Burkina : Le parti AJIR demande une “trêve sociale”

598 0

Le parti de l’Alliance des jeunes pour l’indépendance et la république (AJIR) plaide pour un nième sacrifice, à savoir une trêve sociale dans les revendications afin d’accompagner la transition.

Chers compatriotes,

Depuis la chute du régime du président Blaise COMPAORE, notre pays s’est engagé dans un processus de transition politique avec son corollaire d’insuffisances, de tergiversations et de limites en tout genre.

Oui nous sommes tous d’accord, les autorités de la transition les premiers, que tout n’est pas parfait, que de nombreuses attentes du peuple insurgé reste à satisfaire, que la célérité espérée dans le traitement de certains dossiers majeurs se fait attendre,…

De ce point de vue, nul ne saurait reprocher, encore moins contester à ce peuple héroïque du Faso sa volonté et son action quotidiennes pour réaffirmer ses aspirations légitimes aux changements pour lesquels, du reste, ses filles et fils ont consenti le sacrifice suprême.

Le respect éternellement dû à la mémoire de nos martyrs impose « aux survivants » que nous sommes de respecter ce qui aurait été la dernière volonté de chacun d’eux s’ils en avaient eu l’occasion, celle de nous voir construire le Burkina Faso dont ils ont toujours rêvé : un pays libre, démocratique, juste et prospère.

 La transition, malgré ses imperfections,  n’est rien moins le point de départ de l’édification de ce nouveau Burkina Faso et son échec sera note échec à tous à poser les bases de notre vivre ensemble.  Faut-il le rappeler? Tous autant que nous sommes, avons été, avouons-le, surpris par l’ampleur et le caractère expéditif de notre victoire sur le régime trentenaire de Blaise COMPAORE.

Tous, nous avons dû nous adapter au réel et les autorités actuelles de la transition ont hérité du pays sans un programme de gouvernement clair.

Comme l’a dit le Président KAFANDO dès sa prise de fonction, la transition ne pourra pas tout faire, elle devra tracer les sillons dans lesquels les prochains gouvernants devront travailler pour le bonheur de notre peuple.

Un exemple concret de sillons tracés par la transition est la signature récente du pacte national sur la justice, qui montre clairement le sens dans lequel les prochaines autorités devront s’inscrire.

Tous, nous devons par conséquent accompagner la transition pour la réussite de sa mission, à coup de critiques constructives nécessairement, de pamphlets utilitaristes le cas échéant, d’actions de rappel à l’ordre au besoin, mais nous devons la soutenir jusqu’au bout. Elle est et reste pour nous le principal viatique pour le retour à une vie constitutionnelle véritablement normale.

Aussi notre parti l’Alliance des Jeunes Pour l’Indépendance et la République (AJIR) lance-t-il au gouvernement et à l’ensemble des forces vives de la nation un appel citoyen pour des négociations urgentes d’une trêve sociale afin de permettre à la transition de continuer à tracer les sillons et conduire le pays vers des élections libres et transparentes.

 Loin d’être un déni du droit de manifestation qui ne saurait souffrir aucune remise en cause, ni ici au Faso, ni nulle part ailleurs dans le monde, cette trêve sociale se veut un nième sacrifice patriotique dans l’intérêt supérieur de notre pays. Chers compatriotes, la mère patrie nous appelle une fois encore et nous nous devons de répondre présent.

Dieu bénisse Le Burkina Faso !

Pour le Bureau Exécutif National

Le Président

Adama KANAZOE


NDLR : Le titre est de la Rédaction B24



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *