Burkina : La grippe aviaire fait déjà une perte d’environ 4,7 milliards de FCFA

667 18

Le ministre des ressources animales, Jean-Paul Rouamba, dans une déclaration, hier mercredi 1er avril 2015, a confirmé la présence de l’Influenza Aviaire Hautement Pathogène couramment appelée grippe aviaire au Burkina. La secrétaire générale dudit ministère, Jocelyne Bountoulougou/Somé et le Directeur général des services vétérinaires, Lassina Ouattara, ont expliqué à la presse, ce jeudi 2 avril, les différentes mesures de riposte prises par le gouvernement et les mesures de précautions à prendre par tous les autres acteurs.

Ce n’est pas un « poisson d’avril ». La grippe aviaire est de retour au Burkina Faso à quelques jours de la fête de Pâques (dimanche 5 avril 2015).

Les investigations des services vétérinaires ont abouti à une forte suspicion de l’Influenza Aviaire Hautement Pathogène ou grippe aviaire, confirmé par un laboratoire de référence de l’Organisation Mondiale de la Santé Animale et de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture.

En effet, environ 115.000 volailles infectées et mortes ont été enregistrées courant février- mars 2015 au niveau des élevages traditionnels et modernes dans les provinces du Kadiogo (2 foyers), région du Centre et du Sanguié (1 foyer), région du Centre-Ouest.

Le département en charge des ressources animales lance un appel à toute la population en particulier aux aviculteurs et commerçants de volailles, pour une franche et entière coopération avec les services pour la gestion de cette crise sanitaire notamment par la déclaration de toutes mortalités suspectes de volailles.

Selon le DG des services vétérinaires, Lassina Ouattara, « l’origine très claire de cette infection au Burkina est jusque-là ignorée. Mais il y a des soupçons très forts avec l’importation frauduleuse des poulets en provenance notamment du Ghana ».

Il existe, poursuit-il, environ 41 millions de volailles, espèces confondues au Burkina et environ 35.000 volailles sont consommées par jour dans la seule ville de Ouagadougou. Ce qui est, selon lui, un élément important dans l’économie du pays.

« Faisant une évaluation rapide, les pertes qui sont actuellement enregistrées tourneraient autour de 4 milliards 750 milles FCFA », a-t-il estimé.

Cependant, des mesures de riposte ont été prises par les différents services du ministère de tutelle pour la gestion et le contrôle de l’infection.

Il s’agit d’un travail d’information et de sensibilisation des populations et des différents acteurs de la filière avicole, un arrêté, qui sera signé cette semaine, portant la déclaration d’infection signé par le Haut-Commissaire de la province concernée.

Qu’il y a aussi des zones d’infection ou de séquestration où des mesures très strictes seront appliquées notamment la destruction des cadavres, la désinfection et des zones d’interdiction de circulation.

Par ailleurs, qu’aucune victime n’est pour l’instant répertoriée au Burkina qui avait déjà fait face à une épidémie de grippe aviaire en 2007, sans contagion humaine.

En rappel, la souche H5N1 du virus, qui se transmet à l’Homme, a tué plus de 400 personnes dans le monde depuis son apparition en 2003. Une nouvelle souche, H7N9, a tué plus de 170 personnes depuis son apparition en 2013.

A noter aussi que la Côte d’Ivoire a interdit l’importation de la volaille burkinabè. « Nous avons pris la décision de suspendre toute importation de volailles du Burkina », a indiqué Etienne Kobenan Adjoumani, ministre ivoirien des ressources animales, selon Koaci.com.  « La mesure va être appliquée au niveau de nos frontières, et dans tous les services de vente de volailles », a-t-il ajouté.

Noufou KINDO

Burkina24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Il y a 18 commentaires

  1. pour quoi sa touche les poules pondeuses et pas nos poulets bicyclettes? Pour le cas de la ferme de koubri. Es ce que c?est d? au virus ou a la chaleur provoqu? les coupures de courant? trop de question. je suis de Koubri.

  2. ha bon!!!!!il n’y a pas de poulets OGM au Burkina Faso?donc c’est diff?rent des poulets de chaires import?s pour ?tre multipli?s dans le but de satisfaire notre forte demande en volaille?c’est juste pour comprendre

  3. C’est ? l’Etat de prendre ses responsabilit?s. Emp?ch? l’entr? de volaille OGM que les autres ne veullent pas dans notre pays, le Burkina Faso n’est pas un depotoire. Trop c’est trop

  4. C’est ? l’Etat de prendre ses responsabilit?s. Emp?ch? l’entr? de volaille OGM que les autres ne veullent pas dans notre pays, le Burkina Faso n’est pas un depotoire. Trop c’est trop

  5. C’est ? l’Etat de prendre ses responsabilit?s. Emp?ch? l’entr? de volaille OGM que les autres ne veullent pas dans notre pays, le Burkina Faso n’est pas un depotoire. Trop c’est trop

  6. le mal est l? :il faut que les autorit?s passent pas des bons cannaux pour informer et sensibliser la population (surtout les ?l?veurs occasionnels et les vendeurs de poulets) sur la dang?rosit? de l’?pizotie ( il ya beucoup de nos parents qui ny croient pas : ils disent en mor? :ya non koum bala: en fran?ais,” c’est une simple mortalit? des poules”on a lutt? pour emp?cher ebola de rentrer on va lutter pour faire sortir la grippe aviaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *