Amnesty International : Au moins 2.466 personnes ont été condamnées à mort en 2014

346 2

Amnesty International, l’ONG qui défend les droits de l’Homme et le respect de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, a publié son rapport 2014 sur les statistiques mondiales de la peine de mort. Le document a été présenté à la presse, ce mercredi 1er avril 2015 à Ouagadougou, par Christian Ouédraogo et Roger David Wendbé Minoungou respectivement Coordonnateur Campagnes et Actions et Coordonnateur Croissance et Activisme à Amnesty International/Burkina.

Le rapport 2014 de Amnesty International porte sur l’utilisation judiciaire de la peine de mort pour la période allant de janvier à décembre 2014 et donne une vue d’ensemble de la peine de mort.

Les chiffres contenus dans ce rapport sont considérés par l’ONG comme des minima du fait que dans de nombreux pays, le gouvernement s’abstient de publier des données sur l’application de cette sanction pénale consistant à tuer une personne reconnue coupable d’une grave infraction, appelée peine de mort ou peine capitale.

Quatre éléments essentiels sont à retenir dans les statistiques et tendances mondiales de ce rapport 2014 : l’application accrue de la peine de mort dans bon nombre de pays, l’augmentation du nombre de condamnations à mort dans le monde, une baisse significative du nombre d’exécutions et la position réaffirmée de Amnesty International contre la peine de mort.

Application accrue de la peine de mort

Selon le Coordonnateur Campagnes et Actions, Christian Ouédraogo, qui a lu le rapport, un nombre inquiétant de pays a recouru à la peine de mort pour répondre aux menaces réelles ou présumées contre la sûreté de l’Etat et la sécurité publique que représentent le terrorisme, la criminalité et l’instabilité interne.

Il a cité entre autres l’exemple du Pakistan, Iran, Irak, Chine, Cameroun, Emirats arabes unis, Arabie Saoudite, Corée du Nord, Palestine, Jordanie et l’Indonésie.

Augmentation du nombre de condamnations à mort

En 2014, toujours selon le rapport, le nombre de personnes condamnées à mort dans le monde est passé d’au moins 1.925 en 2013 à au moins 2.466 en 2014, soit une hausse de 28%.

Et que le nombre de condamnation à mort au Nigéria est passé de 141 en 2013 à 659 en 2014. En Egypte, ce nombre s’est également et considérablement accru, passant de 109 à 509 en 2014.

Baisse significative du nombre d’exécutions

Pour Amnesty, malgré les revers inquiétants, des progrès importants sont à constater au niveau mondial : le nombre d’exécutions recensées est passé d’au moins 778 l’année dernière à au moins 607 en 2014, soit une baisse de près de 22%.

Excepté l’Europe et l’Asie Centrale, l’ONG internationale a noté une baisse du nombre d’exécutions notamment en Afrique Subsaharienne, Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

Position réaffirmée de Amnesty International

Amnesty s’oppose en toutes circonstances et sans aucune exception à la peine de mort, indépendamment de la nature et des circonstances du crime commis, de la situation du condamné, de sa culpabilité ou de son innocence ou encore de la méthode utilisée pour procéder à l’exécution.

Car pour l’ONG, la peine de mort viole le droit à la vie et constitue le châtiment le plus cruel, inhumain et dégradant.

Noufou KINDO

Burkina24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Il y a 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre