Grippe aviaire au Burkina : Voici les précautions idoines à prendre

487 5

Dans une déclaration, le ministre des ressources animales, Jean Paul Rouamba, a confirmé la présence de la grippe aviaire au Burkina Faso. La coopération de tous étant demandée, des mesures idoines ont été proposées afin d’endiguer la maladie et éviter ainsi sa propagation.

L’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) ou grippe aviaire est une maladie infectieuse, très contagieuse, affectant la volaille domestique et les oiseaux sauvages. Elle est causée par un virus, entraîne une mortalité très importante et rapide dans les élevages infectés et contre laquelle il n’y a pas de traitement.

Il s’agit d’une zoonose qui peut affecter les personnes en contact étroit avec les oiseaux malades ou morts, elle est souvent mortelle.

Elle se reconnaît par une mortalité brutale et massive, des troubles respiratoires (dyspnée), digestifs (diarrhée), nerveux et une chute de ponte.

Conduite à tenir 

Pour empêcher l’introduction de la maladie dans un élevage : 

  1. Empêcher les contacts de la volaille entre différents élevages,
  2. Eviter les contacts avec d’autres animaux (chiens, porcs, chats, rongeurs, etc.),
  3. Appliquer les mesures d’hygiène dans les élevages,
  4. Eviter d’introduire de nouveaux sujets (volaille achetée moins chère au marché) dans les élevages, sans quarantaine,
  5. Laver soigneusement le matériel d’élevage au savon ou à l’eau de javel.

Pour empêcher la dissémination de la maladie :

  1. Signaler tout cas de mortalité suspecte aux services vétérinaires,
  2. Isoler les malades,
  3. Rassembler et détruire les cadavres sous le contrôle d’un agent vétérinaire,
  4. Se laver soigneusement les mains au savon après toute manipulation de volailles malades ou mortes,
  5. Veiller au strict respect des mesures d’hygiène édictées par l’agent vétérinaire (lavage des mains, désinfection, etc.),
  6. Eviter de vendre de la volaille ou tout produit issu d’élevage suspect,
  7. Empêcher les autres animaux d’entrer en contact avec les cadavres ou le matériel,
  8. Bien cuire la volaille avant consommation

Pour la détection précoce de la maladie : 

  1. Visiter l’exploitation en prenant les précautions nécessaires et le matériel utile,
  2. Réaliser une enquête épidémiologique sur les circonstances de la mortalité,
  3. Effectuer les prélèvements appropriés (écouvillons trachéaux et cloacaux, organes, sérum…) et expédier sans délai au laboratoire,
  4. Alerter sans délai, l’administration vétérinaire centrale (DSA, RESUREP, DLNE, DGSV),
  5. Mettre en œuvre les premières mesures sanitaires en particulier l’isolement des malades, destruction des cadavres (incinération, enfouissement), désinfection, restriction de mouvements de volailles, …).

Noufou KINDO

Burkina24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Il y a 5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre