Révision du Code électoral : Réaction de Sheriff Sy

646 0

Le Président du Conseil national de la transition, Sheriff Sy, dont l’institution doit examiner le projet de loi portant modification du Code électoral cet après-midi, a  réagi sur la question qui suscite le débat actuellement et des manifestations.

Sheriff Sy  a, au détour d’une interview sur la RTB télé, donné sa lecture sur l’une des dispositions de la loi modificative du Code électoral, qui entraîne l’exclusion de la présidentielle de certaines personnalités du régime déchu. Pour le Président du CNT, il ne s’agit pas d’une exclusion mais d’une condition d’inéligibilité parmi tant d’autres que contient “tout code électoral”.

Sheriff Sy  a d’ailleurs précisé le passage de la disposition qui cristallise tant de passion.  « Toutes les personnes ayant soutenu un changement anticonstitutionnel qui porte atteinte aux principes de l’alternance démocratique, notamment au  principe de la limitation du nombre de mandats présidentiels ayant conduit à une insurrection ou à toute autre forme de soulèvement, sont inéligibles ».

Harouna Kaboré soutient. Cette position a également été défendue par  Harouna Kaboré, représentant de la société civile à la Charte de la  transition. Au détour d’une conférence de presse ce  7 avril 2015, il a indiqué “qu’il n’est question nulle part d’exclusion” dans le code électoral, mais plutôt de “conditions d’inéligibilité”.

A ceux qui soutiennent le contraire, il rappelle que la charte frappe également d’inéligibilité le président du CNT et le Président du Faso de la prochaine élection présidentielle. “Sont-ils exclus ? Ce sont aussi des Burkinabè”, a soutenu Harouna Kaboré.

Dans une déclaration commune ce  6 avril 2015, les composantes signataires de la Charte de la transition ont soutenu la révision du Code électoral, rappelant que la condition d’inéligibilité découle de la charte africaine pour la bonne gouvernance qui interdit des élections toute personne s’étant rendue coupable de changement de Constitution en vue de prolonger un mandat électif arrivé à échéance.




Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *