Transition : les conclusions de la deuxième réunion du groupe de suivi

551 0

Après environs 5 mois de transition au Burkina Faso, les différents acteurs de ce processus se sont réunis ce lundi 30 mars 2015, à Ouagadougou pour faire le point de l’état d’avancement des engagements pris lors de la première réunion tenue le 15 janvier dernier.

A la fin des travaux, c’est le premier ministre Isaac Zida qui a présidé la clôture de la cérémonie. Il s’est dit satisfait des travaux car selon lui toute la communauté internationale (Union Africaine, la CEDEAO) s’est regroupée pour apporter son soutien au Burkina Faso.

Le secrétaire général du parti politique, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), Clément Sawadogo, lui estime que « dans l’ensemble, c’est un satisfécit qui a été décerné à la marge de la transition ».

Ce qu’on peut retenir de la rencontre, c’est que d’abord, les participants ont pris note de l’annonce du calendrier détaillé des élections présidentielles, législatives et municipales par le CENI, à la suite des consultations avec le gouvernement, les partis politiques et les acteurs concernés.

Ensuite, ils exhortent les différentes institutions impliquées dans la préparation et l’organisation des élections à continuer à jouer pleinement le rôle qui est le leur dans le cadre d’une approche coordonnée, consensuelle et inclusive.

Les participants à cette deuxième réunion ont insisté sur le soutien financier de la communauté internationale © Burkina24
Les participants à cette deuxième réunion ont insisté sur le soutien financier de la communauté internationale © Burkina24

Les participants ont, en outre, noté avec satisfaction les moyens financiers significatifs mobilisés par le gouvernement pour l’organisation des élections et ont souligné que cette contribution est d’autant plus appréciable que le Burkina fait face à une situation économique et financière difficile.

Enfin, les acteurs de cette deuxième réunion se sont félicités des contributions déjà annoncées par certains Etats et organisations, et ont relevé la nécessité pour la communauté internationale d’apporter le soutien financier, technique et logistique nécessaire pour le bon déroulement du processus électoral.

Ils demandent au gouvernement et aux institutions concernées, avec l’appui des partenaires techniques et financiers, de fournir des informations détaillées sur le déficit accusé dans le budget des élections et devant être comblé.

Bienvenue APIOU

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *