Menaces d’incendie du CNT : Les auteurs sont “connus”, selon Naba Ouédraogo

884 65

Le ministère en charge de la sécurité a annoncé dans un message ce  5 avril 2015 avoir des informations sur un certain nombre de menaces, dont celles d’incendie et de saccage du Conseil national de la transition (CNT) le 7 avril prochain, date de mise en examen de la loi modificative du Code électoral dont l’une des dispositions exclue de la présidentielle, certaines personnalités de l’ancien régime. 

Ecoutez  Naba Ouédraogo

[soundcloud url=”https://api.soundcloud.com/tracks/199409903″ params=”color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false” width=”100%” height=”166″ iframe=”true” /]

Dans l’interview qu’il a accordée à Fousseni Kindo au journal de 20h sur la RTB Télé après avoir lu le message d’Auguste Denise Barry,  le conseiller technique du ministre de la sécurité, Naba Ouédraogo, reconnaît que les auteurs de ces menaces sont connus. “Ils sont connus, nous sommes censés les connaître”, a-t-il indiqué.

Au journaliste qui demande pourquoi aucune action n’est encore menée pour mettre fin à leurs desseins, le Conseiller technique a répondu que le gouvernement voulait d’abord user de pédagogie. “Il faut procéder à une sensibilisation, à une mise en garde”, dit-il.

“Force reste à la loi”. Et si les présumés fauteurs de troubles continuaient ?  « Si ces individus continuaient, force reste à la loi et l’Etat prendra ses responsabilités », a assuré Naba Ouédraogo.

Ces menaces interviennent alors que le Burkina vient d’être frappé pour la première fois par un attentat à connotation terroriste.

Attaque de Tambao. Un Européen a en effet été enlevé à Tambao le 4 avril par un  groupe d’individus armés  non encore identifiés, blessant grièvement un gendarme burkinabè.

Si le conseiller technique du ministère de la sécurité ne trouve pas de lien immédiat entre ces faits, « nous n’écartons aucune hypothèse », ajoute-t-il, précisant que les investigations sont toujours en cours.

Naba Ouédraogo a saisi la balle au bond pour plaider pour plus de mesure dans les mouvements de revendications, qui, selon lui, sont “un terrain fertile” pour le terrorisme.

Appel. Le conseiller technique, sans nier le droit à la revendication, a cependant appelé à soutenir la transition en ne lui demandant pas “l’impossible“, à « ne pas la distraire avec des préoccupations qui peuvent attendre le nouveau gouvernement »  et en privilégiant le dialogue.

En rappel, la Coalition contre la vie chère organise une journée nationale de protestation ce 8 avril 2015 contre la vie chère.



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 65 commentaires

  1. ?a veux dire quoi? Toi trouve que ce projet de loi qu’ils veux voter uniquement rien pour le CDP est une bonne loi. Toi tu est ? l’ext?rieur ces nous on vie notre r?alit? ici. ?a ces pas une d?mocratie ?a. La transition n’a plus de programme ou bien ces vous comme ?a l? qui chatou le CNT ? dans leur tatonage tchrrr

  2. Le CNT me fait honte, vous avez peur, et votre arme ces des menaces et des intimidations. Il connaisse il n’ont cas commenc?, pourquoi vouloir instaur? une loi rien que pour exclure. Laiss? le peuple les sanctionn? s’il on tord. Je comprends les petite AG que le CDP est en train de faire les as tous paniquer. Ces les urnes qui doivent parl?. Le CNT non pas cette l?gitimit? de nous imposer un pr?sident. CNT = bande des incapables. Ce que tou les pays ?vite ces ce que eu il veulent impos? la division peu jamais envoy? une stabilit? dans un pays

  3. L’assembl?e nationale appartenait ? tous les Burkinab?s, mais ceux qui ont br?l? sont l? et tranquille, on fait m?me des d?dicaces d’albums sur les ruines et si tous les Burkinab?s vont pr?sent? leurs produits ??? la loi c’est pour tous

  4. Trop facile de chercher des boucs ?missaires quand on a ?chou?. Dans le mot “certains” on peut mettre coupables et innocents et se mettre ? ratisser large comme le disait et le faisait Djibril Bassol? aux temps o? il ?tait tout puisant ministre de l’int?rieur et de la s?curit? du r?gime de la 4? r?publique. Quand le ministre Barry parle de certaines organisations syndicales, il parle de qui? Citez des noms, sinon en pr?tendant combattre “l’anarco-syndicalisme”, vous verserez dans le “militaro-fascisme “? la sovi?tique.Cherchez vos ennemis ailleurs, ils sont tapis au sein de la transition:ce sont vos faux conseillers, vos faux pasteurs qui voient des diables partout ? chaque culte du dimanche.Les faux “transitionnaires” cherchent moult et une raisons pour prolonger leur bail ? la t?te du pays.Est-ce que ce sont les syndicats qui ont oblig? Zida ? aller se r?fugier chez le Mogho Naaba? Qui a permis ? Blaise Compaor? et ? sa clique d’op?rer un replis tactique en bon ordre et emportant beaucoup de secrets?Ce n’est pas en tout cas Bassolma Bazi

  5. mais qu est ce que vous attendez pour les arr?ter ? “la p?dagogie” donc si je comprends bien “on laisse le loup rentrer dans le poulailler avant de l arr?ter ?” ne pensez vous pas qu’il serait trop tard ? o? bien c est juste pour une incapacit? de votre part? svp vous m?me vous ?tes un danger pour la nation…..

  6. C?est normal que la stabilit? soit menac?.pendant l dpart d compaore,nous avons cru aux arr?tations des ex majorit?s mais rien ne fait.le gouvernement en place est l? pour l?instabilit? du pays.