

D’un coût global de vingt-cinq (25) milliards de francs CFA,          générés par la réduction du train de vie de l’Etat, ce Programme d’urgence dont l’objectif est de contribuer au bien-être général des populations par la création de richesses au niveau des couches vulnérables, vise entre autres :

  • la création de dix mille (10 000) unités économiques au profit des jeunes et des femmes qui généreront près de trente mille (30 000) emplois ;
  • l’amélioration de l’offre éducative par la construction de    soixante-quinze (75) complexes scolaires, la réalisation d’infrastructures universitaires dont deux (02) amphithéâtres de 2 500 places chacun à Bobo-Dioulasso et à Ouagadougou ;
  • l’amélioration de l’offre sanitaire par la construction de         quatre-vingt (80) centres de santé et de promotion sociale (CSPS).

L’adoption de ce décret permet l’opérationnalisation du Programme socioéconomique d’urgence de la Transition (PSUT).

I.2. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE, DE LA DECENTRALISATION ET DE LA SECURITE

Le Conseil a examiné un projet de loi portant modification du Code électoral.

Au terme des élections législatives et municipales couplées du               2 décembre 2012, les acteurs impliqués dans la mise en œuvre de la loi électorale ont relevé des insuffisances.

Ce projet de loi modificatif vise à combler les insuffisances de la loi N°014-2001 du 3 juillet 2001 portant Code électoral, ensemble ses modificatifs, en vue de prendre en compte les propositions des acteurs de la nouvelle configuration de la scène politique, des Organisations de la société civile, des institutions et des ministères impliqués.

Le Conseil a marqué son accord pour la transmission du projet de loi au Conseil national de la Transition.

I.3. AU TITRE DU MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE ET DE L’ALPHABETISATION

Le Conseil a adopté un rapport relatif à la réforme curriculaire de l’Education de base.

Dans le cadre de la mise en œuvre du continuum éducatif de base, suite au transfert institutionnel du préscolaire et du post-primaire au ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation, un vaste chantier de reforme curriculaire est engagé depuis mars 2013.

Les priorités du développement économique, la transformation des échanges et les avancées dans les communications, tant au niveau local qu’international, justifie la nécessité d’une adaptation rapide des finalités de l’éducation aux nouvelles réalités locales et internationales et des moyens pour les mettre en œuvre.

Conscient de cette nécessité, le gouvernement a décidé de garantir à tous les enfants de 0 à 16 ans, le droit à une éducation de base de qualité à travers le continuum éducatif qui va du préscolaire au post-primaire et incluant le non formel. La reforme des curricula devrait également contribuer à rendre les formations professionnelles et techniques plus efficaces.

L’adoption de ce rapport permet de doter le ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation d’un cadre règlementaire de mise en œuvre des curricula du continuum de l’éducation de base dans une vision holistique.

 Le Ministre de la Communication,      

Chargé des Relations avec le Conseil National de la Transition,

Porte-parole du Gouvernement

 T. Frédéric A.K. NIKIEMA



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 21 commentaires

  1. Comment peut-on creer 10 000 unites economiques, 75 complexes scolaires, 2 amphitheatre et 80 CSPS avec seulement 25 milliards? En considerant uniquement les 10 000 unites economiques, ca fait 2 500 000 par unites en moyenne. On n’a pas besoin d’etre entrepreneur au burkina pour savoir qu’il est impossible de lancer une affaire digne de ce nom avec 2 500 000! et ce, sans compter les amphi, complexes scolaires et autres CSPS. D’ou viendra l’argent? Et si on mettait l’accent sur un seul probleme a la fois? Eparpiller les efforts financiers nous maintient dans le statut quo. Inutile.

  2. isaac kam.la charte nest en rien ue feuille de route.cest le document qui complete la constitution.au faite tu pense se qui est normal mais tu ne le dis pas.je veux dire que je suis daccord avec toi pour une feuille de route.mais il nen a jamais eu.cest ?a le drame.le gouvernement a echou? une partie de sa mission en demontrant ses limites avec des questions enmerdeuses.

  3. C? un gouvernement d transition ki ? en place dc comprener kil n peuve pa ressoudre ts vos maux ( amelioration des condition d vie,salair des travailleur…) il ft ckil peuve pr ger? la situation dc epargner ns vo plainte unitile au lieu d passer votr temps a vs plaindr donner des solution

  4. Chers lecteurs, une erreur s’est gliss?e dans le compte rendu du conseil des ministres, tel que parvenu ? notre r?daction, concernant la date. Cette erreur a malheureusement ?chapp? ? notre vigilance, mais a ?t? corrig?e. Toutes nos excuses et merci pour votre compr?hension.

  5. Et la vie ch?re dans tout ?a ? C? kel types d unit?s dont on chifre a 10*000 ? Et l am?lioration des conditions de vie des travailleurs ? Et ki doit g?rer ces csps et otres infrastructures ?dukatives avec ces perdiems com disait un Pr?sident africain kan ton parlait d la regularit? des salaires ou sale ?re du Burkina ? Vs r?duisez pr vs car c?tait tr?s exorbitant kom salaire ! O? sont nos braves syndicats ? Le son de la repriz des manifestations pr la survie vient d ?tre donn? dans ce conseil extra pr certains mais insensible pr ce ki a fait sortir le peuple les 30 et 31 Octobre ! Avait on besoin d un conseil extraordinaire pr ns servir cela ? A chacun son opinion, MERCI

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *