Ebola : Le bilan de Médecin Sans Frontières

350 0

Ebola a fait au moins 24 000 personnes infectées et plus de 10 000 victimes. C’est le bilan macabre que l’Organisation Non-Gouvernementale, Médecins Sans Frontières a révélé un an après.

Dans un rapport publié lundi, Médecins sans frontières (MSF) pointe du doigt le laxisme de l’Organisation Mondiale de la Santé pour ‘’avoir ignoré ses appels à l’aide et tardé à réagir’’.

Médecins Sans Frontières estime que lorsqu’elle décrétait en août une “urgence de santé publique mondiale”, “plus d’un millier de personnes étaient déjà mortes”, pendant que l’institution internationale n’a réagit seulement  que “quand Ebola est devenue une menace pour la sécurité internationale”.

Christopher Stokes, directeur général de l’ONG pense que “l’OMS aurait dû combattre le virus, pas MSF”, avant de rappeler que son ONG  ‘’a mis en oeuvre des moyens colossaux avec plus de 1 300 expatriés et 4 000 employés locaux, la formation de 800 volontaires et 250 autres organisations, la création de plusieurs centres dont un de 250 lits. Mais ce combat a impliqué des choix traumatisants pour les équipes’’.

Fin août, par exemple, le camp Elwa 3 de Monrovia n’ouvrait plus que 30 minutes par jour, ne laissant entrer que quelques patients venus remplacer ceux morts pendant la nuit.

“Nous ne pouvions offrir que des soins palliatifs très basiques et il y avait tellement de patients et si peu de personnel que le personnel n’avait en moyenne qu’une minute par patient. C’était une horreur indescriptible”, décrit une humanitaire citée dans ce rapport. 2.547 patients de MSF sont décédés. “Même dans la plupart des zones de guerre, perdre autant de patients en si peu de temps c’est du jamais-vu”, selon ce rapport.

“Le personnel médical n’était pas préparé à faire face à une situation où au moins 50 % de leurs patients meurent d’une maladie pour laquelle il n’existe aucun traitement”, constate MSF. En décembre, des pontes de l’ONG opèrent une violente autocritique, évoquant une “forme institutionnalisée de non-assistance de personnes en danger de mort”.

Ce bilan d’un an réalisé par MSF intervient au moment où le Liberia a annoncé la découverte à Monrovia d’un nouveau malade infecté par Ebola. C’est le premier cas depuis un mois dans le pays qui était sur le point de déclarer la fin de l’épidémie.

Les espoirs sont désormais tournés vers l’antiviral japonais favipiravir, dont les premiers résultats sont très encourageants.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : BBC NEWS-VOA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre