Université de Ouagadougou : Les étudiants en médecine battent le macadam

Les étudiants de l‘Unité de formation et de recherche en science de la santé (UFR/SS) ont tenu une marche de protestation ce mardi 17 mars 2015. Ils revendiquent, entre autres, la suspension du système LMD (licence-master-doctorat) et le rehaussement des allocations de stages.

Dans leurs blouses blanches, les « apprentis médecins » de l‘Université de Ouagadougou ont battu le macadam dans la matinée de ce mardi. Coup de sifflet, slogans, chants syndicalistes, ces étudiants ont arpenté les ruelles du temple du savoir de Zogona pour signifier leur mécontentement quant à la non-résolution de leurs différentes préoccupations.

Marche à l‘issue de laquelle, ils ont remis une « lettre de protestation » contenant les points de leur plate forme revendicative au directeur de l‘UFR/SDS.

« Les étudiants viennent au niveau de l’UFR et peuvent faire une deux semaines sans heure de cours parce qu’il n’y a pas de salles disponibles. Il y a un manque criard en enseignants. Il n’y a pas de connexion Internet à l’UFR/SDS et on nous parle de système LMD. Notre bibliothèque est vieillissante, elle est d’un autre siècle», fustige Yves Ramdé, délégué général de la corporation ANEB de l‘UFR/SDS.

Les étudiants en blouse blanche réclament rehaussement des allocations de stages © Burkina24
Les étudiants en blouse blanche réclament le rehaussement des allocations de stages © Burkina24

Autres préoccupations, ils réclament le rehaussement des allocations de stages pour les internes de 57.000 à 100.000 F CFA. «Figurez-vous au niveau des centres hospitaliers, tout ce qui est matériel médical, ce sont les stagiaires qui doivent s’en procurer. Les gants, le coton, le papier. Tout doit sortir de la poche de l‘interne. Un stéthoscope, un tensiomètre, véritablement coute la peau des fesses pour l‘étudiant ! », a-t-il martelé.

Les étudiants légitiment ainsi donc leur mouvement du fait disent-ils, « de l‘absence total de réponses concrètes » de l‘administration face aux problèmes posés. Approché, le directeur de l‘UFR/SDS, le Pr Rabiou Cissé se dit quelque peu surpris de la manifestation des étudiants parce que différentes concertations ont eu lieu et des solutions ont été trouvées.

« Au niveau des stages hospitaliers, nous avons rencontre les directeurs des hôpitaux, nous avons même rencontré le président l‘université de Ouagadougou pour prendre en compte tous les aspects revendicatifs et pouvoir les mettre dans de bonnes conditions de travail et améliorer la qualité des enseignements», a déclaré le Pr Rabiou Cissé.

Concernant la question de la suspension du système LMD, il estime que cela relève d’une « décision politique » et dépasse les seules compétences de son UFR, même de l‘Université de Ouagadougou.

Mieux, il pense que « demander la suspension du système LMD c’est vouloir mettre le Burkina en marge de ce que le monde entier vit ».

Les autorités de l’UFR demandent néanmoins la compréhension des étudiants et se disent prêtes à tout dialogue pour aboutir à des solutions.

Mais les étudiants, eux, tiennent déjà le ton de la menace et promettent de passer dans les jours à venir à une vitesse supérieure dans leur lutte si toutefois l‘administration ne se penche pas de façon « diligente et séreuses sur leurs revendications seule condition primordiale pour un apaisement su climat social à l‘UFR ».

Maratou SOUDRE

Burkina24




Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Un commentaire

  1. Bonsoir, j’aimerais savoir si la revendications des étudiants a eu satisfaction. Merci de bien vouloir me répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page