Révision du code électoral : La NAFA dénonce et désapprouve

777 85

Après 59 jours d’attente, la Nouvelle alliance du Faso (NAFA) s’est présentée à la presse ce samedi 4 avril 2015 avec pour objectif non seulement d’informer l’opinion nationale et internationale de l’obtention de son récépissé mais aussi parler du projet visant révision de code électoral.

«Je me fais le plaisir de porter à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale que nous avons enfin obtenu l’arrêté de reconnaissance ce vendredi 3 avril 2015». C’est par ces mots que le président de la Nouvelle Alliance du Faso Rasmané Ouédraogo a débuté la conférence de presse.

En effet,  59 jours après avoir déposé l’autorisation d’exercer, Rasmané Ouédraogo dit être satisfait de cette nouvelle. «Au nom du bureau exécutif de la NAFA, je remercie le gouvernement de la transition pour cette diligence».

Dénonciation et désapprobation

Cette conférence de presse de la NAFA se tient  selon son président  dans un contexte où le gouvernement a soumis un projet de loi portant révision du code électoral. Face à cette situation, la NAFA dénonce « une volonté affichée de certains leaders de partis politique  soutenus par des acteurs de la société civile ».

Le projet de loi sur le code électoral concerne les articles 135, 166, et 242 du code électoral. Pour Rasmané Ouédraogo, les amendements apportés en accord avec le gouvernement de transition visent à écarter des élections tous les conseillers municipaux de l’ex-majorité, les anciens membres du gouvernement déchu ainsi que tous les Burkinabè qui ont soutenu le projet de modification de l’article 37.

Une chose que Rasmané Ouédraogo qualifie de « velléités antidémocratiques » et exprime sa désapprobation et son désaccord face à une tentative qu’il qualifie « d’oppression d’un groupe de Burkinabè par un autre en violation de l’article 168 de la constitution ».

La  mise en garde

Au gouvernement, pour cette question, la NAFA par son président appelle « à la fermeté, l’impartialité et à l’équité ».

Aussi, Rasmané Ouédraogo n’a pas manqué de placer un mot au Conseil national de la transition (CNT) : « J’en appelle à la responsabilité des membres du CNT pour mettre en priorité la paix sociale, la cohésion nationale et l’intérêt supérieur de la patrie car cette révision porte en elle, les germes de division et de conflit qui pourraient provoquer une crise ».

Bienvenue APIOU

Burkina 24



Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Article similaire

Il y a 85 commentaires

  1. non on ne fondera pas notre pays sur l’impunite sinon ouvrir autant la MACO et faire sortir tous ceux qui sont ? l’interieur surement il y ‘a des gens qui n’ont pas tue

  2. Et pourtant ! NAFA, CDP, LE MACHIN DE colonel YAC…peuvent bien pr?senter des candidats, mais pas des militaires en activit? ou en d?tachement ou en disponibilit? ou ayant d?missionn? il y’a moins de cinq ans. Ils ne peuvent pas non plus pr?senter des ministres ou autres personnalit?s ayant cautionner la modification de l’article 37. Sont de ceux la, les ministres ayant participer au conseil de ministre appelant ? la r?vision de l’article 37, les d?put?s qui ont dormi ? l’h?tel Azalai Ind?pendance en vue de modificier l’article 37. Si le gouvernement de transition accepte la participation de ces ?nergum?nes aux ?lections, nous saurons de quel c?t? ils sont et nous r?organiserons notre lutte en cons?quence. ATTENTION ? UN DEUXI?ME SOUL?VEMENT QUI VA PARACHEVER NOTRE R?VOLUTION DANS LA VIOLENCE SI CES GENS INTERPRETTENT NOTRE TOL?RANCE COMME DE LA FAIBLESSE.

  3. eul le peuple souverain par les urnes d?cidera qui va gouverner ou pas. Votez cette loi et on verra. il nyaura meme pas d’?lections au burkina ? plus forte raison dire que un tel sera exclu

  4. je valide ce que dit Observatrice. Le pire es devant nous. Jutste vous rappeler que ce qui s’est pass? le 30 octobre est le refus de gens comme rock, simon ,salif, zeph et compagnies de respecter la majoridr? democratique. quel est le resultat? une trentaine de mort. Les memes causes produisant les meme effets, une loi qui va exclure un parti ou des individus, sera plus meurtriere. Vous etes qui pour decider au nom du peuple? vous avez quelle l?gitimit?????seul le peuple par les urnes va decider qui gouvernera et qui ne gouvernera pas. Alors votez cette loi et on verra. Nous en tout cas on es pret a tout.

  5. Bien dit, quand un responsable politique refuse de prendre ses responsabilit?s pour dire la v?rit?, il n’est pas digne de diriger un pays. Si Blaise s’est ent?t? c’est parce qu’il voyait que son camp le soutenait.

  6. Le pr?sident de Nafa doit lui m?me faire d’abord appel ? son bon sens en retirant sa candidature. Je le croyais intellectuellement intelligent pour ne pas se pr?senter mais h?las quel g?chis!

  7. Mon fr?re Marcellin Bonkoungou, tu as pos? une tr?s bonne question, je viens ici te rappeler que la seule personne courageuse qui a dit non au cdp en d?missionnant est une dame malgr? les risques qu’elle courait ,elle a subit avec les menaces de tout genre mais elle a tenu bon et elle vit toujours ; le reste sont des hommes sans couille.

  8. Laisser le peuple souverain( si vrai) sanctionner ceux qu il trouve indigne dans les Urnes! C est aussi ?a la d?mocratie! Le reste est une tentative d exclusion anti-constitutionnelle! Ce pays doit se construire dans la solidarit?, l union, le partage et le pardon! Joyeuse p?ques!

  9. belle id?e,car ce que le NAFA avait commenc? risquait de plonger le pays dans une haine totale.surtout quand on regarde les dits de ce Adama kiema.Si le nafa aime son pays comme le dit Adama kiema qu’il attende 2020.l’heure n’est pas aux nouveaux partis

  10. M Lankoand?, j’approuve votre analyse et c’est tout ? fait clair. Mais sache que le verbe d?missionner ne fait pas parti du vocabulaire de nos hauts responsables et puis sachez que si un ministre ou d?put? d?missionnait ? l’?poque on l’aurait accus? d’un mal et mettre fin sa carri?re politique. Je ne supporte personne mais j’aime juste avoir des points de vues des uns et des autres pour me cultiver davantage. Merci et bonne f?te Pascale ? tous et Vive notre ch?re Patrie.

  11. On nous as dit ici l’?conomie du pays est entr? trois personnes les 2 fr?re et la belle famille, et que si nous arrivons ? faire partir ceux l? nous aurons rien que du bonheur, le pays est riche il ya de l’argent pour tous le monde chaque burkinabe doit mang? ? sa faim. Ces ? cause de Blaise et ?a famille on est pauvre. S’il part vous allez voir la diff?rence. Vraiment! !! Encore vraiment! !!! A peine quelque moi il son parti on nous parle que ya pas l’argent pour faire ceci il ya pas l’argent pour faire cela, les gens sont en train de constater qu’on les a menti et que ces pire que avant. Il savent que le r?gime pass? ? un bilan ils ont quelque chose ? montr? donc quand il ya un campagne il auront pas le m?me langage. ?cout? laiss? notre peuple tranquille.

  12. On nous as dit ici l’?conomie du pays est entr? trois personnes les 2 fr?re et la belle famille, et que si nous arrivons ? faire partir ceux l? nous aurons rien que du bonheur, le pays est riche il ya de l’argent pour tous le monde chaque burkinabe doit mang? ? sa faim. Ces ? cause de Blaise et ?a famille on est pauvre. S’il part vous allez voir la diff?rence. Vraiment! !! Encore vraiment! !!! A peine quelque moi il son parti on nous parle que ya pas l’argent pour faire ceci il ya pas l’argent pour faire cela, les gens sont en train de constater qu’on les a menti et que ces pire que avant. Il savent que le r?gime pass? ? un bilan ils ont quelque chose ? montr? donc quand il ya un campagne il auront pas le m?me langage. ?cout? laiss? notre peuple tranquille.

  13. Laurent basson quand on parle d’ennemi du peuple , c’est pour d?signer les politiciens ventriotes qui ne pensent qu’? leur int?r?t personnel et non de l’int?r?t du peuple .

  14. Mon fr?re dramane ky, mon je suis pas contre l’application d’une la mais je suis contre l’introduction d’une loi qui a pour but d’exclure des gens, je sais que en c?te d’ivoire l’article 34 ? ?t? bien con?u dans le seul but d’exclure un candidat par ce qu’il fait peur. Ces triste Mr Dramane ky, vous m?me regardez dans la situation dans laquelle on vie, je vous assure que si on y prend pas garde on vas vers un Cao. Cette population ? ?t? tellement manipuler instrumentaliser et semer la haine dans le coeur de cette population contre le r?gime pass?. Rien que pour leur int?r?t ?go?ste. Mon fr?re tout est au hasard, depuis que Blaise est partie dit moi est que les gens ne continue pas ? br?ler pour ce faire justice elle m?me. Tenez vous bien que si les autorit?s ne joue pas ? la carte de l’apaisement et continue de ferm? les yeux ou encore soutien les campagnes de d?nigrement et de la haine on vas directement vers des affrontements. Je vous informe que ces des maison des responsables politiques qu’ils ont piller et br?ler, si ?a devient une histoire entre militants on ce connais tous ici et on meurt pas 2 fois. Personne ne vas ce laiss? d?truire son local par ce qu’ils appartient ? un tel ou un tel partie politique.

  15. Quand on est au poste de ministre ce n’est pas par le fait du hasard. Je crois que c’est bien parce qu’on a jug? telle ou telle personne assez comp?tente qu’on l’a nomm?e ! Alors ? un tel poste de haute responsabilit?, si ? un certain moment tu constate que des missions qui n’ont rien avoir avec celles pour les quelles on t’a nomm? viennent se greffer ? ta lettre de mission, tu assume tes responsabilit? en quittant le gouvernement ! c’est aussi simple !!!

  16. Quand on dit que l’africain n’aime pas le changement c’est pas faux,il faut que d’autres personnes am?nent des nouvelles id?es j’ai connu que l’ere compaore honn?tement j’ai envie de changer le Burkina n’est pas mari? ? blaise et ses compagnons ? ce que je sache,s?rieusement osons avancer

  17. Un d?bat tr?s passionnant les amis, il y a des questions que je me pose:Pensez vous qu’aux temps forts de la modification de l’article 37 un ministre pouvait il s’opposer?Si oui comment allait il ?tre trait?! Et o? serions nous aujourd’hui aujourd’hui.