Zimbabwe : Des prostituées adoptent le Mobile Money pour le règlement de leurs prestations

Plusieurs prostituées de Harare, la capitale du Zimbabwe, ont décidé de se faire désormais régler leurs prestations par Mobile Money. Elles voudraient ainsi éviter de se faire tromper par des clients malhonnêtes qui, après le service, les agresseraient et reprendraient leur argent, rapporte l’Agence Ecofin.

Dans la Capitale zimbabwéenne, la transaction financière des professionnelles de sexe devra désormais être effectuée avant le rendu du service, de surcroît par Mobile Money.

Avec ce type de service, les prostituées estiment avoir la garantie que leur argent ne leur sera pas également dérobé.

Le Mobile Money est un service que tous les opérateurs de téléphonie mobile ont déployé au Zimbabwe. Econet Wireless propose Ecocash est le service le plus utilisé au regard du leadership de l’opérateur dans le marché télécom du pays.

Onewallet est le service de NetOne tandis que Telecel, qui n’a plus le droit d’opérer dans le pays, proposait TeleCash.

Selon « Agence Ecofin » citant le site d’informations « New Zimbabwe », les prostituées expérimentent déjà le paiement par mobile au City Spots bar, au Holly’s Tipperary Night Club au coin de Five Avenue et Leopold Takawira Avenue et au jardin  Dandaro Beer Garden and the Exhibition Park’s.

L’adoption du Mobile Money par les prostituées de Harare démontre une fois de plus l’ampleur prise par ce mode de paiement au niveau des petits travailleurs en Afrique et son impact sur leur inclusion financière. L’importance du Mobile Money sur le continent africain est qualifiée par Bill Gates de  « service financier du futur ».

La percée de ce type de transaction bancaire a déjà fait parler de lui en Afrique et dans le reste du monde. L’allusion est surtout faite au M-Pesa du Kenya qui s’est rapidement internationalisé et Airtel Money utilisé fréquemment par les abonnés Airtel dans plusieurs pays d’Afrique notamment au Burkina.

Noufou KINDO

Burkina24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page