Josiane Ki élue Miss Universités et Miss Faso 2015

1501 12

La cérémonie de la troisième édition du concours miss Universités 2015, samedi 28 mars 2015 à la salle des fêtes de Ouaga 2000, a vu le sacre de Josiane Ki parmi les 8 candidates finalistes.  Cette année, le concours était placé sous le signe de la promotion du tourisme au Burkina Faso.

18 candidates au départ puis 8 finalistes, Josiane Ki, 22 ans, 1m 74, 64 kilos, étudiante en 3ème année à l’Université Saint-Thomas d’Aquin est celle qui a été consacrée Miss Universités 2015 et fait office de  Miss du Faso. Cissé Barry Weli et Princesse Poadiague sont respectivement première et deuxième dauphine.

Josiane KI, miss universités 2015
Josiane KI, miss universités 2015

«Celle qui est élue miss Universités représentera la miss du Faso dans tous les concours sous régionaux et internationaux. Nous avons pris les contacts pour ça et nous travaillons pour ça », dit Honoré Bambara, le promoteur.

Il justifie cela du fait que «depuis 5 ans il n’y a pas de Miss Burkina”.

« Cette année Miss Universités s’est ouverte à deux candidates élèves parce que depuis 5 ans, il n’y a pas de Miss Burkina, il y a des filles qui ne sont pas des étudiantes et qui veulent se présenter, on a voulu tendre la perche à ces filles », explique-t-il.

La miss gagne comme lot, 1 million de F CFA, une moto, un ordinateur, un téléphone Galaxy S5 avec 25 000 F CFA de crédit de communication pendant 12 mois, 5 pagnes de Vlisco.

Pour cette édition, il n’était pas question de projet de société, la bête noire des candidates. Il leur a été demandé de valoriser leur pays, de vendre la destination Burkina Faso. Le speech, le visage, la présence sur scène, étaient les critères de notation.

« Pour moi, le premier projet de société de la miss universités reste son année académique. Mais cette année, la miss a un cahier de charge, il faut qu’elle agisse pour les étudiants, des vieilles personnes et des personnes handicapées», indique Honoré Bambara.

Honoré Bembara, promotteur de miss universités
Honoré Bambara, promoteur de miss universités

« Nous avons placé ce concours sous le signe”Burkina Faso, la destination à ne pas manquer” à cause de la crise à virus Ebola, Boko Haram et l’insurrection du 30 et 31 octobre, pour dire à tout le monde que le Burkina Faso reste la destination la plus prisée.

Certaines ambassades placent le Burkina dans une zone rouge, nous disons non, les Burkinabè vous accueilleront à cœur ouvert avec leur hospitalité légendaire», justifie le promoteur.

Cependant, des difficultés n’ont pas manqué, le soutien a fait défaut  connaissant la situation actuelle du pays. « C’est Miss Universités de transition. Les partenaires étaient un peu frileux. Mais je rends grâce à Dieu que soit bien passé », conclut-il.

Reveline SOME 

Burkina24




Article similaire

Il y a 12 commentaires

  1. Moi je trouve que c’est de la prostitution d?guis?e. Pourquoi chaque fois imiter les blancs? Je pr?ne pour une “femme Africaine “. “La seule fa?on de vivre digne c’est de vivre Africain” disait THOMAS SANKARA.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *