Dossier Thomas Sankara : « En instruction au tribunal militaire »

Le traitement du dossier Thomas Sankara évolue. C’est ce qu’a laissé entendre Me Bénéwendé Sankara, l’un des avocats de la famille Sankara, à l’issue d’une audience ce 24 mars 2015 avec le Chef de l’Etat, Michel Kafando.

A l’issue d’une audience avec le ministre de la justice le 20 mars 2015, les avocats de la famille Sankara ont appris que  le dossier Thomas Sankara « avait quitté le cabinet pour évoluer vers le tribunal militaire parce que l’ordre de poursuite avait été donné dans ce sens ».

Après l’entrevue avec le Président Michel Kafando ce 24 mars 2015  aux fins de lui apporter cette information, Me Sankara a indiqué que le dossier du président assassiné le 15 octobre 1987 est « entre les mains d’un cabinet d’instruction au tribunal militaire », selon l’AIB.

Occasion pour Me Bénéwendé Sankara, Me Ambroise Farama  et Me Julien Lalogo de « féliciter les autorités pour avoir respecté leur engagement, malgré la pression de l’opinion car beaucoup estimaient qu’il y avait une lenteur ».

Quant à l’exhumation des supposés restes du Président Sankara, Me Sankara a informé, selon ses propos rapportés par l’AIB, qu’elle est « pendante de la procédure elle-même car le décret pris en conseil des ministres est une mesure conservatoire qui devrait en principe permettre aux juges d’instruction de ne plus avoir d’obstacles et de résistance au moment de l’exhumation qui sera en outre coordonnée par le ministère de la Justice ; donc sous le contrôle du juge ».



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

14 commentaires

  1. Il s’acharne parce qu’il s’appelle sankara lui aussi ! Chic ! apr?s on dit que c’est une cause burkinab? ! Vous avez aussi fait tout pour d?truire notre parti le CDP, simplement parce que ce parti appartenait ? Blaise ! Apr?s, on nous dira que c’est bonne cause pour le progr?s du pays bla ! bla ! Du n’importe quoi !

  2. et tout le monde sait bien que les boureaux sont des imperialistes . sest une justice a la longue galeine .sest qui est s?re plus jamais ?a au faso .pr moi il nest pas mort ,il sest sacrifi? pr nous,et je laisse a dieu dans jug? les auteur et dieu les jugera t?t ou tar

  3. Dan toute le fa?on c’est s’autorit?s des transitions na pas le soit il faut y arriv? quelques soit le prix ? peyai ?te vous fi?re d’?tre Burkinab? alors ille nous faut cette v?rit? sinon toute les Burkinab? restons des poulets leur mort serra rien pour toujours

  4. Nous resterons toujours attentif jusqu’ au premier jour de proc?s pour y croire ,notre souhait est que cela soit avant les ?lections. Ensemble nous vaincrons!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page